mercredi 16 avril 2014

CONTES DE PERRAULT


CONTES DE PERRAULT

Illustrés par Gustave Doré

Une relecture qui s'imposait après avoir lu Le Petit Chaperon rouge sous un autre oeil par l'intermédiaire d'Anne-Marie Garat. C'est précisément la version de Charles Perrault, l'officielle, la première (inspirée de versions du folklore populaire transmises de bouche à oreille), qu'analyse Anne-Marie Garat, et plus précisément encore, celle illustrée par Gustave Doré (dont les illustrations passent au crible également).

J'ai dû être tellement frappée par toutes les allusions à côté desquelles j'étais passée enfant qu'il fallait visiblement que je me relise tous ses contes !

Sachant que j'ai dû lire du Perrault, du Grimm, du Andersen, et diverses adaptations de contes, et que la version Perrault n'était plus nette dans ma tête, cette relecture n'était pas du luxe en réalité, car si je me souvenais que chez Perrault, Chaperon rouge se faisait dévorer toute crue et point final, sans intervention de chasseurs pour la sauver à la fin comme dans d'autres versions plus édulcorées, je n'avais aucun souvenir par exemple que la Belle au Bois dormant avait eu deux enfants après avoir trouvé son Prince charmant et que l'histoire ne s'arrêtait pas là, ni que Cendrillon avait dû aller deux fois au bal avant de perdre sa pantoufle de verre, et plein d'autres petits détails comme cela, assez amusants, qui m'ont fait redécouvrir ces contes sous un oeil neuf.

Huit contes en tout ici :
Le Petit Chaperon rouge - Le Petit Poucet - La Belle au Bois dormant - Cendrillon, ou la Petite Pantoufle de Verre - Le Maître Chat, ou le Chat Botté - Riquet à la Houppe - Les Fées - La Barbe Bleue

C'est assez intéressant au final de voir ce que l'enfant retient de ces histoires somme toutes assez sanglantes (La Barbe bleueLe Petit Chaperon rouge, Le Petit Poucet (j'avais oublié les filles de l'ogre égorgées par leur père !) (enfin, pas vraiment oublié mais je trouve ça plus horrible à lire aujourd'hui qu'à l'époque, où cela intégrait parfaitement le récit sans me faire sourciller...) (étrange, quand même...) (ou alors je suis devenue une vieille pie un peu psychorigide...) (ou juste un peu douillette...^^)), violentes dans une certaine mesure, presque barbares même, et noires, voire glauques, tout cela agrémenté des illustrations de Doré qui ajoutent à l'atmosphère inquiétante de ces contes, mais visiblement, on y survit... et même, on en redemande des années plus tard !^^ 
Comme tout finit toujours bien à la fin (sauf pour Le Petit Chaperon rouge de Perrault), peut-être qu'enfant, on savoure ces moments de frayeurs et de frissons tout en intégrant parfaitement le fait que tout cela n'est que fiction, allez savoir...

Des contes pas aussi enchanteresques / merveilleux que dans mon souvenir mais toujours aussi délicieux. Mon regard d'adulte verrait-il au-delà de la jolie petite histoire ?^^

Intègre le    et le  

12 commentaires:

  1. C'est ce que j'adore avec les contes, les lire ou les relire en étant "grande".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait un moment que j'ai dans ma LAL "Si les fées m'étaient contées : 140 contes de fées", un pavé de 1700 pages ! Je crois que je vais me l'offrir un jour - ou me le faire offrir !^^

      Supprimer
  2. Il faudrait que je les relise moi aussi... En tous cas je constate que tu as de la suite dans les idées... et j'attends ton avis sur l'album ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis dans une période "contes". Je viens de me noter encore un album chez Violette, "Le chat qui courait sur les toits", en plein dans la thématique !^^
      Et ça y est, j'ai récupéré ma commande des ours nains chez Gibert ! Ce WE, c'est "contes détournés", en comptant en plus "La petite fille en rouge," oui !;-)

      Supprimer
  3. ça rigolait pas chez Perrault, c'est certain. A coté les frères Grimm sont des petits joueurs...

    RépondreSupprimer
  4. Tu me donnes une furieuse envie de m'y lancer... (tu lis aussi le Bettelheim? ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai remis en évidence dans ma LAL récente.^^

      Supprimer
  5. Eh oui, avant d'être édulcorés les contes n'étaient pas pour les enfants ! En tout cas, ils racontent leur époque, faite de noirceur et de violence... Ce qui n'a pas tellement changé finalement ! Merci pour cette lecture dans le challenge, bonne continuation et bon weekend de Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très juste, tout ce que tu dis. Des récits qui reflètent leur époque, faite de noirceur et de violence... ce qui n'a pas changé. Je viens de finir un album intitulé "La petite fille en rouge" d'Aaron Frisch qui illustre vraiment cela ! Il intègrera bien sûr le challenge des contes quand j'aurai publié le billet correspondant.;-)
      Bon week-end de Pâques !

      Supprimer
  6. Tous ces contes qui font en fait super peur !!! je pourrais bien aussi m'y replonger pour les redécouvrir avec au moins 30 ans de plus !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, mais je n'ai pas le souvenir d'avoir eu "super peur" en lisant ces contes enfant. J'étais juste fascinée, envoûtée, charmée, et fébrile face au suspense. Aujourd'hui oui, je les trouve effrayants, teintés de noirceur, parfois violents, mais toujours aussi fascinants !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...