lundi 23 décembre 2013

L'INGÉNIEUX HIDALGO DON QUICHOTTE DE LA MANCHE - 2


L'INGÉNIEUX HIDALGO DON QUICHOTTE DE LA MANCHE
TOME 2

traduit de l'espagnol par Louis Viardot


Comme je m'étais régalée avec le tome 1, il était impensable que je n'enchaîne pas avec le tome 2 un jour ! C'est chose faite grâce à cette lecture commune avec Keisha, et du coup, youloulou danse des fesses, je peux dire que j'ai enfin lu cet incontournable de la littérature espagnole qui était en projet LAL depuis bien 15 ans ! (comme quoi, il n'est pas impossible que j'arrive au bout de mes PAL/LAL avec un peu de patience^^)

Don Quichotte donc, c'est ce vieil hidalgo qui se croit investi du devoir de "ressusciter et de rendre au monde l'ordre oublié de la chevalerie errante" en se dédiant à la "défense des royaumes, la protection des demoiselles, l'assistance des orphelins, le châtiment des superbes", ceci car il a trop lu de romans sur le sujet et qu'à force, cela lui a cuit le cerveau.

Dans le tome 2, après être retourné dans son village, Don Quichotte repart sur les routes avec Sancho, en quête d'aventures, de vilains à pourfendre et de demoiselles en détresse à sauver, toujours fidèle à sa Dulcinée, même quand celle-ci lui apparaît sous les traits d'une vile paysanne, car pour notre hidalgo, quand la réalité n'est pas conforme à ce qu'elle devrait être, c'est tout simplement l'oeuvre des enchanteurs qui le persécutent (excellent ce passage !).

Le grand changement, c'est que ses aventures du tome 1 ont été publiées et lues dans toute la contrée. Il est donc de notoriété publique que notre hidalgo se prend pour un véritable chevalier errant et qu'il croit dur comme fer aux mythes associés à ce "métier". Les nouveaux personnages qu'il croise dans ce tome en profitent donc pour s'amuser à ses dépens, en prétendant croire à ses délires sur la chevalerie errante, et en le missionnant sur d'improbables aventures pour sauver l'honneur de demoiselles ou se battre en duel contre des chevaliers réputés pour leur malice.
Ceci donne lieu à des scènes férocement cocasses (l'épisode du mariage m'a bien amusée, entre autres) mais par moment, je trouvais la plaisanterie un peu lourde et poussée un peu loin, surtout qu'ils s'en prennent aussi au pauvre Sancho. Ces facéties au détriment d'autrui, parfois cruelles dans l'esprit, m'ont un peu irritée dans la mesure où Don Quichotte n'est pas un personnage exécrable auquel on souhaiterait du mal. Son drame, c'est qu'il est juste un peu dingos, comme l'attestent tous ceux qui croisent son chemin.

"un homme sensé atteint de folie, et un fou doué de bon sens"
"un fou remarquable"
"C'est un fou pour ainsi dire entrelardé, qui a des intervalles lucides."
"Il ne perdait la tête que lorsqu'on touchait à la chevalerie, montrant sur tous les autres sujets une intelligence claire et facile [...]"

C'est ça qui est extraordinaire chez Don Quichotte, c'est qu'il n'est pas juste barré, il est très sensé la plupart du temps, et c'est, entre autres, ce basculement de la folie à la lucidité qui rend ce récit truculent. Sans parler de Sancho qui est souvent un peu gourde mais parfois très malin aussi.

J'ai adoré aussi les délires de Cervantes qui intervient dans le récit via le traducteur du supposé auteur du roman de Don Quichotte, Cid Hamet. Je me suis délectée de ses commentaires sur les choix narratifs de l'auteur, où il apparaît facétieux, moqueur, plein d'autodérision. On sent qu'il s'est amusé en composant son récit, et ça, j'aime !

"Cid Hamet, dans l'original de cette histoire, mit, dit-on, à ce chapitre, un exorde que son interprète n'a pas traduit comme il l'avait composé. C'est une espèce de plainte que le More s'adresse à lui-même pour avoir entrepris d'écrire une histoire aussi sèche et aussi limitée que celle-ci, forcé qu'il est d'y parler toujours de don Quichotte et de Sancho, sans oser s'étendre à d'autre digressions, ni entremêler les épisodes plus sérieux et plus intéressants. Il ajoute qu'avoir l'intelligence, la main et la plume toujours occupées à écrire sur un seul personnage, et ne parler que par la bouche de peu de gens, c'est un travail intolérable, dont le fruit ne répond point aux peines de l'auteur [...].
[...] Or donc, puisqu'il se contient et se renferme dans les étroites limites du récit, ayant assez d'entendement, d'habileté et de suffisance pour traiter des choses de l'univers entier, il prie qu'on veuille bien ne pas mépriser son travail, et lui accorder des louanges, non pour ce qu'il écrit, mais du moins pour ce qu'il se prive d'écrire. Après quoi il continue l'histoire en ces termes [...]"
J'adore, je trouve ça juste excellent !

De même, dans les intitulés des chapitres :

Chapitre IX
Où l'on raconte ce que l'on y verra

"[...] l'air menaçant et le visage enflammé de colère, il se leva tout debout, et s'écria... Mais cette réponse mérite bien un chapitre à part.
Chapitre XXXII
De la réponse que fit don Quichotte à son censeur [...]
S'étant donc levé debout [...]

