lundi 16 mai 2016

MES ANNÉES 80 - TOME 1


MES ANNÉES 80 - TOME 1

Pour Formose de Li-Chin Li, une auteure taïwanaise, j'avais écrit :
"Sacrée aubaine que d'être tombée sur cette BD par hasard à la bib' !
J'adore tout bonnement ces témoignages sur un pays, surtout par un de ses ressortissants, et particulièrement en BD, car les BD permettent de traiter les sujets simplement et clairement, avec concision, tout en étant très instructives, et l'humour est souvent au rendez-vous [...]."
Je réitère ici pour cette autre BD taïwanaise : 
Sacrée aubaine, d'autant plus que je trouvais particulièrement intéressant ce focus sur les années 80 qui me permettait de comparer mon enfance à l'occidentale à celle d'un petit Taïwanais à la même époque. Enfin, plus si petit que ça car l'auteur, Sean Chuang, étend cette période de 1977 à 1990 et est adolescent une bonne partie du récit.

J'ai trouvé intéressant aussi son commentaire sur la difficulté de raconter cette période.
"Je n'ai eu d'autres choix que de partir de ces petites choses qui gravitaient autour de moi. Il n'y avait pas d'appareils photo numériques à l'époque, et les photographies elles-mêmes étaient des produits de luxe. [...] Mes dessins et mes récits sont devenus les meilleurs moyens de décrire des souvenirs qui m'apparaissent flous. Même si j'ai raccordé mon imagination aux précieux fragments d'archives que j'ai pu collecter sur Internet, il est inévitable que certains éléments restent incomplets."

Pour le contexte, cette période est "une époque-clef dans l'histoire de Taïwan", avec, entre autres, la "levée de la loi martiale en 1987, qui a provoqué de grands bouleversements dans la société taïwanaise." Ce fut une "étape importante dans le douloureux chemin d'un régime totalitaire vers la démocratie."

Comme le souligne l'auteur, ceci dit, à l'époque, comme pour tout enfant occupé aux joies de l'enfance et aux "bêtises propres à la jeunesse insouciante", tous ces bouleversements passaient presque inaperçus et ne l'affectaient pas vraiment.
Il évoquera donc ces aspects historiques en toile de fond mais s'attachera à retranscrire les souvenirs très personnels qui ont vraiment marqué et coloré sa jeunesse, tout en s'efforçant de restituer l'ambiance de l'époque. Le tout est donc particulièrement instructif sur la société taïwanaise des années 80 mais on sourit surtout de ses anecdotes d'enfance, et ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant, c'est de retrouver quelques souvenirs des années 80 qui me parlent également, ce qui n'a pas manqué m'amuser !

"Il n'y avait pas de Nintendo à cette époque, les enfants vivaient encore dans un monde réel. Il n'y avait d'ailleurs pas autant de jouets qu'aujourd'hui et dans ma mémoire, les plus géniaux étaient les Super-Robots ! Les Super-Robots étaient originaires du Japon." Et inaccessibles pour les bourses modestes !

Il enchaîne, dans la foulée, sur les salles de jeux d'arcade, les karaokés, les films piratés, mais là où il m'a vraiment amusée, c'est en évoquant la mode du break dance (hahaha, so 80s ! Je revois mes cousins pratiquant à fond) !

Ah ! Et Bruce Lee ! Cette BD vaut le détour rien que pour sa retranscription de l'ambiance dans les cinémas lors de la projection de films avec Bruce Lee. Anthologique ! C'est là qu'on se rend vraiment compte quelle star il a été en Asie.
"Le jour de son enterrement, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues".

Bien sûr, l'enfance, c'est aussi l'école, et j'ai beaucoup aimé les chapitres qui lui ont été consacrés car là, c'est tout un autre système, avec pression scolaire, élites et classes des cancres. Très instructif là aussi, mais encore une fois, surtout très amusant car l'auteur y ravivera ses souvenirs d'élève, avec les camarades, les bêtises, les déboires et les petits béguins amoureux, dans lesquels tout lecteur peut tout à fait s'identifier.

