mercredi 8 février 2017

STATION ELEVEN


STATION ELEVEN

Il y a des moments comme ça où un livre vous appelle, s'imposant à vous comme une lecture urgente, là, subitement. C'est ce qui est arrivé avec ce roman. Je l'avais vaguement repéré lors du Festival America en notant un certain enthousiasme de la presse autour, et par la suite, il m'avait semblé que les blogueurs qui en parlaient étaient plutôt conquis, mais jusque là, pas de sentiment d'urgence.

Je n'avais qu'une vague idée de l'histoire. Une troupe de théâtre jouant du Shakespeare, qui, après une catastrophe planétaire, continuait de parcourir les routes et d'assurer leurs représentations. J'avais en tête un récit qui mettrait l'art au premier plan. Un récit vivant, plein d'aventures, avec des artistes et des comédiens animés par leur passion, et la mention de Shakespeare laissait augurer du bon (même si j'ai toujours été insensible à ses pièces, j'ai toujours l'espoir d'une révélation quand un roman y fait référence).
Ce que j'avais totalement occulté de mon esprit, c'est qui dit "catastrophe planétaire" dit forcément "récit post-apocalyptique", où tout n'est que désolation, dangers, derniers survivants de l'humanité et d'une ère, fin d'une civilisation, et là, ça change tout ! On est finalement davantage dans l'ambiance Walking Dead (les zombies en moins), que Le Songe d'une nuit d'été.

Je ne m'attendais vraiment pas à cette histoire et à cette atmosphère, mais alors vraiment pas, quand je m'y suis attelée ! "Station Eleven", je croyais que c'était le nom de la caravane de la troupe, où d'un endroit qui était un peu leur QG (hahahahahaha ! Comment je me suis totalement fourvoyée !).
J'ai choisi ce roman parce qu'à ce moment-là, j'avais vraiment envie d'une histoire dynamique, avec de l'action, un truc qui fuse, et en même temps, qui transcende à travers ses thématiques (art, Shakespeare & co), d'où une très légère déconvenue quand je me suis rendue compte que ce n'était pas très exactement ça.
Ceci dit, même si je n'ai pas trouvé très précisément ce à quoi je m'attendais, et c'est ça qui m'a sciée tout de même, j'ai été soufflée par cette intrigue bluffante, comme sculptée au scalpel, au rythme tranquille mais indéniablement hypnotique, à l'écriture élégante, et qui tient en haleine de bout en bout, d'où une admiration sans voix face à ce tour de force de l'auteure, Emily St. John Mandel !

Je ne vais pas résumer la trame ici, je l'ai appréciée en la découvrant au fur et à mesure de ma lecture et finalement, je ne le regrette pas.
Ce que j'ai trouvé fort dans ce roman, c'est qu'on a l'impression que chaque personnage n'est qu'une parenthèse dans le récit, mais une parenthèse étonnamment développée avec soin, ce qui fait qu'on s'intéresse vraiment à chacun d'eux et à leur histoire, et qu'on se rend compte au fur et à mesure, comme dans une longue équation mathématique, que chaque parenthèse se combine avec une autre parenthèse plus loin et converge finalement petit à petit vers un résultat final, le x, totalement inattendu (quoique je l'ai vu venir à quelques pages de la fin).

Ce que j'ai aimé aussi, c'est tout le développement autour de ce monde post-apocalyptique, totalement réaliste (j'ai beaucoup aimé l'idée du Musée de la Civilisation, entre autres), les comportements humains, l'évolution des rapports entre les personnages, la nécessité de s'adapter à cette nouvelle réalité cauchemardesque, les souvenirs de l'ancien monde (le nôtre, donc) qui resurgissent, les réflexions sur cette époque révolue, prendre conscience de ce qui compte vraiment, imaginer ce que les générations "post-apocalyptiques" pourraient comprendre de l'ancien monde, envisager le futur dans ce nouveau contexte. Cette lecture était d'autant plus troublante que la catastrophe commence par une grippe virulente et épidémique comme il menaçait encore, il y a peu, de se propager.

C'est une histoire extraordinaire et fascinante parce qu'elle mélange habilement et avec saveur des ingrédients qu'on ne s'attendrait pas à fonctionner ensemble : un acteur hollywoodien, vedettes et star système, Hollywood, Shakespeare, théâtre, bande-dessinée, comics, science-fiction, monde post-apocalyptique, dangers, sectes...

L'impression qui m'a marquée en lisant ce livre, c'est comme si toute l'histoire me parvenait d'une voix off, celle des contes et légendes, comme un rêve irréel dont on se sent distancié mais également totalement imprégné à la fois, et dont on ressort avec le sentiment étrange qu'il nous colle à la peau et nous hante encore, une fois le contact repris avec la réalité.

L'auteure
Née en Colombie-Britannique en 1979, Emily St. John Mandel est une romancière canadienne anglophone.

