dimanche 27 juin 2010

HUIS CLOS EN TOSCANE


HUIS CLOS EN TOSCANE

traduit de l'italien par Carole Cavallera

Un thriller qui m'a tout de suite mise en appétit quand je l'ai repéré chez Pauline!

Visualisez donc: sept femmes s'offrent un week-end de retrouvailles vingt ans après l'année de leur bac. Le lieu: une villa isolée dans la campagne toscane. Le mot d'ordre: pas de portable.
Dès le premier soir, l'organisatrice manque à l'appel. Au fur et à mesure qu'on se familiarise avec nos protagonistes, on découvre que ce lieu leur rappelle un événement dont elle préfère taire l'existence. La villa elle-même est le foyer de mythes et légendes macabres. La tension monte quand trois invitées viennent à disparaître à leur tour. Y a-t-il une meurtrière parmi nos anciennes camarades de classe?

Une intrigue classique type "les dix petits nègres" dont le procédé ne me lasse pas! J'adore avoir à enquêter et faire mes pronostics sur le meurtrier potentiel au fur et à mesure que les têtes tombent et que de nouveaux éléments interviennent pour brouiller les pistes. Il y a un très bon suspense dans ce roman-ci  bien qu'il n'apparaisse véritablement qu'au troisième tiers du livre (ce qui peut paraître un peu long pour un thriller), et la tension ne cesse de monter à partir de ce moment-là - très éprouvant mais palpitant également!
J'ai juste été un peu déçue par les motivations de l'assassin et par l'histoire à l'origine de toute cette mise en scène, car généralement je m'attends à quelque chose de plutôt original à la source, et là ça m'a semblé juste glauque et malsain.

Cela dit, j'ai bien aimé que cette intrigue soit développée autour de femmes dans la trentaine avancée, j'ai trouvé ça plutôt amusant leurs petites rivalités féminines par rapport à l'évolution de leurs carrières, de leur physique, de leurs relations avec les hommes, tout ceci a été plutôt bien traité par l'auteur, malgré quelques longueurs aux dépens de l'intrigue en elle-même, et le fait que l'on se perde un peu d'un personnage à l'autre.
  
Également commenté par Géraldine, et certainement d'autres.
  
L'auteur
Née à Naples en 1960, Diana Lama a été médecin avant de se lancer dans l'écriture. Son premier livre, Rossi conte lei, écrit en collaboration avec Vincenzo De Falco, a reçu le Prix Tedeschi. Elle est l'auteur de plus de quinze romans, recueils de nouvelles noires et d'anthologies, et membre fondateur de l'association d'auteurs de romans policiers Napolinoir.

Lu dans le cadre du troisième tour du défi 
(DAL 2010 officiel - 2 / reste  4)

10 commentaires:

  1. Ce livre me tente: j'aime bien ce genre de huis-clos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est plaisant (ponctuellement cela dit), c'est amusant d'essayer de deviner qui est l'assassin dans ce type d'intrigue.:)

      Supprimer
  2. Contente que ça t'ai tout de même plu !!!! :D :D
    Merci pour le lien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un roman qui m'a bien divertie, je ne regrette pas de l'avoir lu. Merci de me l'avoir fait découvrir via ton blog! :)

      Supprimer
  3. Il a l'air efficace malgré ton petit bémol sur le dénouement. J'aime bien aussi les intrigues genre "Dix petits nègres".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si on aime ce genre d'intrigues, ça passe plutôt bien, c'est juste un peu long à venir, et puis il faut aimer les huis clos de femmes dans la trentaine avancée aussi!

      Supprimer
  4. J'aime bien comment tu dis "trentaine avancée !!!" pour dire presque quarante !!!
    Assez d'accord avec ton avis, sauf que de mon côté, j'ai vraiment été paumée parmi les personnages que je n'arrivais pas à distinguer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui ben 38,39... c'est encore la trentaine! Nan nan pas presque quarante!
      Oui je dois dire qu'il m'arrivait de mélanger aussi qui était qui, avait fait quoi et allait où mais j'ai essayé de ne pas trop espacer mes reprises de lecture pour mieux suivre.

      Supprimer
  5. J'ai aussi eu du mal à ne pas me mélanger dans les personnages, surtout au début ! Mais je trouve que l'appellation thriller de la couverture est un peu exagérée ... c'est plutôt un roman policier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin maintenant quand on ne sait pas trop dans quelle catégorie classer un livre et qu'il y a un peu de suspense, on appelle ça volontiers thriller.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...