samedi 15 novembre 2014

LE CHEF DE NOBUNAGA - TOME 1


LE CHEF DE NOBUNAGA - TOME 1

Repéré dans le tome 1 du Maître des livres qui en faisait la pub, quand je l'ai aperçu en nouveauté au détour d'une bib', j'ai littéralement bondi dessus !
La comparaison qu'en faisait le résumé avec Thermae Romae et le fait que cette fois-ci, la thématique tournait autour de la cuisine, c'était juste ir-ré-sis-tible pour moi ! Je craignais toutefois un bis repetita de Thermae Romae avec exactement le même type d'intrigue, mais pas de va-et-viens dans le temps inexpliqué ici. Cette fois, c'est un de nos contemporains, cuisinier dans ce récit, qui se réveille dès le départ dans le Japon du XVIè siècle, dans la région de Kyôto, à l'époque Sengoku, période qui correspond pour nous à l'an 1568. 
(NB : l'époque Sengoku signifie littéralement "ère des provinces en guerre".)

Une période de l'histoire qui parlera davantage aux jeunes (et moins jeunes d'ailleurs) Japonais qu'à nous, il est en effet souvent fait référence à des personnages (a priori) illustres de leur histoire. C'est intéressant et en même temps frustrant car on se rend compte que ce n'est vraiment pas notre culture et qu'on n'a aucune connaissance dans ce domaine, du coup il n'y a pas vraiment d'échos immédiats en nous - un peu comme si on parlait des grands noms de la Guerre de Cent ans à des Japonais... C'est très instructif en tout cas mais je doute de retenir grand chose...

Ce qui est intéressant et mémorable en revanche, c'est de découvrir la réalité de l'époque, au niveau culinaire entre autres, et de suivre ainsi l'histoire et l'évolution de la cuisine japonaise en quelque sorte. Ken, notre cuisinier, vient donc clairement de notre époque. Nous ne savons pas comment il a atterri dans la période Sengoku, lui-même n'a aucun souvenir de son passé, en tout cas, son talent de cuisinier le fait vite remarquer par Nobunaga, gouverneur féodal, qui en fait rapidement et de force son cuisinier personnel.
Difficile de faire des miracles à cette époque au niveau culinaire, car nous découvrons que nombres d'ingrédients et condiments qui font partie intégrante de la cuisine japonaise d'aujourd'hui n'ont fait leur apparition que bien plus tard, telles les pommes de terre, introduites pour la première fois au Japon vers 1600 par les Hollandais qui en apportèrent de Jakarta, les patates douces, la sauce soja, le sucre, et j'en passe. Toutefois, les connaissances culinaires de Ken, basées sur la cuisine nippone actuelle et la cuisine occidentale, lui permettent toujours de relever les défis qui lui sont imposés par l'impitoyable Nobunaga et d'épater son entourage. J'ai moi-même salivé de nombreuses fois à la vue des mets réalisés. Je retiens entre autres le "yuzuke" dont la recette est donné en fin d'ouvrage. Dommage que ce soit en noir et blanc !
Le contexte historique est également bien dépeint, ce qui est particulièrement plaisant. On découvrira en cours de récit comment se nourrissaient les guerriers japonais, ainsi que "les barbares du Sud", ces premiers européens (des Portugais) venus apportés la bonne parole aux Japonais, et la façon dont ils sont accueillis au Japon.

Une série qui s'annonce très intéressante et instructive (j'ai découvert que les feuilles de bambou dont on se sert pour envelopper entre autres les sushis avaient des facultés bactéricides), mon seul bémol, c'est que la série ne soit pas en couleurs. Une série sur la cuisine est forcément plus attrayante et parlante en couleurs !
Vivement le tome 2 quand même !

12 commentaires:

  1. Ah, je m'empresse de le noter. J'espère quand même que l'on finira par expliquer au lecteur comme il s'est retrouvé là, ce cuisinier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose. Au début, il y a déjà quelques éléments qui indiquent déjà qu'il n'a pas atterri là tout seul mais tout cela reste très vague et surtout mystérieux. Cela n'est pas très dérangeant dans l'appréciation du récit cela dit. Enfin, pour l'instant.

      Supprimer
  2. Et bien ça m'a l'air très intéressant tout ça. Déjà, dès que ça parle de cuisine, ça m'intrigue toujours. La comparaison avec Thermae Romae ne me rassurais pas des masses mais en lisant ton article, je pense que ça a plus de chance de me plaire =)
    En plus, ça a l'air d'apprendre plein de choses ce manga (genre les pommes de terre en 1600, je ne savais même pas et la feuille de bambou aux facultés bactéricides, je l'ignorais aussi je m'endormirais moins bête ce soir XD)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah, c'est le pied de faire des découvertes de ce genre !^^ Je pense que cette série te plaira si tu es sensible comme moi à la thématique "cuisine". Et il semblerait qu'on en ait pour un moment à s'en régaler car le tome 5 paraît en France en décembre, et au Japon, ils en sont au tome 11...

      Supprimer
  3. Pour les séries manga, tu es le boss!
    Dis donc, tu as le Comte à la télé ce soir, avec Dipardiou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouep j'ai vu !^^ Enfin, la bande-annonce. Je suis rentrée trop tard pour le téléfilm. Mais bon, des extraits que j'ai vus, on était loin de l'ambiance du livre quand même.;-) Ça faisait trop... téléfilm, quoi...

      Supprimer
  4. Le roman est franchement au dessus, finalement... (restent trois parties, non?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, rien ne vaut le roman à mon avis, malgré la présence de Depardieu. Toujours pas vu plus que la bande-annonce, mais ça me suffira je crois.:-)

      Supprimer
  5. J'avais vu la couverture dans le maître des livres mais pas lu le texte en dessous !! Je ne savais pas que cela traitait de cuisine. J'adore la cuisine japonaise, mais de là à lire un manga sur le sujet... Je ne sais pas... Je vais laisser mûrir. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si tu adores la cuisine japonaise, tu ne risques pas d'être déçue pourtant.:-) Le petit plus de cette série, c'est qu'elle explore bien plus que la thématique cuisine puisqu'il y a un contexte historique fort qui est plutôt intéressant. Sans parler de cette intrigue plutôt mystérieuse à travers ce chef cuisinier de notre époque dont on ne s'explique pas la présence au 16è siècle.
      C'est nettement plus intéressant que "Le maître des livres" en tout cas.;-)

      Supprimer
  6. Ok, je me l'offrirai à l'occasion alors et reviendrai te dire si j'ai accroché ;-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe aïe, j'espère que tu apprécieras.:-) Je guette ton avis en tout cas, si tu te laisses tenter par cette série.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...