Chapitre LXX
Qui suit le soixante-neuvième et traite de choses fort importantes pour l'intelligence de l'histoire

Le récit des péripéties de notre chevalier errant et de son fidèle écuyer se termine donc avec ce tome, à mon grand regret car je me suis bien attachée à Don Quichotte, Sancho et toute la clique, bien que sur la longueur, j'ai parfois été lassée car ces aventures sont un peu redondantes. La fin m'a paru un peu abrupte aussi, j'avoue que ce retournement de situation m'a quelque peu laissée dubitative, mais elle est joliment bouclée quand même

En tout cas, quel régal que la plume de Cervantes ! Les traits d'esprit au gré des dialogues, les tournures de phrases exquises, un ré-gal ! Et j'ai vraiment apprécié son sens de la dérision et l'impression qu'il s'est complètement éclaté en parodiant les romans de chevalerie à travers son Don Quichotte. Le plaisir est communicatif !

14 commentaires:

  1. Aaaaaaaaaah, je n'arrive que maintenant (les vacances, je suis occupée?) pour lire ton billet, et comme je m'y attendais, il est long et enthousiaste (où as-tu été chercher que ça serait court? ce genre de livres rend prolixe, je confirme).
    Bon, génial, à lire, etc, barré gravos parfois, et tu préfères toujours le tome 1? (j'espère te convaincre que c'est le 2)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'étais pas en retard, je l'ai publié hier à 23h23 précisément.^^ Pour une LC pour le 23/12, je ne me considère pas en retard non plus.^^
      Oui, on devient très volubile quand on s'attaque à commenter Don Quichotte, et encore, tu n'imagines pas le nombre de grandes lignes et impressions jetées en brouillon avant-hier, et que j'ai finalement choisi de retrancher de ce billet, sinon il était vraiment trop trop long ! ^^
      L'essentiel (et un peu plus) est dit : il faut lire Don Quichotte et goûter la plume Cervantes, qui est d'une modernité saisissante ! Et oui, je préfère toujours le tome 1 (l'effet découverte sans doute) bien que le tome 2 ait de sacrés atouts avec les interventions délirantes de l'auteur.^^

      Supprimer
  2. Dès que l'auteur, le traducteur ou qui sait encore est intervenu, j'étais ravie!
    Ajoutons que c'est drôlement bien écrit et tourné, côté style, rien à dire. Traduction de Viardot, même pas récente, et qui coule toute seule.
    Don Qui : check.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez saisissant l'impression qu'on a de la modernité de la langue, des idées, du récit. Ou alors est-ce qu'on a rien inventé depuis et que les oeuvres d'aujourd'hui se nourrissent toujours de celles du passé ?
      En tout cas oui, Don Qui : check !^^

      Supprimer
  3. Fabuleux, extraordinaire... on peut dire ce qu'on veut mais ce texte d'une incroyable modernité est juste un chef d'oeuvre, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça ! On pourrait résumer ce roman en un mot : chef-d'oeuvre ! avec le point d'exclamation/admiration.^^

      Supprimer
  4. Pfiou, votre enthousiasme à toutes les 2 me donnerait presque envie de me lancer... Un jour peut-être ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai envie de dire... Lance-toi !!! ^^ OK, un jour...;-)
      Plus sérieusement, Don Qui c'est une de mes plus belles surprises côté classique. J'ai longtemps appréhendé le côté vieillot et rébarbatif du classique inaccessible, mais c'est tout le contraire. Bien sûr, on peut ne pas accrocher.

      Supprimer
  5. Ah c'est dommage que ce soit fini. J'aimais bien voir passer vos commentaires pendant votre lecture. Bon ceci dit toujours pas décidée à m'y mettre encore trop de livres dans la PAL et Noel n'a pas vraiment arrangé les choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui est chouette avec FB quand on fait des LC. On peut réagir de façon assez spontanée et échanger en direct live en cours de lecture.^^
      Ah la PAL, notre éternel problème ! ^^

      Supprimer
  6. J'ai lu Don Quichotte il y a quelques années et j'ai beaucoup aimé, le 2e tome un peu moins mais sans doute parce que j'ai enchainé les deux l'un à la suite de l'autre et en très peu de temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends car il y a un effet redondant dans les aventures de Don Quichotte qui peut lasser sur la longueur. Je n'ai pas tout à fait enchaîné les tomes mais je l'ai ressenti déjà dans le tome 1, et idem dans le tome 2, alors les deux cumulés à la suite, j'imagine... J'ai beaucoup aimé le tome 2 mais j'ai une nette préférence pour le tome 1. L'effet découverte et bonne surprise sans doute.:-)

      Supprimer
  7. J'ai le tome 1 dans ma PAL, il faudrait peut-être que je le sorte surtout vu ta chronique du tome 2 :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, sors-le de ta PAL si tu l'as ! Je m'étais vraiment régalée avec le tome 1. Mais bon, je connais aussi des lecteurs qui s'y sont mortellement ennuyés, donc tout est question de goûts. Si tu aimes le loufoque un peu dingue, il y a des chances pour que tu apprécies.;-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...