vendredi 31 octobre 2003

STUPEUR ET TREMBLEMENTS / COSMÉTIQUE DE L'ENNEMI

J'ai dû lire pratiquement tous ses romans (j'aime bien l'humour à la Nothomb) jusqu'à Robert des noms propres  que j'ai trouvé indigeste du début à la fin, aussi ne vais-je mentionner que deux de ses romans qui m'ont particulièrement plu, le reste m'ayant distraite, sans plus:




STUPEUR ET TREMBLEMENTS

Très bien, beaucoup d'humour, on s'identifie bien au personnage (une jeune Européenne qui essaie de s'intégrer dans une entreprise japonaise - le choc des cultures est rude) et à la réalité de ce qu'elle vit.






COSMÉTIQUE DE L'ENNEMI

Les deux histoires ne sont pas comparables mais je l'ai préférée à Stupeur et tremblements.
C'est hilarant, l'histoire est saisissante et le déroulement des événements inattendus.

6 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé "Stupeur et tremblements". C'est un roman d'inspiration autobiographique. Il possède, comme certains autres libres de Nothomb, un parfum d'authenticité. On s'y trouve immergé dans la société -et plus précisément dans une société- japonaise. Un monde du travail pas vraiment sympathique (mais l'est-il quelque part ?). On y suit la "chute sociale" de l'héroïne de façon intimiste, puisqu'elle partage son vécu intérieur, et ses imaginations foisonnantes qui l'aident à "surnager" psychologiquement, souvent avec une bonne dose d'humour plutôt ironique. Et impossible d'oublier "Dieu", ce dirigeant qu'elle a pu voir lors d'un entretien, et qui est véritablement si aimable...et si ignorant de ce que peuvent faire certains des immondes personnages qu'il dirige à leurs propres subalternes... Il est piquant de se rappeler que la sortie de ce roman-quasi témoignage a causé une mini-crise entre le Japon et la Belgique. NB : Nothomb est Belge, au moins par l'un de ses parents, si je m'en souviens bien ; et c'est en tant que fille de diplomate belge qu'elle a passé une bonne partie de son enfance au Japon, puis en Chine ; à propos de son expérience de fillette-chenapan en Chine, je recommande son très amusant et "décoiffant" livre :
    "Le Sabotage amoureux", roman, Albin Michel, 1993 (Prix de la Vocation, Prix Chardonne).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir complété de manière aussi avisée la fiche Nothomb :-). Il est vrai que son parcours a clairement influencé l'écriture de ce roman.
      Je reste cependant moins emballée par la plupart de ses autres romans, dont justement "Le sabotage amoureux", et quasi-décue par d'autres, ce qui fait qu'on ne me reprendra pas à la relire de si tôt.

      Supprimer
  2. Mon livre préféré d'Amélie Nothomb !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle m'a fait passer de très bons moments de lecture à l'époque.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup Amélie Nothomb et jusqu'à présent je n'avais jamais découvert son livre "Cosmétique de l'ennemi", enfin jusqu'à il y a trois semaines : une sacrée découverte !
    Je me suis vraiment demandée ou est-ce qu'elle cherchait à nous emmener...
    C'était totalement tordu et improbable : comment se fait-il que les gens autour ne remarquent rien ?
    La chute est totalement incroyable : jamais je n'aurais pensé à ça, même si deux trois indices nous mettaient sur la bonne voix... J'aime beaucoup cette folie douce qu'on retrouve dans la plupart de ces textes : avec elle, on peut se permettre de tout imaginer, j'adore ça !
    Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...
    Joli article, je reviendrais ;)
    Bonne continuation !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens avoir vraiment bien aimé Cosmétique de l'ennemi mais encore une fois, c'est une lecture qui remonte trop pour que je m'en souvienne dans les détails ! J'irai me rafraîchir la mémoire en lisant ton billet.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...