mercredi 10 mai 2017

BRISER LA GLACE


BRISER LA GLACE

"L'ours se tient, immobile, à quelques mètres.
Je fais face au sommet de la chaîne alimentaire et je retiens mon souffle; c'est la moindre des choses quand on dévisage le seigneur de la banquise. [...]
J'avance d'un pas, mes yeux plantés dans les siens.
L'ours reste imperturbable.
Je dois maintenant prendre une décision cruciale.
Faut-il partir en courant ou faire le mort ?
Agiter les bras en criant ?
Ou acheter cette carte postale représentant l'animal emblématique de l'Arctique sous l'inscription Welcome to Groenland ?
J'opte pour la dernière solution et attends sagement mon tour à la caisse du duty free."

Voilà qui donne le ton dès la première page du livre.^^
Je n'avais pas encore lu ce passage que, dès que j'ai aperçu le nom de Julien Blanc-Gras sur la couverture, écrivain-voyageur chouchou depuis que j'ai lu Touriste, je me suis emparée de cet ouvrage, convaincue que je tenais là une valeur sûre en terme de plaisir de lecture et de rires de hyène hilare.
C'est que l'auteur narre ses voyages avec beaucoup d'aisance, dans un style unique animé par un grand sens de la dérision (et ça, j'en raffole !).

Il pourrait m'amener au Groenland (ça doit être une expérience visuelle bluffante, mais j'ai plus d'affinités avec les contrées plus chaleureuses et rechigne un peu à l'évocation du froid) que je le suivrais.
C'est précisément là qu'il nous amène d'ailleurs. Un voyage payé par l'éditeur (la chance), à bord d'un voilier où il se trouvera en compagnie d'un peintre et de deux navigateurs d'origine bretonne (important ça), le Capitaine et le Second. Quatre inconnus sur ce bateau pour quelques semaines (ça présageait bien ça aussi), navigant sur les eaux polaires et explorant une partie du territoire groenlandais. Il m'est impossible de citer tous les endroits qu'ils ont visités ou simplement traversés, mais j'ai retenu comme lieux, Nuuk, la capitale, Ilulissat, l'île de Disko et la baie de Tartunaq, ainsi que la vision d'icebergs à perte de vue, l'évocation des glaciers, dont Eqi, quelques phoques, et un froid polaire.

Julien Blanc-Gras partage avec beaucoup d'à-propos ses impressions sur le territoire groenlandais, ses relations avec ses compagnons de voyage (des moments d'anthologie, la hyène hilare toujours en embuscade), leurs (dures) épreuves (c'est que la traversée des eaux polaires n'est pas de tout repos ni sans risques), ses chocs visuels, sa fascination pour le paysage groenlandais, ses rencontres et ses échanges avec les locaux, le tout avec un tel humour désopilant et vivifiant que je ne me souviens pas d'une page où je n'aurais pas ri.

Des extraits :
"-Quel jour on est ?
La mer a perturbé nos repères spatio-temporels. Quel intérêt de nommer un jour, alors qu'il suffit de le vivre ?
- On est dimanche, je crois.
- Non, on est dimanche au fin fond du Groenland."

"Les touristes
[...] Eux n'ont pas d'ancêtres. Le fait de partir en vacances pour marcher dans la boue est une activité tardive chez l'être humain, dont on retrace les origines dans la seconde moitié du XXè siècle."

Et sur la beauté des lieux :
"Les images sont époustouflantes. [...] Ici, on n'est jamais à l'abri d'un supplément pour les yeux, même quand on croit être arrivé au bout du sublime."

Un ouvrage qui évoque aussi un peu l'histoire du Groenland (vite fait mais bien fait, toujours avec humour) et qui remet un peu les pendules à l'heure, car Julien Blanc-Gras rigole mais pas que, en démentant les images d'Épinal qui ne sont plus vraiment d'actualité depuis des lustres, ou en rétablissant la réalité socio-économique du pays. Les Inuits ne vivent pas dans des igloos et sont des gens du 21è siècle qui vivent à l'ère d'Internet et compagnie. Bien sûr, certains us et coutumes perdurent, ils ont un mode de vie propre à leur environnement, mais la plupart sont bien plus modernes qu'on ne le pense. Il faut dire que la politique danoise d'urbanisation a participé à la destruction de la société traditionnelle. C'est aussi de là que provient le mal-être groenlandais.

"[les Groenlandais] n'ont plus les compétences pour survivre en mode traditionnel. Et la plupart n'ont pas acquis celles du monde contemporain."

Autre sujet sérieux, un des grands périls qui menacent le Groenland, la fonte des glaces. On le sait mais ça ne fait pas de mal de le rappeler.

"Au cours de la dernière décennie, le Groenland a perdu deux cent milliards de tonnes de glace. Chaque année. Dans un siècle, ce panorama aura peut-être disparu."

