mercredi 15 février 2017

POULETS GRILLÉS


POULETS GRILLÉS

Ça faisait un petit moment que l'idée de lire ce livre s'imposait à moi. J'avais vraiment envie d'une petite lecture fraîche, légère et désopilante, et là, l'appel de la hyène hilare était assez irrésistible. Repéré chez Keisha, rien qu'au titre, à la couv', au pitch, j'ai tout de suite su que ce roman était pour moi ! Et l'extrait qu'elle a choisi ci-dessous m'a vraiment été fatal :

"- Tu crois que si le 36 avait été au 38, on l'aurait quand même appelé le 36 ? demanda Dax.
Évrard fit gentiment mine de réfléchir avant de répondre :
- Non."

Mouahahaha ! Et tout le livre est du même tenant. Grands moments de gloussements de rire et "hahahaha" tonitruants gênants, lâchés en plein public dans le métro !

En quelques mots, Anne Capestan, alias commissaire la bavure, est mise au placard par sa direction, avec quelques autres éléments indésirables de la police. La voilà donc à la tête d'une fine équipe de bras cassés à qui l'on ne confie aucune enquête en cours, ceci pour redorer l'image de réussite de la police d'Île-de-France. De toute façon, la plupart n'envisage absolument pas de travailler, ils ne le faisaient déjà pas avant leur réaffectation dans cette brigade fantôme.

"Buron soupira et ôta ses lunettes.
- Capestan. La plupart sont hors circuit depuis des années. Vous n'avez aucune chance de les voir, je ne parle même pas de les faire travailler. Ils n'existent plus pour la police, ce sont des noms, sans plus. Si certains passent dans les locaux, ce sera pour piquer les stylos. Ne vous faites aucune illusion."

On les isole donc dans un appartement un peu pourrave qui fera office de commissariat, avec quelques cartons d'archives et d'affaires quasi classées, des fois qu'ils voudraient s'occuper un peu. Bon, rien de palpitant quand même, faut pas rêver.

C'est sans compter la ténacité de notre commissaire qui n'entend pas se tourner les pouces ainsi et se laisser clouer le bec, ni de quelques recrues atterries là pour d'obscures raisons mais qui ont encore un peu de professionnalisme dans le sang. De carton en carton, ils finissent par repérer des dossiers d'enquêtes non élucidées mais qui mériteraient bien qu'on y gratte plus profondément. C'est ainsi qu'ils se retrouvent à la tête de deux affaires qu'ils compteront bien résoudre malgré le peu de moyens du bord.

Aaaah j'ai vraiment passé un excellent moment de lecture hyène hilare en compagnie de cette brigade. L'auteure, Sophie Hénaff, a un humour vif et désopilant dont je me suis délectée tout le long, le sens de la formule truculente, des dialogues qui fusent et de la répartie. Elle mitraille quasiment chaque phrase et situation de dérision et de moquerie. Il n'est pas une scène, un paragraphe, qui ne chatouille les zygomatiques. C'est une vraie envolée de moments gaguesques, presque à l'instar d'un sketch. J'ai particulièrement adoré, dans ses personnages, l'inénarrable Eva Rosière (quel numéro cette femme, on ne s'ennuie pas une seconde avec elle), et la Scoumoune, le flic qui porte la poisse et dont la seule présence fait trembler tous ses collègues (excellent cette idée !).

Bon, certes, tout est à peu près prévisible, les personnages, les situations, l'humour, mais comme c'est précisément pour ça qu'on lit ce type de roman, on ne s'en plaindra pas. On ne s'étonnera pas que attention mini-spoiler de brigade de bras cassés, on découvrira au final une belle cohésion d'équipe, avec un happy end presque touchant pour peu qu'on se laisse faire.
Quant aux enquêtes, elles ne sont qu'un prétexte, histoire d'avoir des enquêtes parce que bon, quand même, c'est un polar. Ne pas s'attendre à l'intrigue du siècle donc, mais malgré tout, elle se tient bien, avec ses quelques surprises et retournements de situation. On n'échappe pas aux quelques grosses coïncidences et facilités d'auteur mais il y a tout de même son lot de palpitant et de thrillant dans ce roman policier. J'ai beaucoup aimé la fin, et, d'une manière générale, le développement de l'intrigue, même si attendu, qui est quand même subtilement mené.

Voilà un bon substitut à la très regrettée commissaire de Georges Flipo, et je suis d'autant plus enthousiaste quand c'est une femme qui est au volant de l'humour.
J'en redemande, je tiens absolument à lire la suite, Rester groupés, que je me réserve pour un voyage en train, ou avion, un coup de mou, une menace de panne de lecture, une pause entre deux pavés. La lecture vraiment idéale pour ça !

L'auteure
Journaliste à "Cosmopolitan" où elle tient la fameuse Cosmoliste, Sophie Hénaff est l'auteur de Poulets grillés, un premier roman qui a obtenu le prix Polars en séries, le prix Arsène Lupin en 2015 et le prix du meilleur polar francophone.

