lundi 29 janvier 2018

CHERCHE MARI DÉSESPÉRÉMENT


CHERCHE MARI DÉSESPÉRÉMENT

traduit de l'arabe (Égypte) par Marie Charton


Un livre qui n'a pas manqué attiser ma curiosité quand j'ai vu que l'auteure était égyptienne. Oui, parce que, bien que le thème soit croustillant, ç'aurait été sous la plume d'une Française ou d'une Américaine, je ne me serais pas forcément arrêtée sur ce titre qui fait écho à des problèmes sociaux certes très contemporains, surtout dans les grandes villes, mais qui ont nourri tant de romans chick-littiens qu'on en est un peu blasé. Quoique... Il m'arrive bien de temps à autre de regarder "L'amour est dans le pré" quand je tombe dessus par hasard.^^ Mais quand il s'agit d'autres cultures, ce sujet m'interpelle toujours.

Ghada ABDEL AAL


CHERCHE MARI DÉSESPÉRÉMENT

vendredi 26 janvier 2018

PETITE VOLEUSE


PETITE VOLEUSE


Quatrième de couv' :
"Étudiante en littérature, Corrina Park se voit très bien dans la peau d'un auteur de best-seller. Las, ça fait cinq ans qu'elle ronge son frein dans une agence de publicité à New York et la seule chose qu'elle ait jamais écrite, ce sont des... slogans. Pourtant, un événement a priori anecdotique va changer le cours de son existence."

Quand je lis ce résumé que je n'avais pas lu en empruntant ce roman graphique (le premier de l'auteur, Michael Cho), j'ai l'impression que tout est dit et que l'adaptation de ces trois phrases en BD n'a rien apporté de plus véritablement.

Michael CHO


PETITE VOLEUSE

dimanche 21 janvier 2018

THE DARK FOREST


THE DARK FOREST
           REMEMBRANCE OF EARTH'S PAST - TOME 2

traduit du chinois par Joel Martinsen

( LA FORÊT SOMBRE - TOME 2 )

Il y a un peu plus d'un an, je découvrais le tome 1 de la trilogie du "Problème à Trois Corps", mes premiers pas dans la SF chinoise, une expédition que j'avais un petit peu appréhendée, craignant une intrigue inaccessible au tout-venant, et qui, au final, s'est révélée concluante, bluffante et complètement captivante malgré ses complexités scientifiques. De la SF de très haut niveau avec peut-être un ou deux bémols qui ne pèsent ceci dit rien dans l'ensemble.
C'est donc confiante que j'ai enchaîné avec le tome 2, La Forêt sombre, que, tout comme le tome 1, j'ai lu dans sa traduction anglaise, en ayant fait l'acquisition avant la parution de la traduction française.

lundi 15 janvier 2018

HÔTEL DU GRAND CERF


HÔTEL DU GRAND CERF

Bartelt, c'était un de mes auteurs français chouchou à une époque (plus de 10 ans...). C'était une valeur sûre pour moi dans la catégorie divertissant, cocasse, désopilant, loufoque. J'étais toujours assurée que la hyène hilare serait au rendez-vous à chaque lecture. Un humour barge et corrosif auquel j'adhérais bien, mais aussi une écriture précise et juste dans ses approches et descriptions de la nature humaine, l'art de dépeindre le côté drôle des situations, des comportements, de la psychologie humaine, avec une petite prédilection pour les milieux provinciaux.

Bien sûr, ce n'était pas toujours à 100% le jackpot, aucun de ses romans n'est jamais arrivé à la hauteur du premier lu, Le Costume, en terme de truculence, mais je m'étais toujours dit que je reviendrais sans souci à son univers et à ses oeuvres. C'était sans compter les impitoyables tentations ici et là, les LAL et PAL, bref, le problème est connu, d'autant plus que c'est un auteur plutôt discret sur la toile et dans les médias.

jeudi 11 janvier 2018

LES CHRONIQUES SUÉDOISES


LES CHRONIQUES SUÉDOISES

Cet album est une farce de bout en bout et j'adhère totalement à son concept !
C'est chez Sassenach que je l'ai repéré et je me frottais les mains à l'avance à la perspective de cette découverte inespérée côté BD suédoise !
Comme souvent, je ne fais pas très attention à la quatrième de couv' et me fie simplement au titre. Une lecture en diagonale me permet tout de même de situer que le postulat de départ de cet album, c'est la Suède comme modèle de société et de mode de vie. Le sous-titre "Un peu de Suède dans ce monde de brutes" en disait long. J'étais véritablement ravie de l'opportunité qu'allait me donner cet album d'en découvrir davantage sur la société et la culture suédoises, et ce pourquoi ils seraient un exemple à suivre.

Nils GLÖT


LES CHRONIQUES SUÉDOISES

dimanche 7 janvier 2018

PARCE QUE JE DÉTESTE LA CORÉE


PARCE QUE JE DÉTESTE LA CORÉE

traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Mélanie Basnel

Un de ces rares témoignages d'un Nord-Coréen qui aurait échappé à la censure, décrivant l'enfer quotidien dans son pays ? Que nenni ! C'est de la Corée du sud qu'il s'agit ici, que je visualisais, à l'instar du Japon, comme un de ces pays asiatiques effervescents, doté d'un brin de folie, alliant à merveille modernité et traditions, et avec peut-être un peu moins de contraintes sociales que le Japon. Un pays où l'on n'a pas l'air trop malheureux en somme. Ou alors serait-ce qu'il ne serait bon qu'à visiter et y séjourner en tant que touriste ?
J'étais d'autant plus intriguée par ce cri du coeur du titre que l'auteur est coréen et qu'il a choisi, pour l'émettre, une jeune Coréenne dont il fait le personnage principal de son livre.

CHANG Kang-myoung


PARCE QUE JE DÉTESTE LA CORÉE

mardi 2 janvier 2018

I HATE FAIRYLAND - TOME 1


I HATE FAIRYLAND

Tome 1 - MADLY EVER AFTER

               ( LE VERT DE SES CHEVEUX )


Résister à ce titre et à cette couverture, pour quelqu'un friand comme moi des contes détournés, réadaptés, revisités, c'était impossible, même si ça signifiait se lancer à nouveau dans une énième série dont j'ignorais le nombre de tomes au final. Le décalage entre le graphisme coloré et sucré de cet album et la violence qui émanait de cet univers, et en particulier de cette petite fille, m'intriguait assez pour que je craque au détour d'une librairie.

Enfin... Petite fille ? Pas vraiment !

Skottie YOUNG


I HATE FAIRYLAND - TOME 1

I HATE FAIRYLAND - TOME 2

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...