Bien d'autres aspects du Groenland sont évoqués, entre autres la richesse du sous-sol en trésors minéraux, dont l'extraction serait facilitée d'ailleurs par cette fonte des glaces et dont on n'imagine pas encore bien les conséquences à plus ou moins moyen terme. Aubaine ou problèmes et conflits à venir ?

Un récit de voyage truculent, un petit livre qui ne paye pas de mine comme ça mais bon sang, quelle lecture jubilatoire et fortement instructive sur le Groenland. En fait, ça donne quand même envie d'y aller avant qu'il ne soit trop tard. J'ai en tout cas regardé sur Internet pas mal de photos des lieux évoqués en cours de lecture, et rien que là, j'en avais plein les yeux !

18 commentaires:

  1. Je ne suis pas très Groenland non plus, mais avec Julien Blanc-Gras, j'irais bien tant "Touriste" m'avait plu aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis convaincue que tu ne seras pas déçue du voyage alors.:-)

      Supprimer
  2. Un livre repéré en gare, attendant un train de retour à la maison, juste après mon voyage au Groenland. J'en peux plus, là!!!
    Je confirme tout ce que tu dis, les icebergs , le sous sol riche, la fonte des glaces, le grand écart entre deux modes de vie, et les paysages époustouflants! Si, faut y aller!(en août, il ne fait pas si froid, voir mes photos)
    http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/search/label/voyage%20en%20Islande%20et%20Groenland

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens bien de ton récit de voyage.:-) J'ai d'ailleurs vérifié les lieux que tu avais pu visiter et l'auteur est passé par là aussi ! Apparemment, des passages "obligés" quand même quand on voyage au Groenland. Sûr que ce livre te plaira et te rappellera quelques souvenirs.;-)

      Supprimer
  3. Comme toi j'aime la truculence de cet auteur. Celui-ci m'attend, comme tant d'autres malheureusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, je ne me permettrais pas de te dire que ça se case facilement, m'enfin, quand même, ça se case facilement.;-)

      Supprimer
  4. Un livre qui fait rire, cela ne se refuse pas !! Je ne connais pas du tout cet auteur. Si Touriste est sorti en poche, je commencerai par celui-là..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, n'hésite pas pour Touriste ! Il est en poche. Je viens de vérifier.;-)

      Supprimer
  5. Ma foi, si un jour j'ai envie de me rafraîchir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, c'est vrai que c'est une lecture très rafraîchissante, par bien des aspects.:-)

      Supprimer
  6. J'avais beaucoup aimé "Touriste" et les extraits confirment que son humour est toujours présent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui oui, je n'ai pas été déçue du tout ! L'humour est plus que jamais au rendez-vous.:-)

      Supprimer
  7. whouhhh, ça devrait me plaire ! Je n'ai jamais lu cet auteur. L'ours me fait penser à Irving!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu me rappelles que je n'ai toujours pas lu Irving alors qu'il est sur ma LAL depuis des lustres !

      Supprimer
  8. Han!!! Le beau livre!!! Il faut absolument que je découvre cet auteur qui a vraiment tout pour me plaire! D’ailleurs l’Alaska et le Groenland sont mes prochaines destinations. Et payé par l’éditeur, non mais tu imagines la chance!!! Icebergs, glaciers, froid polaire (même pas peur ^^), phoques.................. OURS (trop peur!).................. quelle horreur j’en ai tellement peur et dans les forêts ici c’est assez coutume d’en croiser! Au secouuuuuuuuuuurs! Je suis là à me promener avec mon minuscule sifflet « anti-ours », comme si ça pouvait les effrayer! :D
    Des instants de rire en plus avec ton livre, my god c’est LE livre pour moi!!!! <3
    Merci pour la découverte, gros bisous polaire :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Han j'adoooooore les ours !!! Enfin, de loin, derrière mon écran, haha ! J'imagine qu'ils doivent être "dangereux". Enfin, ce sont des animaux sauvages et imprévisibles, pas des nounours, donc mieux vaut ne pas s'y frotter de trop près.:-)
      Pfiou ! Alaska et Groenland ! Tu cherches vraiment le froid !^^ Remarque, le Groenland m'attire de plus en plus. On doit en avoir plein les yeux. Ce sera sûrement une expérience assez unique que tu vivras. Quelle chance !
      Je suis convaincue que tu adorerais ce livre de Julien Blanc-Gras. Et même, n'importe lequel de ses livres.:-)
      Gros bisous polaires (c'est mignon, j'imagine un purs polaire là^^).

      Supprimer
  9. Je ne connais pas du tout l'auteur, mais un récit de voyage de temps en temps ça peut être agréable ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout quand c'est aussi dépaysant et rafraîchissant.:-) Et que le tout est raconté avec un grand sens de la dérision.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...