26 commentaires:

  1. Tu sembles très très enthousiaste. Pour ma part, je ne suis pas sûre de tenir toute une BD...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il n'y a que ça pour te freiner, tu peux foncer. C'est un roman.;-)

      Supprimer
  2. Mais ce n'est pas une BD ? C'est la couverture qui peut induire en erreur... ;-) Je serais assez tentée par cette bande de flics décatis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est bien un roman.:-) Ce sont peut-être les personnages dessinés qui peuvent induire en erreur. Bon, moi ça ne m'a pas fait l'effet BD, ça m'a juste évoqué une histoire rocambolesque, qui ne se prend pas trop au sérieux, avec une promesse de personnages hauts en couleur. J'avais tout bon. Je recommande.:-)

      Supprimer
  3. C'est un roman qui donne la pêche en effet!

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais oui, il faudrait que je songe à la suite (tu vois, bouquin parfait pour les zygomatiques!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai presque envie de lire la suite tout de suite ! :-) Ah ça, quand j'ai vu ce roman chez toi, j'étais convaincue que j'allais complètement adhérer !

      Supprimer
  5. Une lecture qui fait faire des Mouahahaha...? Plus que tentant !
    (J'ai moi aussi cru que c'était une BD au départ ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je t'assure, j'ai encore des fous rires à l'évocation ou au souvenir de certaines scènes !

      Supprimer
  6. Moi aussi, il faut que je lise la suite !! J'ai adoré ce premier tome.

    RépondreSupprimer
  7. A chaque fois que je vois cette couverture, je crois que c'est une BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être à cause des personnages dessinés.:-) J'aime bien cette couv', elle met tout de suite dans l'ambiance.

      Supprimer
  8. Je ne veux pas faire le rabat-joie mais sur la longueur ce type d'humour risque de m'arracher des bâillements. C'est ce qui m'était arrivé avec Nadine Monfils et ses "vacances d'un serial killer", j'ai l'impression que je ressentirais la même chose ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis quasi prête à parier que non.;-) Je n'ai pas lu "Vacances d'un serial killer" parce que déjà, je ne le sentais pas. Disons que ça sentait un peu le truc gros sabots, sans finesse, avec l'humour vraiment facile... Rien qu'au titre, je voyais le genre d'histoire qui m'aurait lassée au bout d'un moment, peut-être parce qu'un peu grotesque dans le concept, mais bon, je peux me tromper, alors que Poulets grillés, c'est plus réaliste déjà comme contexte, et au-delà de l'humour, j'ai trouvé le style franchement savoureux.
      Tente-le ! Si vraiment tu baîlles ne serait-ce qu'une fois, je suis prête à lire une autre de tes recommandations qui me sortirait de ma zone de confort.;-)

      Supprimer
  9. Une lecture à zygomatiques ça ne se refuse pas! Et puis c’est tout à fait le genre d’extrait qui me fait rire par son cynisme et son ironie, ce côté décalé, j’en redemande! Si la répartie est de la partie, alors je craque. Qu’est-ce que ça fait du bien ce genre de lecture (ça remonte le moral après Station Eleven et sa caravane en guise de QG ^^)
    Que ce beau livre soit mené par une femme me plaît aussi énormément...
    (« un coup de mou », j’adore cette expression, je vais essayer de la ressortir ici, c’est top! Même si c’est pas top d’avoir un coup de mou, on s’entend ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, les lectures à zygomatiques (je suis fan de cette expression, je sens que je vais la ressortir ^^), c'est toujours bon à prendre, bien qu'il faille faire le tri quand même, sinon, comme dit Jérôme, on peut vite se lasser. En tout cas, celle-ci, c'est de la bonne.;-) Je recommande !
      Et c'est vrai qu'on lit moins souvent les femmes dans ce registre. En ce qui concerne les romans français en tout cas.

      Supprimer
  10. Je en connais pas du tout, mais les a-t-on vraiment grillés?

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour A_girl_from_earth, si tu as aimés Poulets... je te conseille la suite Rester groupés où on retrouve toute la brigade. http://dasola.canalblog.com/archives/2016/04/25/33665660.html La fin est croquignolette. J'espère que Mme Henaff ne tardera pas à écrire une suite. J'ai eu la chance de la rencontrer à Quai du polar l'année dernière: très sympa. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir dasola, oh oui, je compte bien lire la suite, Rester groupés, et je compte déjà parmi mes lectures prioritaires le troisième opus qui, j'espère, est dans les tuyaux ! Bon weekend.

      Supprimer
  12. Je note et re re note ! Ca semble effectivement excellent, et comme j'avais bcp aimé la commissaire de Georges Flipo, je ne dois pas me tromper !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non tu ne te trompes pas ! Je suis convaincue que tu te régaleras ! J'ai hâte de te lire à ce sujet !

      Supprimer
  13. J'adore l'épisode rires dans le métro :-)

    RépondreSupprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...