Le chapitre des coupes de cheveux réglementaires était épique !
"Une fois que les garçons étaient entrés au collège, leurs cheveux ne devaient pas dépasser cinq millimètres. C'est-à-dire qu'ils ne devaient pas dépasser les doigts d'une main passée dans les cheveux. De leur côté, les filles devaient avoir les cheveux coupés à un centimètre au-dessus des oreilles et ils devaient être attachés avec une pince pour qu'ils ne tombent pas sur le front. Cette réglementation avait été édictée au nom de la propreté et de la bonne tenue : on nous soutenait qu'ainsi, on mettrait davantage de coeur dans nos études. [...] Le style une fois imposé, non seulement on ne s'est pas sentis plus concernés qu'avant par les études, mais ça nous angoissait encore davantage."


Élève moyen, l'auteur trouvera son issue de secours à l'école des arts de Fu-Hsin à Taipei où il entre à 15 ans. J'aime assez d'ailleurs son style graphique. J'ai été étonnée de voir que les élèves, déjà à cet âge, se mettaient en colocation et vivaient de façon autonome, loin des parents.

Une BD taïwanaise originale évoquant une époque un peu particulière universellement je dirais, tant sur le plan de la mode, que de la musique, des films, une époque un peu naïve peut-être, imbibée d'innocence, technologiquement pas encore à la pointe mais qu'est-ce qu'on s'amusait bien d'un rien !

À noter que le second tome de ce diptyque est déjà paru. J'ai vu que l'auteur y parlait entre autres de Michael Jackson. Dispo à la bib'. Yes !

L'auteur
Sean Chuang, de son vrai nom Yung-hsin Chuang, est né en 1968 à Taïwan. Il est diplômé de l'Ecole des Arts de Fu-hsin de Taipei et a exercé différents métiers artistiques tels qu'illustrateur professionnel et animateur de dessin animé. Depuis une vingtaine d'années, il réalise des spots publicitaires et compte plus de quatre cents oeuvres à son actif. 

10 commentaires:

  1. Mêem pas espoir de voir ça dans ma zone (tiens, mercredi, c'est Saga) (et j'ai l'impression que ma bibli les renferme fissa dès que je les ramène, et va vite les renvoyer) (dommage)(pareil pour Fables, plus en vue!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, c'est étrange ça, pour tes histoires de BD. Certes, ces séries sont un sacré budget (surtout Fables avec sa vingtaine de tomes) et peut-être les commander en 2 exemplaires pour alimenter chaque bib', ce n'est pas très rentable, mais bon, quand même, quand c'est de la bonne série comme ça, c'est bien dommage de ne pas en faire profiter les lecteurs...

      Supprimer
    2. Je viens de vérifier, c'est marqué dans ma bibli et disponible (mais rangé où?)

      Supprimer
    3. Aaah ! Non mais ta bib' est épatante quand même !;-) Sinon sur Paris, j'ai connu le désespoir des titres affichés comme disponibles mais que je n'ai jamais trouvés... Souvent jamais rendus ou mal rangés par un usager, il faut alors attendre l'inventaire...

      Supprimer
  2. Jamais entendu parler mais c'est une époque qui me parle, même avec un regard venu de Taïwan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, les années 80, sacrée époque quand on y repense !:-)

      Supprimer
  3. Il m'intéresse bien. Aucune chance de le trouver à la bibliothèque, ce sera forcément un achat (ou une idée cadeau à proposer ;) ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une belle idée cadeau.;-)

      Supprimer
  4. Ah oui, ça peut-être intéressant de comparer mon adolescence avec celle d'un ado du bout du monde ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'originalité et l'intérêt de cette BD résident spécifiquement là-dedans je pense.;-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...