26 commentaires:

  1. j'ai beaucoup aimé aussi et je ne m'attendais à rien et j'ai plongé dans cet univers si éloigné et si proche de nous! Une belle découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une romancière à suivre, assurément ! La plupart des lecteurs de ce titre ont vraiment été happés comme toi et moi par cette histoire, sans s'y attendre. Il y a évidemment quelques avis négatifs ou moins enthousiastes, mais bien plus rares, et oh, un abandon quand même, avec Keisha.:-)

      Supprimer
  2. Oh la tu vas me convaincre de reprendre ma lecture! (j'ai abandonné au moment où on découvre la caravane)
    A part ça, Shakespeare quand c'est bien mis en scène, ça dépote bien, tu devrais y penser (j'ai vu Henri VI et m'apprête à découvrir Richard II, l'histoire anglaise, toussa)(mais j'ignore si j'irais jusqu'à Roméo et Juliette, non plus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Tu as abandonné ? Au moment où on découvre la caravane ? Hmmm, dis m'en plus si tu peux, je n'arrive pas à resituer ce passage.
      Aaah Shakespeare, j'ai tellement expérimenté à toutes les sauces, mais ça me laisse toujours de marbre... Je ne désespère pas. Un jour peut-être, j'aurai une révélation.;-)

      Supprimer
    2. Juste après la première partie, tu sais, le type dans son appartement après avoir fui le théâtre, et hop, vingt ans après. Ce qui m'avait étonnée c'est le médecin qui en pleine urgence n'a rien de mieux à faire que de prévenir DEUX fois son ami qu'il y a une épidémie. Bah je peux le reprendre, si j'ai le temps (ou bloquée au fin fond du veld)

      Supprimer
    3. Aaah oui, ça y est, je situe où tu t'es arrêtée. Bon, autant dire que tu n'as rien lu.;-) Tu n'as aucune idée de ce qui suit derrière, ni de comment tout cela s'imbrique dans l'histoire, hihi !;-) Bon, ceci dit, si tu as lâché, c'est que le style ou l'intrigue ne te parlait peut-être pas trop, et si ces premières pages n'ont pas suscité chez toi la curiosité de voir où cela menait, peut-être qu'il est inutile d'insister. J'ai lu, depuis, quelques avis bien moins emballés, où les gens expliquaient qu'ils s'étaient ennuyés tout le long et qu'ils n'avaient rien vu d'extraordinaire dans l'écriture ou le style narratif (gasp).
      Quant au médecin, bah, il faut dire qu'on ne sait jamais vraiment comment on réagirait réellement en pleine urgence. Pour moi, tout est possible, même les réactions les plus incongrues.:-)

      Supprimer
    4. Ou alors tout bêtement j'avais trop de billets et avais l'impression de connaître l'essentiel...

      Supprimer
    5. Impossible de saisir l'essentiel dans ce roman, rien qu'en lisant les billets.;-) On est forcément sur la mauvaise piste.:-)

      Supprimer
  3. alors tu vois, c'est le genre de truc qui me fait fuir, mais ton billet est sacrément convaincant, je dois bien l'admettre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouioui, tu as vu, je me suis abstenue d'ajouter ce titre dans ta liste de suggestion de livres SF, haha, mais voilà typiquement un autre genre à explorer.;-)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Oui, je suis assez curieuse de ses autres romans du coup.

      Supprimer
  5. Moi aussi, j'ai abandonné alors que j'avais adoré le premier chapitre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Abandonné aussi ? Mazette ! Vous êtes bien plus nombreux que je ne l'aurais pensé.

      Supprimer
    2. On n'est jamais vraiment tout seul.;-)

      Supprimer
  6. Un coup de coeur 2016 je l'ai vraiment adoré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a frôlé le coup de coeur pour moi aussi.:-) J'ai lu ton billet, tu en parles superbement bien !

      Supprimer
  7. Les avis son super contrastés finalement, ça m'intrigue encore plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, là j'aimerais bien savoir de quel côté de la barrière tu te trouveras (si tu le lis). J'aurais dit que tu serais toi aussi happé par l'histoire et l'écriture, mais je ne jure plus de rien depuis que j'ai vu les avis moins enthousiastes et les abandons.

      Supprimer
  8. Les avis sont tellement mitigés concernant ce roman... contente de voir que tu l’as aimé car je crois que nos ressentis se ressemblent beaucoup et que j’avais follement envie de le lire! ^^
    Purée qu’est-ce que tu m’as fait rire avec ton histoire de caravane et de QG, tout à fait mon genre ça! mdrrrrr
    Je ne savais même pas que l’auteure était canadienne de CB! Du coup je le lirai en anglais :D
    Belle semaine à toi, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt bon signe quand il y a les deux extrêmes dans les avis. En gros, soit c'est pour toi, soit c'est pas pour toi, hahaha ! Mais bon, du coup il faut tenter pour le savoir.:-) Au vu de tes billets et de tes commentaires, je serais effectivement tentée de penser que tu apprécieras ce roman comme moi.;-)
      Très curieuse de ton avis si tu te lances ! En tout cas, tu sais déjà que Station Eleven n'est ni une caravane, ni un QG, hahaha ! Si tu savais ce que c'était... :-)))
      Bonne fin de semaine, bisous.

      Supprimer
  9. Ah c'est marrant, je croyais moi aussi que le titre était le nom de la caravane ou de leur QG ! :D Je pensais même qu'on suivrait l'orchestre tout du long... J'ai été agréablement surprise par ma lecture. J'ai apprécié découvrir l'entremêlement des fils de vie des personnages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, moi aussi je pensais qu'on suivrait l'orchestre tout le long, du coup je me concentrais bien sur les personnages au début pour me souvenir de qui faisait quoi etc, hahaha ! Je suis en train de le faire lire à une collègue qui en est très exactement à ce stade mais je ne dis rien, hihi ! Une très agréable surprise ce roman, oui, on peut résumer ça comme ça.

      Supprimer
  10. Vivement qu'il sorte en poche ! J'en ai marre d'attendre les titres grand formats, surtout qu'ils mettent du temps à sortir généralement. Il m'attire beaucoup et je pense qu'il me plaira énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne devrait plus trop tarder maintenant, patience !:-) En tout cas, c'est un roman qui vaut largement le détour. J'espère qu'il sera à la hauteur de tes attentes.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...