jeudi 6 avril 2006

FELANA


FELANA

Présentation de l'éditeur
"Felana est née sous le signe funeste de l'Alakaosy, l'Être de feu. Selon les croyances malgaches, elle porte le malheur, ce que les événements semblent confirmer depuis l'incendie la nuit de sa naissance jusqu'à la mort de ses parents également par le feu. S'engage alors un long combat contre ce terrible destin qui l'amène à croiser tour à tour le sorcier du village de ses ancêtres, les sœurs du pensionnat d'Antananarivo où elle a trouvé refuge, un scientifique américain auprès duquel elle va travailler, confrontant alors la raison et la certitude aux racines profondes de l'univers malgache. L'auteure nous fait découvrir ici les coutumes et les croyances malgaches au travers de personnages attachants et d'un récit palpitant.
 "
  
J'ai découvert cette auteure malgache un peu au hasard de mes flâneries dans les rayons des librairies et c'est avec un peu d'appréhension (vu le thème) et beaucoup de curiosité (vu le thème) que je l'ai lue, et je dois dire que j'ai été assez impressionnée par la clarté de son roman, autant dans le style que dans l'intrigue.

Charlotte-Arrisoa RAFENOMANJATO


FELANA

mardi 4 avril 2006

CONTES ET LÉGENDES DES ARTS MARTIAUX VIETNAMIENS - 2


CONTES ET LÉGENDES DES ARTS MARTIAUX VIETNAMIENS
Tome II

Présentation de l'éditeur
Après avoir voyagé dans les premiers " Contes et Légendes des arts martiaux Vietnamiens ", la lectrice ou le lecteur doit absolument découvrir le tome II, truffé de récits qui vont l'emporter dans un monde merveilleux mêlant la réalité à l'imaginaire, l'humour à la sagesse, et qui vont lui faire vivre des aventures hors du temps. Avec bien sûr ces petites choses qui illustrent une certaine culture des arts martiaux : amitié et solidarité, rires et pleurs, folie et philosophie, et bien entendu amour toujours... De véritables moments d'évasion pour tous, jeunes et moins jeunes, pratiquants d'arts martiaux ou non.

Toujours aussi divertissant, et drôlissime dans l'art de conter, l'auteur se lâche encore plus dans des petits délires personnels inattendus.

L'auteur
Phan Toàn Châu est avant tout maître d'arts martiaux, un maître qui est réputé pour ses démonstrations spectaculaires mais aussi pour sa plume parfois plus cinglante que son sabre.

dimanche 2 avril 2006

DANSE, DANSE, DANSE


Je viens de découvrir que La course au mouton sauvage avait une suite : Danse, danse, danse, c'est peut-être pour ça que j'avais une impression d'inachevé et de manque de clareté par rapport à la fin en terminant La course au mouton sauvage .
    
DANSE, DANSE, DANSE

traduit du japonais par Corinne Atlan

Où il ressort que c'est, plus que la suite, dans la continuité de La course au mouton sauvage, où l'on retrouve le même narrateur, en quête cette fois d'une femme qu'il avait connu dans La course..., mais surtout en quête de lui-même.

Je me souviens être ressortie de La course au mouton sauvage un peu paumée et insatisfaite, mais là WOW rien à dire. Ça a été vraiment une lecture bienfaitrice, comme une bonne bouffée d'air pur, comme un baume apaisant, comme une séance de yoga, où j'étais bien dans son univers, avec ses personnages, comme dans une autre dimension à quelques centimètres à peine du sol et d'où j'ai ressurgi dans la réalité un peu plus légère.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...