dimanche 30 décembre 2018

2018 en bref et prévisions 2019


Voici venu le moment de mon petit check-up annuel - côté livres !
Comme je l'expliquais l'année dernière (et l'année d'avant), (hop, cop/col) j'aime les bilans chiffrés parce que, personnellement, ça me donne un bon indicateur de ma santé livresque. C'est comme la température corporelle. À 37°, tout va bien, à plus de 40°, faudrait peut-être voir à consulter, et à moins de 35°, Houston, il y a un problème, c'est que je frise la mort cérébrale.

jeudi 27 décembre 2018

DEATH' S END


DEATH'S END
             REMEMBRANCE OF EARTH'S PAST - TOME 3

traduit du chinois par Ken Liu (qu'il faut que je lise absolument en passant !)

( LA MORT IMMORTELLE )

Troisième et dernier volet de la trilogie du "Problème à Trois Corps" de Cixin Liu, entamée il y a deux ans. Mes premiers pas dans la SF chinoise, une expédition que j'avais un petit peu appréhendée, craignant une intrigue inaccessible au tout-venant, et qui, au final, s'est révélée concluante, bluffante et complètement captivante malgré ses complexités scientifiques. De la SF de très haut niveau avec peut-être un ou deux bémols qui ne pèsent ceci dit rien dans l'ensemble.

lundi 24 décembre 2018

HISTOIRE D'UN CASSE-NOISETTE


HISTOIRE D'UN CASSE-NOISETTE

Il y a quelques mois, je m'étais attelée un peu tardivement à la lecture du Casse-Noisette d'E.T.A. Hoffmann, par curiosité. Ayant découvert qu'Alexandre Dumas l'avait adapté dans une version qui aurait par ailleurs inspiré le ballet de Tchaikovsky, je m'étais programmée d'en faire mon conte de Noël de décembre (il ne s'agit nullement d'une tradition mais disons que ça tombait bien) même si l'oeuvre originelle ne m'avait pas enthousiasmée outre-mesure. 

Sous la plume d'un Dumas, n'importe quelle oeuvre serait forcément savoureuse, me disais-je alors. Mais il n'y a rien à faire. Même raconté par Alexandre Dumas, Casse-Noisette restera le moins enchanteresque des contes, du fait même de son/ses personnage(s) principal/aux qui ne peut/vent faire rêver. 

mercredi 19 décembre 2018

L'ÉQUATION DE PLEIN ÉTÉ


L'ÉQUATION DE PLEIN ÉTÉ

traduit du japonais par Sophie Refle

Ah Keigo Higashino, un auteur presque chouchou ! Un auteur doudou disons. Non pas dans le sens feel-good, les romans bons sentiments vers lesquels on se réfugie quand on a un petit coup de blues, mais dans le sens, un moment de lecture confortable quand même, une valeur sûre quand je me dis que je lirais bien un petit thriller où je serais dans mes aises mais qui sort quand même un peu de l'ordinaire. Sobre, subtil, original et complexe à la fois, sans forcément d'action à tout-va, et qui agite bien les neurones. Tout ce que j'aime dans le genre thriller quoi.
Je n'ai lu que deux romans de sa série mettant en scène le physicien Yukawa, et jusqu'à présent, j'ai toujours été assez soufflée par la manière dont il conduisait ses intrigues. Dès le départ, on connaît l'assassin mais la difficulté consiste à prouver de manière irréfutable que c'est lui.

lundi 17 décembre 2018

DEUX FRÈRES


DEUX FRÈRES

traduit du portugais (Brésil) par Michel Riaudel
D'après l'oeuvre de Milton Hatoum

Bien sûr que j'avais repéré cet album des frères brésiliens Fábio Moon et Gabriel Bá depuis sa parution il y a bien 3 ans, vu que j'avais été, comme beaucoup, soufflée par la sensibilité narrative et graphique de leur précédent album Daytripper.
Sans savoir de quoi Deux frères parlait, j'étais quasi prête à m'y plonger les yeux fermés car ces deux auteurs avaient atteint pour moi le statut de "valeur sûre". Et pourtant, je pressentais tout de même le sujet qui risquait de me laisser en bord de chemin. Histoires de familles, mythe de la haine fraternelle, pas vraiment mes thématiques de prédilection, en plus du déjà-vu et revu (rien de nouveau sous le soleil comme on dit).

jeudi 13 décembre 2018

THE STREET SWEEPER


THE STREET SWEEPER

( LA MÉMOIRE EST UNE CHIENNE INDOCILE )

Il y a des romans sur lesquels on porte beaucoup d'espoirs à la lecture (au survol) de la quatrième de couv et des avis enthousiastes. Tel celui-ci. Sans compter que l'auteur est Australien et comme ils sont bien rares dans mes rayons, ça a tout de suite une aura particulière. Et on se fait des films où ce livre sera la révélation de l'année. On ne doute pas une seconde que ce sera terrassant. Comment pourrait-il en être autrement ? Rien que les thèmes entrevus promettent des moments bouleversants, déchirants, de ceux qui mettent un coup sur le crâne.

La quatrième de couv :
"New York aujourd'hui. Ex-taulard en probation dans un hôpital, Lamont, jeune Noir du Bronx, se lie d'amitié avec un patient, rescapé des camps. [...]"

Elliot PERLMAN


THE STREET SWEEPER

samedi 8 décembre 2018

DEMAIN C'EST LOIN


DEMAIN C'EST LOIN

Un titre qui ne veut rien dire, absurde, voire à deux doigts du foutage de gueule, même si on croit y déceler un trait d'esprit au premier coup d'oeil, et qui interpelle précisément pour cette raison. Un auteur qu'on sent dans l'envie de délirer et sans forcément faire dans la dentelle... Lecture divertissante en vue donc. 
C'est toujours bon à prendre mais je ne m'y serais pas forcément arrêtée si je n'avais repéré, dans le billet de Jérôme, qu'il y était question "des mésaventures d'un certain François Feldman, pas le chanteur mais un trentenaire au nom juif et à la tête d'arabe qui a grandi parmi les racailles d'une cité lyonnaise et qui se retrouve malgré lui en cavale dans la voiture de sa banquière avec une bande de dealers aux trousses."

Jacky SCHWARTZMANN


DEMAIN C'EST LOIN

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...