mercredi 24 mai 2017

DU VENT


DU VENT

Un écrivain, Jérôme Walque, qui rêve de consacrer un ouvrage sur l'injustement méconnu triumvir Lépide, précisément parce qu'il n'a pas marqué les esprits, se retrouve à écrire en parallèle un roman sur commande pour une nouvelle collection éditoriale consacrée au bondage. Voilà un sacré grand écart littéraire que le gymnaste linguistique, Xavier Hanotte, exécute à merveille, pour notre plus grand plaisir.
Alors qu'on pense que la prouesse (déjà épatante) s'en tient là et que le fil de l'intrigue sera aussi droit que celui du funambule, l'auteur belge nous enchante par quelques pirouettes totalement inattendues où la fiction déborde sur la réalité et que se mêlent à ce grand cirque littéraire, des éditeurs et des policiers peu conventionnels, dans un show qui sait créer la surprise et le suspense, coupera le souffle et arrachera des rires, comme tout bon show qui se respecte.

C'est mon premier Xavier Hanotte, sorti pour l'occasion du mois belge mais fini trop tard (billet trop tard surtout) pour l'y intégrer, et c'est une de mes découvertes "auteur belge" les plus intéressantes et concluantes du mois. C'est un auteur qui m'avait toujours laissée dubitative et l'image de romans sombres et ennuyeux, suite à des échos assez peu encourageants sur son livre le plus connu, Derrière la colline, un roman sur la guerre, un registre qui me parle assez peu à la base. Or là, on est totalement dans un autre registre où je ne l'attendais pas du tout, malgré les appels de phare de Keisha qui n'a pas faibli une seconde dans ses manigances tentatrices : le jubilatoire, le décalé, le délirant, le tout servi par une écriture admirable (mais je m'en vais détailler cet aspect dans un paragraphe à part car ça le mérite vraiment) qui m'a révélé un auteur facétieux et finaud comme je les aime !

En dehors de cette intrigue quelque peu excentrique et délurée dont j'ai apprécié l'audace et l'inventivité, ce qui m'a particulièrement charmée dans ce roman donc, c'est le vocabulaire riche, recherché mais pas ronflant, un brin suranné mais résolument moderne, des termes inhabituels mais délicieux, un style soigné, aisé, délectable et goûteux, bref, on l'aura compris, il m'aura conquise. Depuis cette lecture, j'ai adopté le mot "fifreflin", comme dans "une inquiétude un fifrelin moins légère". Non, ça fait du bien de temps à autre de lire de la belle écriture. C'est vivifiant, un vrai voyage dans la magie des mots et des tournures de phrases, avec, par moment, une bise poétique qui souffle dans une prose gracieuse, atténuée par une  touche d'espièglerie qui évite qu'on prenne l'auteur trop au sérieux.

Un extrait parmi d'autres :
"Le soir tombait avec nonchalance. Dans les coulisses du firmament, le soleil invisible pliait bagage à l'anglaise, trop honteux de sa prestation du jour pour conférer à son coucher une quelconque solennité. Profitant de sa dérobade, le ciel et la terre essayaient des cocktails variés de gris qui, avec la lenteur propre aux crépuscules, teintaient indifféremment les campagnes rases, les bois dévêtus et les bourgs engourdis."

Nan mais c'est-y pas magnifique ça ?
Bon, par contre il faut s'accrocher un peu à la lecture des chapitres sur Lépide parce que l'auteur y met tout le coeur du romancier de l'histoire, et même si c'est superbement écrit, à moins de partager la passion de Jérôme Walque pour Lépide et cette période de l'histoire romaine, il y a fort à parier que l'ennui et la lassitude ne vous saisissent malgré votre bonne volonté.

Et sinon, un extrait de dialogue moins élégant (c'est que le personnage est loin de tout raffinement) mais dont j'ai beaucoup aimé la conclusion :
"Mais qu'est-ce qu'on s'en fout mon pauvre Jérôme ! Des tas de types écrivent des romans de guerre sans même avoir fait leur service militaire du temps où il existait ! Alors le bondage, excuse-moi mon vieux, mais ça ne doit pas être trop difficile. Fais marcher ton imagination. [...] au bout du compte, en tant qu'écrivain, rien de ce qui est humain ne m'est étranger ! Si on me le demande, voilà la véritable devise du plumitif !"

