lundi 30 septembre 2013

ANTHRACITE


ANTHRACITE

traduit de l'italien par Jacques Barberi

Mon dieu, je ne me suis jamais autant embrouillée que dans ce livre au niveau personnages, dénominations, actions, événements et intrigues !

Ça faisait un moment que je voulais voir de quelle plume était fait ce Valerio Evangelisti, connu pour son cycle de l'inquisiteur Nicolas Eymerich, aussi quand on m'a recommandé Anthracite qui explore un tout autre univers, les jeunes États-Unis dix ans après la fin de la guerre de Sécession, et que la 4è de couv' indiquait "roman inclassable aux multiples clés, western à l'italienne digne de Sergio Leone, lecture sociale et politique des origines de l'Amérique moderne", je n'ai pas hésité une seconde.

Prenez un mercenaire mexicain du nom de Pantera, palero à ses heures (soit sorcier), trimballant, en plus de son Smtih & Wesson, un Nganga dans son sac.
Mettez-le au service des Molly Maguires, une organisation secrète opérant au sein des mineurs irlandais de Pennsylvanie.
Faites-en un infiltré dans l'Agence Pinkerton, et là, préparez-vous à assembler un puzzle des plus complexes dans lequel il faudra caser l'Ancient Order of Hibernians, la Workingmen's Benevolent Association, les mineurs, les ouvriers, les vigilantes, la Coal & Iron Police, les patrons des mines et des chemins de fer, les éleveurs, les propriétaires terriens, les hors-la-loi, tout cela en faisant bien attention de séparer les Irlandais des Anglais, Gallois et Allemands et sans oublier les facteurs politique, religion et corruption qui n'auront de cesse de changer la forme de votre puzzle.

Ce qui était plutôt amusant, c'est qu'au fur et à mesure de ses missions, Pantera lui-même ne comprenait rien à tout cet "embrouillamini" (je cite). J'ai franchement éclaté de rire quand un des personnages lui a demandé :
"As-tu une idée précise du nombre d'intrigues dans lesquelles tu es engagé ?"
Ses missions l'amenant à infiltrer, tantôt un camp, tantôt l'autre, sans qu'il soit jamais sérieusement menacé d'être démasqué, son rôle m'a parfois semblé être celui d'un journaliste d'investigation cherchant à comprendre les forces en présence, les idéaux des uns et des autres et les causes défendues.

Ce roman nous livre donc un bel aperçu de cette époque qui vibre sous le signe de la corruption et de la lutte pour le contrôle politique et économique d'un pays plein de ressources et de vitalité, décrivant avec réalisme les conditions de vie effroyables des mineurs ainsi que les rivalités ethniques entre les différentes minorités immigrées.

L'auteur semble s'être bien documenté, et si la réalité économique et sociale de cette période est bien transcrite, et l'époque explorée historiquement intéressante et instructive, j'ai trouvé le tout vraiment très embrouillant et un peu pénible à suivre de ce fait. Assez difficile par ailleurs de situer le genre du récit, avec cette intervention (minime) des forces obscures, tout est un peu mélangé. Le style ne m'a par ailleurs pas particulièrement séduite, une certaine lourdeur de style qui manque de naturel, mais peut-être cela est-il lié à la traduction ?

Intègre le  

20 commentaires:

  1. Et bien si c'est si embrouillé que ça je ne suis pas sure de me lancer dans cette lecture. Je suis sure que c'est encore un coup de Keisha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'allais répondre mais je vois que Keisha s'est désignée non coupable.^_^ Non, cette fois c'était une recommandation via FB d'une lectrice qui ne blogue plus. Ça fait un moment d'ailleurs que je lis beaucoup moins de tentations directes de la blogo (je note, je note, mais ne lis pas tout de suite), en partie parce que je lis moins cette année, et quand je m'y mets, ma PAL passe en priorité, et aussi mon entourage professionnel se fait beaucoup plus influent.:)

      Supprimer
  2. Je suis innocente comme l'agneau naissant!
    Le descriptif m'irait bien (mais rien à la bibli, ouf). "Inclassable" en général m'attire irrésistiblement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faute de semer des tentations sur ton blog. ^_^
      Oui, "inclassable" me fait le même effet, cela dit, ce roman étant effectivement "inclassable", il faut maintenant se méfier de son sens profond ! ^_^

      Supprimer
  3. C'est une des rares fois que Keisha est innocente hi hi hi !
    J'ai réservé Marc Twain à la bib centrale. J'attends plus que le coup de fils de Faidherbe pour aller le chercher. Il y a quand même pas mal de pages à lire donc à voir si je serai au rdv fin octobre car en plus il me reste 200 pages à lire de mon roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je dois avoir une longue LAL Keisha, mais cette année, pas trop eu le temps de m'y plonger.^_^
      Quoi, d'autres personnes s'intéressent à notre Jeanne d'Arc version Mark Twain ?? Aaah non, tu le fais venir de la réserve centrale, ok. ^_^ Tu m'inquiètes car j'avais l'impression que ce n'était pas trop épais, dans les 400 pages ? (enfin, en même temps je vais le lire sur Kindle) On n'a qu'à dire 15/11 si ça t'arrange. Je vais quand même le commencer le WE prochain pour tâter le terrain.

