vendredi 29 mars 2013

LES AMANTS DU SPOUTNIK


LES AMANTS DU SPOUTNIK

traduit du japonais par Corinne Atlan

C'est un des rares livres de Haruki Murakami que je n'ai jamais été très pressée de lire car le thème ne semblait pas me correspondre.
"Une histoire troublante d'amours blessées où des êtres vulnérables, en quête d'absolu, se croisent, se frôlent, et cherchent en vain à s'atteindre.", indiquait la 4è de couv'.

Je pressentais une ambiance à la Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, ou encore La ballade de l'impossible, deux romans de l'auteur qui ne m'ont pas autant enthousiasmée que d'autres, en particulier La fin des temps qui reste mon préféré à ce jour car l'auteur y fait preuve d'une imagination démentielle !

Pendant les deux premiers tiers du livre pourtant, j'ai pris un certain plaisir à la lecture de ce récit un brin décalé parfois dans les dialogues, ou plutôt atypique, et comme d'habitude avec Murakami, je me suis laissée bercée par ses mots, son univers à la fois étrange et familier, délicieusement envoûtant, et j'ai savouré ses délires qui venaient bousculer l'apparente tranquillité de son intrigue.
J'ai même eu de francs éclats de rire, notamment dans les échanges entre K., le narrateur, et Sumire, ou encore Miu et Sumire. C'était parfois du n'importe quoi un peu grave mais que je trouvais très amusant.

"- Kerouac, Kerouac... Voyons... Ce n'était pas plus ou moins un Spoutnik ?"

"- Tu peux être incroyablement gentil par moments. On dirait un mélange de Noël, de grandes vacances et de chiot qui vient de naître."

Malheureusement, au dernier tiers du livre, à partir de la première lettre de Sumire, je ne l'ai plus suivi dans son trip qui m'a semblé basculer dans une sorte de psycho-délire sous hallucinogènes, à mi-chemin entre le fantastique et le rêve, où la réalité n'est plus qu'une ombre très vague, ce n'était vraiment pas clair, et surtout, pas particulièrement scotchant, du coup je me suis totalement désintéressée de ce qui se passait, et j'ai même été franchement déçue du dénouement après un suspense dans le deuxième tiers du livre qui laissait espérer un retournement de situation bluffant.

Pas totalement conquise, pas totalement déçue, je ressors de là sans trop savoir qu'en penser, ni qu'en retirer. Peut-être le roman qui m'aura le moins convaincue de tous.

Lecture commune avec Keisha, Salsifi Papillon et Valérie.

20 commentaires:

  1. Ouf, j'échappe à des représailles de ta part, car j'ai exactement le même ressenti... J'ai été hyper scotchée dans la grande roue (tu me suis...) mais ensuite ça se dégonfle, et je reste sur ma faim... J'espérais que tu m'expliquerais, ô experte en Murakamilogie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahahahahahahaha! (comme les smileys OB me manquent!!!) Experte en Murakamilogie, j'adore! Je dois dire que j'ai vraiment beaucoup ri en lisant cette phrase. Hé ben non, désolée, je n'ai pas plus compris que toi a priori.:)
      Bon, sinon, tu sais, jamais aucun risque de représailles de ma part sur la question des goûts et des couleurs côté livres, je ne m'intéresse qu'aux avis francs et objectifs, et j'assume mes goûts et mes humeurs de lecture aussi.:)

      Supprimer
  2. Un "psycho-délire hallucinogène", ça pourrait être dans mes cordes... et il me reste beaucoup de Murakami à lire, c'est une bonne chose ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'en reste quelques-uns à lire parmi ses derniers parus mais ce ne sont pas vraiment des romans. Il y a son Autoportrait du coureur de fond qui m'intéresse, et Underground, son dernier paru, mais c'est plus catégorie Témoignages/Document. Il y a également son dernier recueil de nouvelles mais je ne suis pas très "nouvelles" donc je suis moins pressée.
      En tout cas, oui, lance-toi dans Les amants du Spoutnik si tu es adepte des psycho-délires sous hallucinogènes.:))

      Supprimer
  3. Etrange roman: je me suis parfois perdue dans les méandres de l'imagination de l'auteur. Je n'ai pas aimé Sumire mais les personnages du narrateur et de Miu m'ont intéressée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien expliqué dans ton billet ce qui faisait l'attrait de ses histoires à Murakami : l'atmosphère un peu étrange des récits, et les personnages, un petit côté barré souvent. Les amants du Spoutnik n'est pas mon préféré dans le genre, j'avoue n'avoir pas tout suivi non plus, mais je reste adepte de l'univers particulier de cet auteur.:)

      Supprimer
  4. Je vois que je ne suis pas la seule à avoir été déçue par cette fin qu'on peut effectivement qualifier de "psycho-délire sous hallucinogènes" :)
    J'ai tout de même bien accroché, une lecture vraiment captivante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que tu gardes un souvenir positif de cette lecture, malgré sa fin décevante. Ça aurait été un de mes premiers Murakami, je n'aurais pas récidivé de si tôt, je pense, malgré les qualités du récit, et je serais peut-être totalement passée à côté de cet auteur que j'adore aujourd'hui, malgré tout.:)

      Supprimer
  5. La fin des temps ? Pourquoi pas !

    En passant... tu viens jouer ?
    http://www.audouchoc.com/article-le-jeu-de-la-pal-et-le-swap-sexy-men-de-retour-115935593.html

    RépondreSupprimer
  6. Je vais me faire taper si j'avoue que je n'ai jamais lu un Murakami (j'en ai déjà écouté un mais ça compte pas). Pourtant son "Kafka" et autre "1Q84" me tentent... Celui-ci par contre, c'est moins sûr ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouhla, pas d'inquiétude avec moi, je ne suis pas de celles qui poussent des hauts cris face à l'inculture toute relative des autres.;) Pour Murakami, je t'orienterais d'abord vers Kafka sur le rivage, c'est celui qui l'a vraiment fait connaître au grand public et qui a rallié le plus d'avis positifs et unanimes.

      Supprimer
  7. Il me tarde de lire encore et encore Murakami. Mais il va falloir attendre encore un peu car beaucoup d'autres livres attendent déjà. Celui-ci m'intrigue déjà par la présentation que tu en fais. Va-t-il me plaire. That is the question ? la réponse un de ces jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'au pire, tu seras juste déçue par la fin, comme nous autres. Autrement la qualité, le style et l'univers murakamiesques, qui me sont chers et que tu sembles apprécier aussi, sont là.:)

      Supprimer
  8. Bon, ça s'annonce pas très bien pour ma lecture audio... On verra, surprise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quelque part, je regrette que tu commences par ce Murakami-là, mais comme tu dis, on verra...:)

      Supprimer
  9. Etant fan de Murakami, j'ai pas du tout apprécier ce livre. Je pense le relire un jour car je suis complétement passé a coté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas celui que j'ai préféré non plus et je suis certainement passée à côté sur la fin, mais je n'ai pas envie de le relire pour vérifier.:) Il y aura d'autres Murakami (j'espère), et du même cru que La fin des temps, Chroniques de l'oiseau à ressort, Kafla sur le rivage, etc (j'espère !):)

      Supprimer
  10. Devine quoi, ça y'est, j'ai lu un Murakami, en l'occurence celui ci Dingue non ?!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah enfin !!!^^ Oui, tu me l'avais annoncé en lecture audio, je me souviens. Ce n'est pas mon roman préféré de l'auteur, je regrette presque que tu aies commencé par celui-là, mais bon, tu auras au moins "lu" un roman de mon auteur chouchou.^^

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...