lundi 5 septembre 2016

LE CHANTEUR DE GOSPEL


THE GOSPEL SINGER

( LE CHANTEUR DE GOSPEL )

traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard

Au vu de la couverture et du résumé vite lu où j'ai aperçu les mots suivants, "bled paumé" (du pur Jérôme haha), "Géorgie", "canicule suce la terre", "poignardée", "shérif", "folie" je m'attendais à une sorte de polar noir à l'américaine, un peu sombre, avec son lot de misère et ce petit quelque chose de trash qu'aime bien Jérôme, un truc un peu saupoudré à la Buk. Bref, je tremblais légèrement à l'idée de ce qui m'attendait. J'avoue que ce qui m'a motivée, outre le challenge, c'est ce chanteur de gospel bien mystérieux, un titre et un personnage intrigants et assez attractifs pour moi car de tout temps, j'ai toujours adoré l'univers gospel.

En réalité, j'étais très loin de m'imaginer le monde dans lequel je mettais les pieds ! Déjà, comme me l'a appris Jérôme, j'étais en plein Southern Gothic, ça claque tout de suite différemment, et j'ai maintenant comme cette fierté de connaître ce terme.

Le chanteur de gospel est un type du fin fond de l'Amérique profonde qui a la bénédiction, ou la malédiction, selon le point de vue, d'être ZE Voice de son patelin et d'émouvoir les foules rien qu'en se servant de son organe. De tournée en tournée, le succès l'accompagne dans tout le pays. Il se forge un nom et se bâtit malgré lui une réputation de guérisseur et de faiseur de miracles, sans être particulièrement religieux dans l'âme. Tout l'inverse même, car lui ne voit que l'opportunité de lever quelques groupies en passant, étant très porté sur la chose. Très réticent mais parce qu'il doit revoir Marybell, il décide de repasser à Enigma, sa ville natale qui attend son retour comme le Messie. C'est l'enfant du pays, et Dieu sait si cette bourgade a besoin de miracles. Ce que notre chanteur de gospel ne sait pas, c'est que MaryBell a été violée et assassinée. Le début des emmerdes.

Contre tout attente, j'ai beaucoup aimé ce roman, surtout la verve de l'auteur, Harry Crews, que je découvre ici. Il a une manière de raconter les événements absolument jouissive, dans un style délectable, goûtu, vivant et riche, et de camper des personnages hauts en couleur. J'ai ressenti l'atmosphère poisseuse d'Enigma, je tremblais devant la misère humaine. Quant aux dialogues, qu'est-ce qu'ils envoient ! Des dialogues colorés qui ont du chien et du répondant.

"Il a qu'à être libre, mais ailleurs. À chaque fois que je mate par-dessus mon épaule, j'ai pas envie de l'avoir en liberté dans mon dos."

" - MaryBell, je crois que tu es tarée.
- Non.
- J'ai le droit de penser que si. Tout individu qui ouvre son coffre pour attraper la roue de secours et voit surgir une nana à poil a le droit de penser qu'elle est tarée."

Ce qui me marquera à vie dans ce récit, c'est ce concentré de vice humain et de misère humaine presque parodique, entre ploucs, losers et la cour des miracles, qui baigne dans un réalisme noir incroyablement bien rendu. Sans parler du grotesque avec, entre autres, les Freaks, des passages fascinants et obsédants !

Il y a dans ce récit quelque chose de totalement délirant mais également de profondément humain et lucide, le tout mêlé d'humour grinçant, qui m'a conquise.
Un roman qui n'a rien d'un thriller mais où l'on découvre tout de même, sans qu'il n'y paraisse, les dessous de l'affaire d'un meurtre tout au long de l'intrigue. Un développement subtil et rudement bien mené. Cette figure du chanteur de gospel, c'est vraiment quelque chose. Et les autres personnages ne sont pas en reste. J'ai trouvé l'évolution du personnage de MaryBell particulièrement fascinante et troublante.
Ce qui m'a énormément plu aussi, entre autres, c'est tout l'univers du "revival", sa folie, et les coulisses du business à l'américaine. Excellent, ça !