      Supprimer
    2. Je le fais venir de la RC parce les bib qui l'on en rayon sont un peu éloigner pour moi. En fait, je me le fait livrer. Et pour les pages, disons que 400 pages ça commence à faire pas mal pour moi. Désolé de t'avoir fait peur.

      Supprimer
    3. Je comprends. Avec tout ce que j'ai à lire, et surtout, envie de lire, ce mois-ci, 400 pages d'un livre dont on aucune idée si c'est bien ou non, ça me ferait presque suer aussi.:-) J'espère m'exclamer ce week-end, "mais il est GÉ-NIAL ce livre" !!! ^_^

      Supprimer
  4. De l'auteur, j'ai lu "L'inquisiteur" et je n'en garde pas un très bon souvenir.
    Merci pour ta participation à mon challenge et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trop l'impression que L'Inquisiteur soit trop mon créneau non plus. Bon, j'aurai tout de même lu un Valerio Evangelisti, c'est déjà pas mal.:)
      Bonne semaine.

      Supprimer
  5. Trop complexe pour moi j'ai l'impression. J'ai toujours beaucoup de mal à démêler les fils d'une intrigue passablement embrouillée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre a surtout son intérêt d'un point de vue historique je dirais, pour peu qu'on s'intéresse au sort des mineurs irlandais aux Etats-Unis vers les années 1870, aux relations tendues entre industriels et employés à cette époque, aux organisations en place pour défendre les droits de ces derniers. Le reste n'est que littérature.:-)

      Supprimer
  6. A propos (ou sans propos) j'ai lu la préface de Don Q version 2.0, on se fixe une date?
    Et je l'ai lue sur une liseuse, prêtée par mon CDI, tu parles, elle prenait la poussière (une Sony je crois) Je m'y fais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, la meilleure date que je pourrais fixer sur 2013, c'est sur décembre car j'ai une LC Mark Twain avec Loo qui va déborder sur novembre (entre autres lectures). Euuh, genre le 15 ? Comme ça je pourrai crâner fièrement lors de mon bilan de fin d'année en disant que j'aurai pas lu grand chose cette année mais j'aurai lu un classique vieille LAL.^_^
      (haha, et donc ça y est, tu t'es mise au ebook ?? ^_^)

      Supprimer
  7. OK pour décembre, car une LC Manguel vient de me tomber dessus (une histoire de la lecture, si ça t'intéresse...^_^)
    Non, la liseuse ne m'appartient pas, je la teste! Prise en mains assez aisée, mais je lis trop vite, les pages défilent et ne se chargent pas si vite (avec un vrai livre c'est instantané... niark niark)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui ça m'intéresse Manguel mais là j'ai une PAL et une LAL récentes que je tiens absolument à écumer d'ici la fin de l'année, sans compter LC Mark Twain et DonQ (et mon rythme de tortue actuel pour lire), donc pas de nouvelles lectures improvisées avant 2014 ! In-ca-sable ! ^_^ Et je m'y tiens ! (enfin bon, on est début octobre...)
      Pour la liseuse, tu exagères ! ^_^ Quand on tourne une page, le temps de la choper et de la tourner, ça fait quelques secondes quand même. Alors qu'une liseuse, un clic d'un pouce, sans mouvement de main en plus. Pffff, mauvaise foi !

      Supprimer
    2. Je veux dire quand on attend la page à apparaître; Avec le livre, quand on a tourné la page, c'est tout de suite là.
      Cependant je clique avant la fin de la page, gardant en mémoire les derniers mots pour continuer vite. Sans doute qu'avec un livre on fait déjà ça (et je retrouve des idées lues dans Histoire de la lecture de Manguel, d'ailleurs)(problème de ce livre, il ne parlera pas de liseuses)

      Supprimer
    3. Ah, c'est bizarre, la mienne c'est quasi instantané. Je dis quasi car on voit bien que la page se charge mais c'est en 1/10è de seconde, et on n'a pas l'impression d'attendre. Ça doit dépendre des liseuses. Celle que tu testes est peut-être un "vieux" modèle. C'est peut-être le modèle que l'on prête pour dissuader les gens de passer aux ebooks et les encourager à rester sur les livres physiques.^_^ Car c'est sûr que ça m'énerverait d'attendre que la page se charge...

      Supprimer
  8. Franchement pas très envie d'être embrouillée moi !

    RépondreSupprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...