mardi 28 février 2017

MEMBRANE


MEMBRANE

traduit du chinois (Taiwan) par Gwennaël Gaffric

Un roman SF taïwanais ? Il ne m'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité ! Un rapide coup d'oeil à la quatrième de couv' pour m'assurer tout de même que l'intrigue me parlerait :
"Momo, une jeune esthéticienne réputée mais solitaire et marginale, vit dans une ville sous-marine d'un monde futur à l'écologie bouleversée. [...] Dans ce monde où les corps, les identités et les sexes se métamorphosent et se réinventent, les humains sont-ils encore maîtres de leur mémoire et de leur avenir ?"

J'achète ! Un récit autour d'une jeune esthéticienne, dans un monde sous-marin, où les corps et les identités se réinventent, ça me semblait prometteur d'une intrigue plutôt accessible avec, en bonus, une pointe d'originalité.

Si j'ai aimé toute l'imagination autour de cette humanité sous-marine, des raisons très cohérentes pour lesquelles les hommes ont dû se résoudre à vivre sous l'eau pour ne plus jamais refaire surface sauf cas exceptionnels, de cette coexistence entre humains, androïdes et MM, et du concept de la M-Skin, le reste, soit le coeur de l'intrigue même, ne m'a pas trop convaincue.

Une intrigue globalement intéressante pour ses réflexions sur les questions d'identité (qu'est-ce qui fait un "sujet humain" ?) entre autres, mais l'auteur tourne longuement autour, préparant une révélation finale qui aurait pu faire l'effet d'une bombe si ce n'est qu'à force de répéter des événements comme pour s'assurer qu'on a bien compris le contexte, rendant le tout confus et diffus, tuant une certaine dynamique, ça tombe un peu à l'eau. Du moins, c'est l'effet que ça m'a fait.

À un quart de la fin, on lit : "Voilà. Une fois exposées les préliminaires complexes de cette histoire, les choses intéressantes peuvent enfin commencer."
Trois-quarts de préliminaires avant que les choses intéressantes puissent commencer !! Heureusement que c'est un roman relativement court...

Par ailleurs, je n'ai pas franchement adhéré à l'écriture où l'on sent l'effort de style, un style qui se veut neutre, dénué d'incitation à l'émotion, et qui, au final, sonne peu naturel, presque insipide, quasi clinique, pas très fluide. Et pourtant, rien à reprocher au vocabulaire ou à la syntaxe, mais ça coule mal (à mon goût), ce n'était en tout cas pas très agréable.

Ce roman ayant été écrit dans les années 90, aux balbutiements d'Internet et des nouvelles technologies, j'ai trouvé amusant l'imagination de l'auteur, Chi Ta-wei, sur le monde du futur. J'ai particulièrement souri à la mention des "discolivres", un mixte entre disquettes et liseuses, haha ! Pour le reste, il ne s'en sort pas si mal, en particulier avec l'imagination de la M-Skin, véritablement révolutionnaire.

Un de mes petits bémols, c'est que, bien que l'on soit dans un roman taïwanais, il est très peu fait mention de la culture taïwanaise. C'est plus un roman véritablement SF, qui aurait presque pu être de n'importe quel pays.
Seul l'avant-propos de l'auteur apporte un éclairage intéressant sur la culture et la société taïwanaises, et également sur la particularité de l'auteur. Très instructif cet avant-propos par ailleurs.

L'auteur
Chi Ta-wei, né à Taipei en 1972, est auteur de romans et de nouvelles, dont plusieurs de science-fiction. Il est par ailleurs une figure importante des mouvements de défense de la cause homosexuelle et "queer" à Taïwan. Membrane, considéré comme le premier roman "SF queer" dans le monde chinois, est sa première oeuvre littéraire traduite en français.