Enfin, un petit mot sur la couverture que j'ai aimé redécouvrir à la lumière de l'intrigue ! Ingénieusement conçue !

L'auteur
Né en 1960 en Belgique, Xavier Hanotte vit à Bruxelles. Ses romans ont été unanimement salués par la critique. En 2014, il a été élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

18 commentaires:

  1. Que dire de ton billet? Parfait! (tu as parlé du contenu, de la couverture, du style -et de la tentatrice, qui d'ailleurs te signale obstinément que Ours toujours est de la même veine - mois belge 2018?). Oui, Lépide un poil plus classique, mais un petit détail le rattache au reste, pour le lecteur qui aime s'amuser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, j'étais sûre que tu allais me reparler d'Ours toujours, mais pas d'inquiétude, un titre pareil, c'est assez irrésistible pour moi, d'autant plus que la lecture de Du vent a été concluante.:-)

      Supprimer
  2. Tout cela m'a l'air fort attachant! :-) Je vais garder ce titre dans un coin de mémoire, d'autant plus qu'il y a un certain temps que je n'ai pas lu de romanciers belges - à part les recueils de nouvelles des éditions Quadrature. Alors, merci pour le partage et bon week-end prolongé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attachant, c'est le mot ! :-) Et je suis sûre que tu apprécieras ce roman. Très curieuse de ton avis d'ailleurs. Je ne lis pas beaucoup de romanciers belges moi non plus finalement. Ce mois belge a été l'occasion d'explorer davantage de ce côté de la littérature et je ne le regrette pas.

      Supprimer
  3. Ooooh dans mes bras, A Girl ! Je suis ravie que tu aimes Xavier Hanotte, j'adore cet écrivain. Et pourtant... je n'ai pas encore lu ce dernier roman, shame on me !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-D Et je suis ravie que cette première incursion dans l'univers de l'auteur se soit révélée une très belle surprise pour moi. J'avais une petite crainte de ne pas adhérer, et là j'ai prévu de lire un autre roman de l'auteur.:-) Probablement lors du prochain mois belge.;-)

      Supprimer
  4. Je n'ai jamais lu cet auteur mais c'est tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi tenter !^^ Ce roman-ci ne manque pas d'originalité et m'a révélé un auteur à l'écriture savoureuse. Ça m'a bien plu.:-)

      Supprimer
  5. l'écriture me plaît dans l'extrait que tu proposes. Pourquoi pas? ça m'intrigue en tous cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah si l'écriture te plaît à la lecture de l'extrait, je pense que tu te régalerais avec ce livre !

      Supprimer
  6. Je ne connais pas cet auteur, je ne l'ai jamais lu.
    Un peu bizarre, la couverture...
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah la couverture ne peut se comprendre qu'à la lecture du roman.;-)
      Bon weekend.

      Supprimer
  7. Tentatrice ! ^^
    Moi j’aime bien quand ça coupe le souffle et arrache des rires. Aussi quand c’est « délectable et goûteux ».
    Par contre je ne suis pas du tout attirée par les romans à saveur historique, je préfère les émotions aux descriptions de temps et de lieux. Pffffff que faire? :-)
    Attendre... :P
    Je file au travail!
    Bisousssss 

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis convaincue que tu apprécierais ce roman, et même que tu t'en amuserais beaucoup, par contre c'est sûr que les chapitres consacrés à Lépide te barberaient.^^ J'ai dû m'accrocher un peu pour ceux-là, mais dans le contexte du roman, ils ont leur place et on peut les lire avec une certaine dérision, ce qui aide à faire passer le côté rébarbatif du récit historique.;-)
      Bonne journée ! Bisousss !

      Supprimer
  8. Bonjour A_girl, tu es la deuxième personne dont je lis un billet positif sur ce roman. Je ne connais pas l'auteur, son style. Mais je l'ai noté. J'aime bien la couverture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, dans le flot des parutions incessantes, je trouve que c'est là un roman qui vaut le détour. Ça été une découverte surprenante pour moi en tout cas.:-)

      Supprimer
  9. Je ne lis pas asse d'auteurs belges, celui-ci pourrait bien combler ce manque, avec ce titre ou autre, je ne suis pas sectaire^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que cet auteur pourrait bien te plaire. N'ayant lu que ce livre, j'aurais évidemment tendance à t'orienter sur celui-là.:-)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...