dimanche 28 septembre 2014

FABLES 17 : SORCIÈRES


FABLES 14 : WITCHES

( FABLES 17 : SORCIÈRES )

Après nous avoir détournés de l'intrigue en cours à travers une petite parenthèse pas désagréable au tome 16, Bill Willingham nous replonge ici dans la terrible et sombre réalité des Fables qui ont, depuis le tome 15, un nouvel adversaire qui semble redoutable et invincible, le diabolique Mister Dark (qu'est-ce qu'il me fait peur !).

Un tome sombre et cauchemardesque qui nous montre les Fables pas loin de l'impasse. Le chaos règne dans la structure narrative même de ce tome qui m'a semblé un joli mélange de tout et n'importe quoi.

Enfin, plus exactement, les Fables se retrouvant dispersées ici et là depuis que ATTENTION SPOILER Mister Dark a détruit Fableville, nous suivons leurs histoires aux différents endroits où ils se trouvent, et à divers moments, ce qui donne l'effet d'un récit assez chaotique et bousculé (mais que l'on suit sans souci).
Il ne se passe pas grand chose de notable dans ce tome mais les scénaristes et dessinateurs m'épatent toujours dans leur abilité à rebondir sur de nouvelles idées d'exploitation de personnages de contes de notre enfance, leur permettant d'étirer ce récit sans fin ! J'ai bien aimé par exemple le rôle du miroir magique ici.
Ce tome-ci met à l'honneur les sorcières des contes, avec le retour de Baba Yaga, et une petite nouvelle que je ne connaissais pas, Ozma. Frau Tottenkinder, elle, disparaît de la scène pour trouver une solution au problème Mister Dark.
La fin de ce tome annonce l'entrée en scène de la Fée Bleue. C'est vrai qu'on ne l'avait pas vue encore celle-là !

Enfin, ce tome offre un bonus plus à travers un épisode parenthèse qui nous rappelle l'existence à Haven de Gobe-Mouche, le légendaire Prince-Crapaud, un épisode sans grand grand intérêt qui m'a laissée dubitative.

Du bon et du moins intéressant dans ce tome qui m'a semblé faire un peu de surplace, et poser les bases et le contexte du tome suivant qui sera peut-être plus actif, déterminant.

Intègre le  

6 commentaires:

  1. Pfou, tu sais ce que je pense des séries interminables et étirées sans trop d'intérêt, non?
    Suite de mes aventures : hier concert avec un arpeggione (instrument très rare, connu surtout grâce à Schubert) et en bis une chanson de Béranger (chansonnier 19ème) intitulée Le pape musulman. A l'époque, ça osait pas mal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais celle-ci a beaucoup d'intérêt, c'est juste que parfois, l'auteur se fait plaisir et traînasse dans des parenthèses. Je redoute le jour où cette série se terminera en réalité !
      Allez chiche, fais-nous des parenthèses (intermèdes plutôt) musicales sur ton blog !^_^

      Supprimer
  2. Il faudrait que je m'y remette. J'ai fait un détour très peu concluant par un spin off cet été, j'aurais mieux fait de me concentrer sur la série mère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas où tu t'es arrêté mais l'intrigue évolue de façon intéressante sur les derniers tomes que j'ai lus (et il y a quelques parenthèses qui valent le détour dans le flot également;-)).

      Supprimer
  3. Bonjour A Girl, noté ! Bises et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfait Coccinelle ! Bises et bonne fin de semaine.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...