jeudi 19 mai 2016

CONGO INC.


CONGO INC.

        LE TESTAMENT DE BISMARCK

Ça faisait un moment que je voulais lire cet auteur, In Koli Jean Bofane, et je pensais découvrir son univers avec Mathématiques congolaises qui me semblait avoir eu plutôt bonne presse. C'est finalement Congo Inc. qui ouvre le bal parce que bon, un pygmée du fin fond de la forêt, tombé en amour avec la haute technologie, qui veut rejoindre la capitale, en quête de mondialisation, voilà qui me paraissait prometteur de cocasseries diverses.

Et c'est au grand dam de son oncle, chef de tribu, dont les valeurs sont restées ancrées dans les traditions, la préservation de la nature, les techniques ancestrales, en clair, qui voit la modernité d'un mauvais oeil, qu'Isookanga, notre pygmée, lève les voiles pour Kinshasa.

"- Et la forêt alors ?
- Vieux, c'est ringard. [...] Il faut arrêter avec ce romantisme rétrograde qui consiste à faire croire que la forêt devrait s'étendre. [...] Il faut être réaliste et vivre avec son temps."

Voilà qui donne le ton !
À Kinshasa, Isookanga poursuit donc son rêve de vivre avec son temps, ce qui se résume pour lui à vivre l'expérience de la haute technologie et de la mondialisation, communiquer avec le monde, être dans l'échange en somme. Il s'y est aguerri virtuellement depuis quelque temps via un jeu en ligne, Raging Trade, "le jeu indiqué pour n'importe quel mondialiste désireux de se faire un peu la main dans le monde des affaires". Rien ne saurait donc l'arrêter, pas même les désillusions. Car le gouffre est immense du rêve et du virtuel à la réalité, mais tout occupé à croire en l'infaillibilité de la modernité, Isookanga ne voit que des opportunités dans chaque épreuve, et rien ne saurait semer le doute en lui ou le démoraliser. C'est véritablement ce que j'ai trouvé assez fou et formidable chez ce personnage ! Il faut dire qu'il est plutôt futé et débrouillard, quoique bien naïf quant à la réalité du monde moderne.

Mais Isookanga seul ne fait pas le sel de ce roman. Toute une galerie de personnages hauts en couleurs qu'il côtoiera de près ou de loin anime également ce récit de manière fort pittoresque. Particulièrement mémorables sont les shégués, enfants des rues qui ont fait du Grand Marché leur fief, Zhiang Xia, un ressortissant chinois qui n'a pas les moyens de retourner en Chine, Aude Martin, une africaniste et anthropologue belge qui m'a fait hurler de rire, le révérend Monk, un escroc, excellent ce personnage, et j'en passe. Et n'oublions pas Vieux Lomana, l'oncle d'Isookanga, dans un épisode épique qui le contraint à aller lui-même à Kinshasa. Excellents passages une fois dans la capitale ! J'ai trouvé ses observations sur la modernité et ses dérives vraiment très justes, et sa mission avec le léopard, trop drôle !

Ce récit ne se résume toutefois pas à une sorte de fable démente et amusante, avec son lot d'enseignements et de bonne morale. Au travers des différents personnages qui croiseront la route de notre pygmée, des histoires en parallèle et entre parenthèses l'enrichissent d'un panel de vies tragiques et l'élèvent dans une dimension qui dépasse la fable et le cocasse, l'ancrant parfois dans une réalité plutôt noire et déplaisante.
J'ai encore en mémoire des passages assez durs sur les violences, la barbarie, les atrocités et les cruautés pendant les guerres civiles (âmes sensibles, s'abstenir, j'ai failli tourner de l'oeil plusieurs fois, ce qui m'a fait détester ce livre par moment). Des groupes armés qui ont pratiqué le nettoyage ethnique pendant la guerre du Congo dans les années 90. Une horreur sans nom.

J'ai toutefois apprécié les réflexions pleines de justesse de l'auteur. Sous couvert de grande farce, de dérision et d'humour, Bofane dénonce et pointe du doigt la connerie humaine mais toujours avec subtilité.
"Tout le monde tirait son épingle du jeu dans ce conflit. Il n'y avait rien d'idéologique ou politique, il s'agissait tout simplement de contrôler la plus grande réserve de matières premières au monde, et que le meilleur l'emporte."

Et, cerise sur le gâteau, ce récit fait la part belle au langage coloré de sonorités africaines dans certains dialogues, et aux tournures de phrases pleines d'ironie, de dérision, de malice, et de (gentille) moquerie. 

"... son cerveau pouvait facilement sauter du coq à l'âne, et même sur les deux en même temps."

"Les hommes et les femmes qui débordaient de la piste de danse se livraient à de violents mouvements du bassin projeté vers l'avant dans un rythme qui pulsait comme le flot sanguin d'un bipolaire en accès de crise."

"... on se serait cru dans un roman de Mabanckou."
(là, j'ai eu un grand moment "hyène hilare")

Également commenté par Sandrine.

L'auteur
ln Koli Jean Bofane est né en 1954 à Mbandaka (RDC) et vit à Bruxelles. Congo Inc. a notamment reçu le grand prix du Roman métis, le prix des cinq continents de la Francophonie et le prix Coup de coeur Transfuge/MEET.

10 commentaires:

  1. J'adore la citation sur Mabanckou!
    A part ça, tu éveilles forcément mon intérêt, je ne connaissais absolument pas! (chez sandrine? je devais dormir ce jour là, aucun souvenir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça te plairait !:-)
      On voit circuler trop de livres sur les blogs, peut-être pour ça que tu ne t'en souviens pas.;-)

      Supprimer
  2. Il était à Etonnants Voyageurs et j'aurai apprécié de l'entendre, mais bon, pas eu le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaan ! Alors là, j'aurais bien aimé l'entendre moi aussi ! J'aime bien ce festival à Saint-Malo. Beaucoup d'intervenants intéressants, une grande variété de participants, et un lieu plutôt sympathique, surtout quand il fait beau ! Il faudra que je le refasse une année !

      Supprimer
  3. Je ne sais pas où tu es allée le chercher, mais tu me titilles sérieusement sur ce coup-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut le détour, malgré quelques scènes un peu dures, comme je le mentionnais dans mon billet, mais je pense que tu dois avoir le coeur mieux accroché que le mien.;-)

      Supprimer
  4. Le billet de Sandrine m'avait bien tentée. Tu accentues un peu plus le côté fable et personnages un peu timbrés, ce qui n'est pas forcément ma tasse de thé. Du coup, j'hésite un peu, surtout que ce ne sont pas les romans africains qui manquent dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que, cernant un peu mieux tes goûts maintenant, je ne suis pas sûre que tu accroches vraiment, mais ce roman vaut le détour pour son univers particulièrement coloré, son ambiance et un récit au style qui sort un peu de l'ordinaire justement dans le paysage des romans africains. Les personnages ne sont pas si timbrés, et s'il y a de la dérision et du cocasse, cela ne masque en rien la réalité sociale et l'histoire violente de ce pays.

      Supprimer
  5. Bien tentant, de bons ingrédients, et je fermerai les yeux et me boucherai les oreilles sur les moments difficiles ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça pourrait te plaire oui. Je crois en plus que tu es plus aguerrie que moi aux "moments difficiles", avec ton expérience de lectures "polars" qui peuvent aussi décrire des atrocités parfois insoutenables pour les âmes sensibles.;-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...