dimanche 13 avril 2014

UNE FAIM DE LOUP


UNE FAIM DE LOUP

         LECTURE DU PETIT CHAPERON ROUGE

En grande fada des contes qui ont enchanté mon enfance, et de tout ce qui s'y rapporte de près ou de loin, contes détournés, revisités, réadaptés, analyses, etc, quand j'ai repéré cet ouvrage d'Anne-Marie Garat chez Jérôme, je ne pouvais pas le laisser passer dans ma PAL 2020 ! (ça me rappelle d'ailleurs que j'ai toujours Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim ... au fin fond de ma LAL 2000... )

Comme j'ai un peu tardé à rédiger mon billet, je vais exceptionnellement reporter ici, en lieu et place d'un billet classique, mes réactions sur Facebook en cours de lecture à propos de ce livre (d'un pratique ça !). Tout y est dit, ou presque.^^

(cliquer pour agrandir)

Je rajouterai tout de même que, si je n'étais pas toujours d'accord avec l'analyse de l'auteure et que je l'ai trouvée parfois tirée par les cheveux (notamment tout ce qu'elle imagine autour des rapports entre le Chaperon rouge, sa mère et la mère-grand, ou, exemple au hasard, le symbolisme de la galette, "la galette a force d'hallucination sensuelle et amoureuse", mouiii o-kay), j'ai été bluffée par sa précision et son jusqu'auboutisme. Ça reste terriblement intéressant et passionnant, une merveille de commentaire de texte très poussé. J'ai par ailleurs appris beaucoup et eu quelques révélations. En vrac et en en oubliant :

- le contexte de l'époque où se véhiculait ce conte (les coutumes, les traditions, le mode de vie)
- ce qu'était véritablement un chaperon, et donc, tout ce que l'on peut en tirer comme conclusion
- la genèse des contes de Perrault, le conte originel, tel que transmis dans la tradition populaire, bien plus sanguinolent et cru, le rapport à son fils, quelque chose de dramatique dans cette affaire

et j'ai adoré la version orale nivernaise de ce conte en fin d'ouvrage, excellent !

C'est un livre qui m'a donné envie de me replonger dans les contes de Perrault (ce que j'ai fait en acquérant la version avec les illustrations de Gustave Doré) (c'est d'ailleurs celle que commente Anne-Marie Garat, en analysant aussi, en passant, les illustrations) pour lire tout cela d'un oeil (plus) adulte.^^ Effectivement, concernant le Petit Chaperon rouge, on y voit mille fois plus d'allusions à peine masquées. Je n'irai pas jusqu'à la vision pornographique mais il y a clairement quelque chose de malsain, pervers, noir, sombre et fataliste dans ce conte qui ne m'avait fort heureusement pas traumatisée enfant.^^ Billet à suivre !

Intègre le  

14 commentaires:

  1. Tu viens d'inventer le billet facebook, dis donc, c'est brillamment fait! ^_^
    Possible que je me penche sur ce bouquin (même si moi faut pas trop pousser grand mère-justement- dans les orties en explications psy)
    Ceci étant j'ai lu le Bettelheim (sur mes étagères depuis;.. euh...) et je dois bien avoir celui avec les illustrations de Doré. (mais on a la même bibli perso, alors? ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, côté déjanté, sûr qu'on a une partie de bib' commune.^^ Et pour le reste, on a aussi des lectures qui se croisent.:-)
      Ah oui, le billet Facebook, très pratique en réalité quand on a plus d'un mois de retard de billets ! J'y penserai plus souvent.^^ (encore faut-il que je réagisse en live comme là).

      Supprimer
  2. Du jamais lu comme billet, j'adore !! Il faut que tu lises absolument La petite fille en rouge dont j'ai parlé il y a peu du coup, obligatoire pour toi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'avais noté chez Jérôme déjà, mais ton billet m'a donné un tel coup de boost que je l'aurais déjà en ma possession à c't'heure-ci si mon libraire l'avait eu en stock aujourd'hui ! Pfffrrr !

      Supprimer
  3. Incroyable ce décorticage ultra minutieux du conte de Perrault. Et j'aime beaucoup la forme de ton billet. Au moins tu innoves !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais surtout la flemme de synthétiser nos échanges pour en extraire ce que j'avais globalement pensé du livre.^^ C'est pas mal finalement, avec le recul. C'était une réaction spontanée en cours de lecture, ça donne mes impressions en live au fur et à mesure de mon avancée, et en plus, ça me permet, un peu moins d'un mois après, de me souvenir de ce que j'avais pensé du livre.^^ Le billet était fait alors.:-)
      En tout cas oui, explication de texte terrassante, même si l'auteure voit du sexe derrière le moindre mot.^^

      Supprimer
  4. moi aussi, j'adore! aaaaah la modernité :-) N'empêche que j'ai encore plus envie de lire le livre, maintenant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah c'est d'un pratique oui, ça me faisait mon billet avec comm' et réactions inclus, d'une pierre deux coups, quoi, du coup je n'ai pas trop cherché à rédiger un billet "dans les normes".^^ Ça m'arrangeait bien vu que la lecture "date" et que je n'étais pas trop en mode lecture/blog ces dernières semaines.^^ (soupire en pensant à ses autres billets en brouillon, sans memo Facebook...).
      En tout cas, c'est une expérience de lecture très intéressante, qui ne laisse pas indifférent, qu'on soit d'accord ou non avec ce qui y est démontré. Si tu as l'occasion de le lire, n'hésite pas !

      Supprimer
  5. J aime la couverture! Ça me rappelle un dessin de ma petite fille quand elle avait 4ans
    Elle a peint toute la feuille dans différents tons de verts puis sur le vert fonce elle a badigeonné du noir pour le loup et moucheté de rouge sang tout le dessin
    Le loup avait mangé. Le petit chaperon rouge!!!
    Elle avait bien compris l'histoire!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, impressionnant sa représentation et sa compréhension du conte en quelques touches de couleur. Tout est résumé.^^ J'aime beaucoup aussi la sobriété de cette couverture qui en dit long mine de rien.

      Supprimer
  6. Ah mais, celui-ci aussi, je le mets dans le challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'hésitais car ce n'est pas un conte à proprement parler mais l'analyse d'un conte. Je le rajoute aussi dans mon suivi des titres lus dans le cadre de ce challenge.:-)

      Supprimer
  7. En fait, il doit être intéressant de lire les deux en parallèle, le conte et l'analyse, histoire d'y voir tout ce que l'on doit y voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, carrément ! C'est ce qui m'a finalement convaincu d'acquérir la version Perrault car du souvenir que j'avais du Petit Chaperon rouge, je trouvais l'analyse d'Anne-Marie Garat un peu capillotractée.^^ Forcément on a envie de vérifier de ses propres yeux la version originelle, et voir si le conte résonne différemment à la lumière de ses interprétations. Très intéressant, vraiment !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...