dimanche 4 mai 2014

LE VILLAGE ÉVANOUI


LE VILLAGE ÉVANOUI

"Châtillon-en-Bierre, un village de mille habitants situé au centre de la France, entre Auvergne et Morvan." Qu'on est loin de Chester Mill, dans le Maine, où Stephen King a situé son action dans Under the Dome ! Non seulement géographiquement mais aussi dans l'atmosphère des lieux, la mentalité des habitants et le rythme de l'intrigue.

En même temps, il ne pouvait en être autrement... Chester Mill a beau être une petite ville paumée dans le Maine, ça restera toujours plus américain que Châtillon-en-Bierre dont les habitants sont décrits comme paisibles et tranquilles en temps habituel. Rien d'excitant, la routine, le train-train, une vie de campagne un peu. Il ne peut s'y dérouler les mêmes événements (surtout à la King), ce sera toujours plus français dans l'action, même dans les moments les plus tendus (car ouioui, il y en a)

Un village isolé du reste du monde par une sorte de frontière indécelable - une thématique qui visiblement me fascine. Je trouve ça en effet intéressant de voir comment les habitants réagissent, s'organisent, et les effets du temps sur tout ce petit monde. Le thème ici est très bien traité, tout est d'un réalisme saisissant, on ressent bien la détresse de chacun, on s'imagine bien au milieu d'eux, le déroulé des actions est cohérent, toutes les questions que soulèverait un tel contexte sont passées au crible, mais le tout m'a semblé quand même bien planplan, très franchouille, très... champêtre, disons, surtout quand on a lu la version King, mais finalement ça colle bien au lieu de l'action. L'auteur aurait voulu y mettre plus de nervosité (car il y en bien un peu), ça n'aurait pas sonné très crédible. L'action à la française (même si l'auteur, Bernard Quiriny, est Belge^^) a décidément une autre saveur, qui manque parfois un peu de piquant, de tension, ceci étant compensé toutefois par un certain charme, comme une promenade dans les bois.

Ce que je trouve étonnant dans de semblables situations, c'est de voir comment les gens peuvent se sentir  à ce point démunis et désespérés. Le monde s'arrête de tourner parce qu'ils se savent prisonniers dans leur village, alors que finalement, ils ont tout un espace où circuler et se réorganiser. OK, il y a les problèmes d'approvisionnement, entre autres problèmes sérieux réels, mais ce qui domine, c'est le sentiment d'isolement, d'ennui, de routine. Mais enfermés ou non, finalement, notre vie reste une routine, non ? Qui se résume quand même à (métro)-boulot-dodo-quelques loisirs et aux mêmes personnes qu'on voit. Avec plus d'espace certes, mais à part pendant les vacances, on s'éloigne si peu de chez soi. Plutôt intrigant donc comme réaction (bon, en même temps, être enfermé dans un village et dans une ville comme Paris, ce n'est pas exactement pareil...^^ Je pense que déjà, dans ma petite ville de banlieue, je m'ennuierais ferme. Sans Internet en plus... rhaaaa désespoir^^).

J'ai cru lire, je ne sais plus où, que ce récit était inspiré du Mur invisible de Marlen Haushoffer.(davantage axé sur la thématique de l'île déserte, il semblerait). Allez, je vais me le lire aussi celui-là !^^ (un jour...)

Intègre le  

20 commentaires:

  1. Et l'humour aussi : j'ai trouvé ça drôle et léger alors que c'est d'un drame qu'il s'agit... car savoir qu'il existe un ailleurs et ne pas pouvoir y aller, c'est tout de même angoissant. J'aime beaucoup Quiriny, c'est à la fois intelligent et drôle, pas prétentieux alors que de nombreux thèmes très intéressants sur la vie en société sont abordés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, être enfermé où que ce soit contre son gré est toujours oppressant, même si en soi, cela pourrait ne rien changer à nos habitudes et au quotidien.
      J'ai beaucoup aimé Quiriny dans son "Angoisse pour la première phrase", un recueil de nouvelles savoureuses (et c'est beaucoup dire pour moi qui n'aime pas les nouvelles à la base), mais ici je l'ai trouvé bien sans plus. Il faut dire qu'Under the Dome n'arrêtait pas de surgir dans ma tête, et je ne pouvais m'empêcher de comparer ce qui n'était pas comparable, alors forcément...

      Supprimer
  2. Je ne connais pas cet auteur belge. Il y en a plus qu'on ne pense.
    Merci pour cette dernière participation et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On connaît mieux la BD belge.^_^
      Allez, c'est parti pour la contrainte suivante !:-D Bon début de semaine.

      Supprimer
  3. J'ai repéré ce titre, on verra bien (je t'imagine bien coincée dans un village!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, je tiendrais probablement 2 semaines. J'aime le calme mais en sachant que je peux retrouver l'agitation des grandes villes à tout moment (la malade mentale^_^). Enfin, en même temps, des fois Paris m'oppresse, la foule tout ça, le stress des gens, les touristes à gogo, d'où des WE escapades salutaires par moment.:-)

      Supprimer
    2. WE escapade salutaire, j'ai ça en magasin pour toi(et tu sais que je m'offre aussi des WE escapade à la grande ville...)

      Supprimer
    3. Ah yes, il faudra que je me penche sur l'escapade Chanceaux.^^ Faut que je vois en fonction de mes mouvements cet été. Je cherche la mer aussi.^^

      Supprimer
  4. ouh, moi aussi j'adore cette thématique! Je note + le livre de Haushoffer que je ne connais pas non plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si jamais une LC Haushoffer te dit, je suis partante.;-)

      Supprimer
  5. Ce n'est pas une thématique qui m'emballe. (pas plus mal de sortir d'ici sans avoir rien noté...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'avait fait des vacances aussi (enfin pour ma PAL surtout), ton blog en pause cette semaine.^^

      Supprimer
  6. Je ne connais pas plus la version de King que celle ci ! Par contre, ce qui attire mon oeil, c'est le mot "Morvan". J'y ai passé une multitude de vacances d'enfance et j'y retourne bientôt, comme en pélerinage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Ça vaudrait peut-être le coup d'y lire Le village évanoui alors, lors de tes prochaines vacances.;-)

      Supprimer
  7. Effectivement, difficile de ne pas penser à Under the dome (toujours pas lu d'ailleurs, mais j'ai fini la saison 1 de la série tv, moins bonne selon toi si je me rappelle bien...). L'idée de départ est tentante mais ton billet et ce côté plan plan ne me donnent pas trop envie. Le livre d'Haushoffer m'inspire plus, à tenter peut-être!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, si une LC Haushoffer te tente un jour, sonne-moi !;-)
      "Le village évanoui" est de plutôt bonne facture en réalité mais la fin ne justifie pas ces quelques heures de lectures passées enfermée avec ces villageois.:-)

      Supprimer
    2. Plutôt motiv pour la LC si on se laisse suffisamment de temps. Genre Clair de femme en décembre et Haushoffer en mars?

      Supprimer
    3. Ça me semble jouable. Je me le note dès à présent.;-)

      Supprimer
    4. Ok, noté! On avise un ou deux mois avant pour une date plus précise!

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...