mardi 3 avril 2012

LE PREMIER QUI PLEURE A PERDU


THE ABSOLUTELY TRUE DIARY OF A PART-TIME INDIAN

LE PREMIER QUI PLEURE A PERDU )

traduit de l'anglais (américain) par Valérie Le Plouhinec


Excellent! Je suis fan de cet auteur, Sherman Alexie, maintenant! Pendant toute ma lecture, je soupirais de contentement, "ah j'adore! j'adore! j'adore!", ce qui aurait pu correspondre à un ronronnement si j'étais un chat!
Et pourtant, ce n'était pas le genre de titre (en français du moins) qui aurait attiré mon oeil et sur lequel je me serais risquée si je ne l'avais pas repéré commenté chez Ys.

Ce roman me semblait du coup très bien pour enfin aborder cet auteur dont j'ai trop longtemps retardé la découverte pour cause de PAL/LAL et difficulté pour me décider pour un titre.
Celui-ci est catégorisé roman jeunesse mais il vaut bien mon classement dans la rubrique "pour les 7 à 77 ans". Et plus que très bien, j'ai trouvé ce livre génial, quasi un coup de coeur dans la même catégorie que Le bizarre incident du chien pendant la nuitLa vie devant soi et Une sacrée mamie.
  
Ce récit "presque autobiographique" retrace l'adolescence de Junior, un Indien Spokane qui, malgré ses handicaps (et il est bien gratiné le pauvre), est assez lucide pour réaliser que s'il reste dans la réserve de Wellpinit avec sa tribu, il n'aura aucun avenir. Il décide donc courageusement d'aller dans un lycée fréquenté uniquement par les Blancs, à 35 km de chez lui. Cette décision ne marque pourtant pas la fin de ses ennuis.

Narré sur le ton de la légèreté et de la dérision, ce récit n'en masque pas moins la réalité tragique du mode de vie actuel des Indiens parqués dans les réserves que l'auteur n'hésite pas à qualifier de camps de la mort.
C'est un roman poignant, à l'humour truculent, et plein de sagesse en même temps.
En un mot: formidable! En deux: formidablement réjouissant!

Assez différent d'un journal intime avec une chronologie au jour le jour, ce sont plutôt des épisodes de vie qui se succèdent au gré des anecdotes que l'auteur veut nous raconter. J'ai vraiment beaucoup aimé!  

De même, l'originalité de la forme, avec les dessins intégrés au récit - excellent ces dessins commentés et illustrés de façon drôlissime - m'a totalement conquise!

Un exemple tiré de la version originale ci-dessous: 


Des extraits: 
"J'étais doué pour me faire détester par des types capables de m'écrabouiller. Ce n'est pas un talent très désirable."     

"Ma grand-mère n'avait que faire de toutes les brimades et de toute l'homophobie dans le monde, surtout entre Indiens.
- Mon Dieu, disait-elle, quelle importance si un homme veut en épouser un autre? Du moment qu'il y en a un pour ramasser les chaussettes sales!" (^^)

"Et vous savez ce qui est pire? La partie vraiment triste? Environ 90% des décès sont causés par l'alcool.
Gordy m'a donné un livre écrit par un Russe appelé Tolstoï, qui a écrit: "Toutes les familles heureuses se ressemblent; chaque famille malheureuse l'est à sa manière."
Eh bien, je regrette de contredire un génie russe, mais Tolstoï ne connaissait pas les Indiens. Et il ne savait pas que toutes les familles indiennes sont malheureuses exactement pour la même raison: cette saloperie de gnôle.
Ouais, alors laissez-moi donc offrir un verre à Tolstoï, et qu'il réfléchisse bien à la vraie définition des familles malheureuses." (excellent!)

"J'étais en train de devenir fou à lier à force de rire. [...] J'ai ri pendant tout le trajet. Enfin, du moins, j'ai ri jusqu'à mi-chemin à peu près, et puis je me suis endormi.
Crac, comme ça.
C'était devenu tellement intense, tellement douloureux, que mon corps s'est éclipsé. Eh oui, mon esprit, mon âme et mon coeur se sont brièvement réunis et ont voté la fermeture pour quelques réparations." (magnifique image!)

"-Entrez! ai-je crié.
Et Rowd est entré.
- Waou, ai-je dit.
- Ouais, a-t-il répondu.
Nous avons toujours eu un don pour les conversations étincelantes." 
Et je pourrais encore recopier et recopier des passages mais bon...  


L'auteur:
Sherman Alexie est né en 1966 à Wellpinit sur la réserve des Indiens spokanes, dans l'État de Washington. Il est sans conteste l’un des écrivains américains contemporains les plus singuliers et talentueux. Il vit aujourd'hui à Seattle.

16 commentaires:

  1. Chouette ! Ravie que tu partages mon enthousiasme pour ce livre qu'on recopierait bien en long en large et en travers tant il est savoureux ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahlala! Je le sentais bien quand j'ai lu ton billet, mais je ne m'attendais pas à être aussi enthousiaste! Quel plaisir de lecture!

      Supprimer
  2. Déjà je voulais le lire (tu parles des indiens!) et il est à la bibli, of course

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive les bib' hein! Tu sais que je me tâte à l'acquérir en VO et le relire?^^

      Supprimer
  3. Euh... J'ai dû passer à côté de quelque chose car je n'ai pas du tout accroché. J'avais entendu plein d'excellentes critiques à son sujet et quand ma collègue l'a acheté, je me suis préciipitée dessus. La magie n'a pas opéré et je crois que je ne suis même pas allée jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? Oui, après tout c'est possible. La lecture est une histoire de rencontre entre un lecteur et un livre, qui est propre à chaque lecteur. Elle n'est jamais parfaitement identique et peut être même totalement différente, c'est ce qui est intéressant quand on compare les histoires et expériences de chacun (c'était la minute philosophique).
      Mais ce livre est génial pourtant!! (et la seconde sceptique dénuée d'objectivité ^^)

      Supprimer
  4. J'arrive enfin à poster un com : ajouté à ma wish ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'espère que tu auras autant de plaisir que moi à la lecture de ce livre!:)

      Supprimer
  5. Alors là c'est sûr de sûr, je vais le lire celui-là. J'avais déjà beaucoup aimé "Danses de guerre" et "Dix petits indiens" alors y a pas de raison que je m'arrête en si bon chemin. Merci en tout cas pour cet avis, c'est bien de le faire connaître !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohlala j'hésite maintenant entre le prochain livre de cet auteur que je vais lire, et justement mon coeur balançait entre Danses de guerre et Dix petits indiens! J'ai une petite préférence pour ce dernier, à cause du titre...

      Supprimer
  6. Ca me cause bien ton truc ! Mais pourquoi un tel titre ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des règles de survie de la réserve. Je préfère le titre anglais personnellement mais je pense que le choix du titre français cible plus le public jeunesse.

      Supprimer
  7. Moi aussi, je l'avais noté ! Je surligne donc ... il va être temps que je fasse un tour au rayon jeunesse de la biblio ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah franchement j'ai tellement adoré que lors de mes dernières virées à la bib', j'errais comme une âme en peine à la recherche d'autres romans de Sherman Alexie!:)

      Supprimer
  8. Tu l'as lu en français ? Ca fait justement partie des livres que j'ai pris chez Village Voice hier, je suis en plein dedans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohlala tu dois te régaler ! Oui lu en français, tombé dessus à la bib' complètement par hasard et embarqué en imprévu après l'avoir feuilleté.^^ J'avais failli me prendre la VO par la suite, je l'avais trouvé bien bradé chez Gibert, et puis j'ai été raisonnable.:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...