dimanche 27 juillet 2014

THE POET


THE POET

( LE POÈTE )

Michael Connelly, ça fait longtemps que je l'ai dans ma LAL comme un incontournable du genre thriller américain, "le maître incontesté du genre", ai-je même vu quelque part. J'ai toujours lu, et on m'a souvent dit, "Michael Connelly, c'est à lire absolument - Son meilleur, c'est Le poète - Aaah Le poète, superbe !"
N'étant pas particulièrement fan des enquêtes policières mettant en scène les Commissaire Machin, Inspecteur Truc, et Lieutenant Chose avec leurs équipes (pareil en série télévisée, jamais été au rendez-vous pour Les Experts & co), je l'ai toujours relégué à "un jour, un jour", avec une petite curiosité tout de même qui lui a sauvegardé sa place dans ma LAL.
L'été arrivant, les vacances avec, et un challenge pour lequel ce livre tombait bien, me voilà subitement motivée pour me plonger dans ce roman tant plébiscité.

Las ! (copyright Keisha ^^) Dès les premières pages, je m'ennuie, et quelques pages plus loin, je m'ennuie encore. L'intrigue tarde à décoller. Je piétine avec ce journaliste/narrateur que je trouve bavard et inintéressant, qui s'attarde inutilement sur des détails de sa vie et de son quotidien, rendant le tout un peu pesant. Le style n'a pas de quoi me faire grimper aux rideaux. Il est classique, quelconque, le style polar en fait...
Certes, quand on rentre dans le vif du sujet, avec le lien fait entre les suicides des policiers et leurs lettres d'adieu reprenant des poèmes d'Edgar Poe, l'enquête commence à devenir intéressante, entraînante, mais jamais vraiment palpitante. Et j'ai failli crier "Au secours !" quand a démarré la pseudo romance entre notre journaliste et la femme du FBI. "Non mais je rêve", pensais-je alors, "pfff, oui bien sûr", poursuivais-je...
J'avoue que du coup, quelques retournements de situation m'ont coupé le souffle et il y a certains événements que je n'avais pas vu venir, me laissant échapper des "ah oui quand même !" admiratifs. J'ai même cru que j'allais radicalement changer d'opinion sur ce polar mais le développement final, c'était too much quand même. Quant à la fin, n'en parlons pas ! Presque ridicule. Ce méchant très méchant, comme échappé d'un dessin animé... Et puis au final, on ne sait même pas ce qui justifiait tous ces meurtres en réalité. Ou quelque chose a fini par m'échapper.

Le tout est un peu trop classique peut-être à mon goût. Un polar qui ne révolutionne en tout cas pas le genre. Je me dis que, peut-être, à l'époque, c'était vraiment du waouh !, mais aujourd'hui, avec ce que j'ai pu expérimenter en polar ces dernières années, version livre ou film (et je suis loin d'être experte), ben franchement, il n'y a pas de quoi s'extasier...

Et qu'on ne me dise pas que Le poète en fin de compte, c'est bien mais qu'il faut absolument que je lise la série des Harry Bosch, ça c'est autre chose et c'est encore mieux... C'est niet niet niet !

Intègre le  

12 commentaires:

  1. Tes dernières lignes me privent d'arguments.
    En fait, oui, peut être qu'à l'époque c'était super nouveau et que maintenant on est passé à plus fort? Mais quand même je dois à Connelly de bonnes heures de lectures (et mon pseudo, ah ça tu le savais? ^_^)
    La preuve que je suis passée à autre chose, c'est que j'ai vendu mes Connelly en bourse aux livres l'année dernière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as vu, je pare les attaques PAL par anticipation maintenant.^_^
      Je ne sais pas si on est vraiment passé à plus fort. Ce qu'il y a c'est que les enquêtes policières, surtout américaines, se ressemblent beaucoup finalement, et ça n'a jamais été trop mon univers. En fait c'est le côté bureau, commissariat, tout ça qui ne m'emballe pas, et à moins que l'intrigue ne sorte de l'ordinaire ou qu'un des personnages principaux ne soit vraiment attachant, je passe à côté... Et je m'attendais à ce que Le poète soit de ce cru.
      Bon, pas grave, j'aurai enfin lu Connelly !^^

      Supprimer
  2. Au moins tes rideaux sont restés intacts. On ne peut pas tout avoir.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai un livre de lui dans ma PAL depuis une éternité... Je crains qu'il y reste pour une autre éternité ! Zut, je comptais sur ton billet pour me motiver !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je pensais qu'en experte polar, tu aurais déjà lu Connelly.^^ Ne le laisse pas traîner trop longtemps, ça se trouve, tu saurais apprécier.

      Supprimer
  4. N'étant pas Connelly, c'est le seul qui trouve grâce à mes yeux. Mais je ne dis pas Waouh !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, entendons-nous bien, ce n'est pas nullissime et plutôt de bonne facture, mais quand même très très très classique dans le genre polar. J'ai beaucoup plus palpité avec certains Agatha Christie.^^

      Supprimer
  5. Bonsoir A_girl_from_earth, Le poète est le premier Connelly que j'ai lu il y a plusieurs années: j'avoue que j'avais été déçue, l'histoire ne m'avait pas passionnée. Depuis, j'en ai lu d'autres avec l'inspecteur Bosch qui m'ont nettement mieux plu mais cela fait au moins 7 ou 8 ans que je n'ai rien lu de Connelly: manque d'envie. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, Hé bien finalement, je réalise qu'il n'y a pas tant de surenthousiasme que ça autour de cet auteur, et particulièrement autour de ce roman ! Bon, il reste quand même une référence dans le genre thriller, je ne suis pas mécontente d'avoir enfin pu me faire une idée de son univers !
      Bonne soirée.

      Supprimer
  6. Ton billet me rassure car je l'ai lu il y a quelques années en pensant tenir une pépites entre les mains... Mais en le terminant, je me suis dis qu'il n'y avait rien d'extraordinaire dans ce polar. Et je dois avouer que je n'ai pas retenter l'expérience avec cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah mais c'est qu'on est de plus en plus nombreux à confirmer que ce roman n'est pas l'oeuvre du siècle en matière de polar ! Moi aussi ça me rassure.:-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...