18 commentaires:

  1. Mais où va-t-elle chercher tout ça? me disais in petto...
    Tu as remarqué tes expressions en cours de billet : 'ça tombe à l'eau' et 'fluide' et 'ça coule mal', en raccord avec le thème?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis restée dans l'ambiance.:-) Encore que je n'ai pas vraiment ressenti me retrouver sous l'eau dans ce roman.;-) Ça aurait aussi bien pu être en surface que je ne faisais pas la différence. Mais bon, ce contexte a quand même une grande importance dans le dénouement de l'intrigue.;-)

      Supprimer
  2. Désolé mais ce sera sans moi sur ce coup-là (même si j'adore ta prise risque avec un tel ovni ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un gros risque mais beaucoup d'espoir et pas mal de déception au final. Je m'en suis déjà remise.;-)

      Supprimer
  3. De la SF ? Sous l'eau en plus ? Je n'aurais pas pu. Taiwan en revanche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Taïwan, ça pesait lourd dans la balance pour moi aussi.:-) En réalité, ça reste très accessible pour des non SF-friendly, assez terre à terre même, rien de trop foufou SFment parlant. C'est ce qui m'a peut-être un peu déçue aussi au final d'ailleurs.

      Supprimer
  4. Oh, il me tentait tellement mais là je sais plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fie-toi à ton intuition. J'ai vu d'autres billets beaucoup plus enthousiastes et convaincus.

      Supprimer
  5. Je n’ai pas lu énormément de science-fiction dans ma vie mais un roman SF taïwanais ça pourrait déjà être suffisant pour piquer ma curiosité! Même si tu mentionnes après qu’on en apprend très peu sur la culture taïwanaise, c’est dommage. Honnêtement je doute que je le lise un jour, même si je reste curieuse de découvrir cette « humanité sous-marine ». Vraiment intrigant...!
    Pfffffffffffff et trois-quarts en préliminaires, ça fait quand même un peu long non? :D))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est particulièrement long dans ce contexte précis, haha !
      Bon, sinon je suis vraiment contente d'avoir découvert ce roman SF taïwanais, même s'il n'est pas à la hauteur de mes attentes. On ne lit pas de la SF taïwanaise tous les jours donc rien que pour ça... Mais bon, si on s'en tient à l'intrigue, vraiment ce n'est pas une lecture urgente non plus...

      Supprimer
  6. Dommage, le début de ton billet m'avait interpellée.. et comme j'ai récemment découvert, sur tes conseils, Sept yeux de chats, qui m'a beaucoup beaucoup plu (billet à venir), j'aurais volontiers ressigné si ce titre t'avait convaincue..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gnnnnnnnn !!! Hâte hâte hâte de découvrir ton billet sur Sept yeux de chats !!!! (et ouf ! en passant, haha) Bon, effectivement, "Membrane" est d'une toute autre catégorie, de celle qu'on oublie assez vite malheureusement (enfin, en ce qui me concerne car je reprécise que certains lecteurs ont tout de même beaucoup apprécié).

      Supprimer
  7. M'enfin, quand je cherche Sept yeux de chat à la bibli (je l'ai demandé!), je tombe sur trois livres : Mon lapin patate (jeunesse), Pinocchio and co, et un Fuir Pénélope (roman) qui me laisse rêveuse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaahahahaha "Mon lapin patate", tellement rien à voir ! Si encore ils t'avaient proposé "Watership Down" !;-) Bon, quant aux autres titres, ça se passe de commentaire. Étrange, tout ça !

      Supprimer
  8. Le début m'a intrigue je ne lis jamais ce type de livre vu la suite je passe mon tour . Je vais voir ton billet sur sept yeux de chat qui à interpellé plusieurs lecteurs
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il faut choisir, effectivement j'orienterais sans réserve sur "Sept yeux de chats" !:-)

      Supprimer
  9. Je n'ai jamais lu un livre chinois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il est encore temps ! Bon, je ne te conseillerais peut-être pas de commencer par celui-ci mais le choix ne manque pas.:-) Toi qui aimes les polars, tu devrais essayer Qiu Xiaolong.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...