Enfin, j'ai beaucoup aimé le dénouement de l'intrigue qui se conclut de façon logique et cohérente, mais qui, relatée dans le style unique de Harry Crews, m'a foutu une claque quand même.

Également commenté par Jacky Brown dont la couverture du livre vaut le détour à elle seule !

L'auteur
Harry Crews, né en 1935, a été élevé à la dure et s'est engagé à dix-sept ans dans les Marines. Il fera de la prison, sera tabassé par un Indien unijambiste et croisera des destins hors du commun qui peupleront ses romans. Totalement atypique, souvent féroce avec les gens normaux et tendre avec les monstres, il s'est imposé comme l'un des plus grands écrivains américains de romans noirs.

Challenge Jérôme 3/3 yeehaaa !

14 commentaires:

  1. J'ai adoré comment, après avoir décrit la pagaille qui règne "partout où passe le chanteur", Harry Crews nous dépeint une foire aux monstres parfaitement organisée où tout est à sa place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Ce sont des petites choses comme ça qui font le charme incongru de ce récit.:-) Ce n'est pas tant l'intrigue en elle-même, ce sont les personnages, l'atmosphère générale et les situations que l'auteur met en scène avec une certaine ironie. Non vraiment, ça m'a beaucoup plu !:-)

      Supprimer
  2. Oh la oh la!!! Je suis encore mal remise de la couverture chez jacky Brown!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, elle est collector ! Mais si on se laissait arrêter par les couvertures, on passerait à côté de pas mal de pépites.;-)

      Supprimer
  3. Hé, hé, tu imagines à quel point la satisfaction se lit sur mon visage à la lecture de ce billet^^
    Je voulais t'emmener sur des sentiers différents qu'ils, ils me semblaient, t'étaient inconnus. Ce bon vieux Harry était parfait pour ça, même si le risque était grand que tu n'y trouves pas ton compte. Mais c'est un auteur trop méconnu à l'univers fascinant alors j'ai sauté sur l'occasion quand tu m'as demandé de te proposer quelques titres.
    Challenge terminé dès le mois septembre, franchement, chapeau bas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, je savais que tu jubilerais en lisant mon billet.;-) J'ai voulu rester sobre pour que tu ne t'excites pas de trop mais j'ai franchement aimé ce livre, difficile d'atténuer mon enthousiasme. Ceci dit, il n'y avait pas trop de risques là, c'est un genre littéraire et un style narratif où je suis à l'aise, il y a quand même un sacré côté délirant auquel je ne m'attendais pas. Non, les seuls univers où j'aurais pu avoir franchement du mal, c'est quand c'est un peu poético-lyrique ou quand le texte fait appel à la sensibilité du lecteur. Tu m'as épargné ça, je t'en remercie grandement !
      Oui, mission accomplie et ce avant fin 2016, tu n'imagines pas ma fierté.;-) Merci pour ces découvertes !

      Supprimer
  4. Encore un inconnu. Pas sûr que ça me plairait... Je ne tenterai pas l'expérience, ma PAL est suffisamment haute comme ça !
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûre non plus que ce soit ta tasse de thé, alors je n'insisterai pas.;-)
      Bonne semaine !

      Supprimer
  5. Je retiens, je pense que ça peut me plaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Je serais très très curieuse de ton avis !:-)

      Supprimer
  6. t'as tout beaucoup aimé quoi ! :) je suis très très tentée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même réponse qu'à Tiphanie.:-)
      Oui, j'ai tout beaucoup aimé pour résumer, haha !

      Supprimer
  7. Bonjour A_girl, merci pour ce conseil. Je connais le nom de l'écrivain mais je n'ai encore rien lu de lui. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, je m'aventurerais volontiers dans un autre de ses livres.:-) Bonne journée.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...