samedi 22 septembre 2018

LA GUERRE ET LA PAIX


LA GUERRE ET LA PAIX

traduit du russe par un illustre inconnu (ma version ebook ne mentionnant son nom nulle part même si le roman est truffé de ses notes...)

J'ai hésité à préciser "tome 1" car a priori, j'ai lu l'équivalent du tome 1 de l'édition folio. Difficile à dire quand on lit une version intégrale sur une liseuse où l'on ne peut se repérer qu'au pourcentage. Je me suis en tout cas arrêtée à la "Deuxième partie - L'invasion (1807-1812) / Chapitre III / (chapitre) VI, et autant le dire tout de suite, je n'irai pas plus loin.^^

ENFIN, VOILÀ, j'ai (presque) lu Guerre et Paix !!! Un projet qui date d'il y a 9 ans et que j'ai toujours repoussé, le pavé étant tout de même conséquent, vous engageant à ne pas côtoyer d'autres livres pendant plusieurs semaines, voire mois (et cette pensée est particulièrement dure).
Bref, je me suis tout de même lancée en juillet, préparée psychologiquement à une monogamie livresque de longue durée, et motivée par l'enthousiasme quasi général autour de ce classique russe imposant. Intrigant tout de même. Surtout par rapport à la thématique. J'avoue que j'avais placé mes espoirs assez hauts, je m'attendais à une révélation, une claque, un tourbillon, et sinon, à être au moins passionnée et captivée par l'histoire.

Au départ, pendant une bonne centaine de pages, ça se lisait plutôt bien, et très facilement, sans effort, ça glissait tout seul, j'étais agréablement surprise, d'autant plus que j'avais gardé en mémoire l'immense déception que j'avais eue avec Anna Karénine, et que je redoutais un peu de retrouver la plume et l'univers de Tolstoï.
Et puis, à partir du tiers (de l'équivalent du tome 1 donc), j'ai commencé à envisager d'abandonner ma lecture. Coïncidence, à ce moment précis, je suis tombée sur une citation de Kafka (cf image de droite). J'ai alors lancé un sondage sur FB pour voir s'il valait vraiment le coup de continuer mais malgré les encouragements, l'envie n'y était plus.

C'est très rare que j'abandonne, surtout quand j'ai lu 800 pages d'un ouvrage. Je me dis, autant poursuivre. Mais la perspective de passer encore l'équivalent de pages et de temps ne m'enchantait vraiment pas. À l'extérieur, je commençais à errer devant les librairies en ayant envie d'acheter plein d'autres livres. Chez moi, je tremblais d'envie de me servir dans ma PAL. Le truc, c'est qu'il y a tellement de livres et de tentations qu'à un moment, en effet si on ne se sent pas particulièrement vibrer avec sa lecture en cours, qu'on n'a pas l'impression que la lecture nous apporte grand-chose, on s'en fout que ce soit un classique reconnu etc, tant pis finalement si on ne l'a pas lu. Pourquoi perdre du temps ? J'en étais donc là de ma réflexion quand j'ai finalement décidé d'arrêter Guerre et Paix au bout de 800 (?) pages. Sachant qu'il me restait encore l'équivalent à lire...

Pour en revenir au livre en lui-même, comme je disais donc, ça se lit (étonnamment) plutôt bien, et très facilement, sans effort. Le hic c'est que même si je ne m'ennuyais pas vraiment (au début du moins), que ce n'était pas inintéressant et que j'avançais plutôt bien, sans forcer le rythme, il n'y avait rien de ce que je qualifierais de passionnant/captivant ni dans les événements, ni dans les faits, ni dans les personnages, ni dans les dialogues, ni dans les émotions...
Ceci était peut-être dû à ce quelque chose de très théâtral que j'ai ressenti dans les dialogues, dans la représentation des personnages, dans le rythme, on passe d'une scène à l'autre vraiment un peu comme au théâtre. J'avais l'impression de lire une pièce par moment. Ça ne sonne pas faux mais ça ne sonne pas vrai... Je ne me sentais en tout cas pas vraiment plongée dedans, j'étais en spectatrice très extérieure.
Et puis, vraiment, pour moi, ça manquait d'un certain souffle épique, le truc qui vous transporte et fait vibrer. Et au stade où j'en étais, je ne pressentais pas l'amélioration dans les pages à venir. Je voyais le style, je voyais le propos, aucun personnage ne m'intéressait vraiment... Bon...

Je n'irai pas jusqu'à classer Guerre et Paix dans mes flops, je ne peux même pas dire que quand j'y retournais, c'était avec un soupir de désespoir, c'est juste que ça n'éveillait rien en moi...

Je disais plus haut que les avis étaient pourtant généralement enthousiastes, voire dithyrambiques, mais en relisant avec attention les avis des blogueuses avec qui je devais le lire en LC à l'époque (mais je les avais lâchées au final), j'ai réalisé que celui de Zarline alertait sur le risque d'ennui sur la longueur et si je l'avais mieux lue avant de me lancer, je ne me serais peut-être pas lancée en fait.^^ Surtout que mon expérience avec Anna Karénine n'avait déjà pas été convaincante.

Je pense en tout cas que Tolstoï n'est définitivement pas mon genre d'auteur. Pas pour moi. Pas ma came. C'est comme ça...

28 commentaires:

  1. Voui, mais tu as quand même le pavé de l'été, non?
    Je te comprends, on peut se 'forcer' s'il reste 50 pages, mais 800, non, je te comprends.
    J'aime l'expression 'monogamie littéraire. Dans ces cas là j'alterne avec une BD ou un truc rapide.
    Je ne te reproche rien, surtout que j'ai le même problème avec Dostouevsky (mais pas avec Tolstoi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne me challengeais pas sur le pavé de l'été, que sur G&P.^^
      J'avais alterné avec une ou deux BD mais généralement, quand je suis vraiment prise dans une lecture, ça ne me dérange pas de ne lire que ça même pendant 1000 pages (en plus, je n'aime pas m'éparpiller). Si je ressens le besoin d'alterner, c'est mauvais signe.;-)
      Bon, j'aurai tenté, et puis maintenant je suis quand même fixée sur la bête.^^

      Supprimer
  2. et moi je ne l'ai toujours jamais lu....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être aimerais-tu ? Il faut tenter pour le savoir.^^

      Supprimer
  3. Je l'ai lu en intégralité au lycée, à une époque où, comme tu le dis si justement, mon attention n'était pas sollicitée par tous ces blogs et par une PAL à croissance exponentielle ! Je n'en ai d'ailleurs gardé aucun souvenir (ni d'Anna Karénine) mais je sais que j'avais aimé, vraiment. Il faut dire que j'étudiais alors le russe (je ne l'ai pas lu en VO, hein, je n'avais pas le niveau) et que je m'étais prise de passion pour la littérature correspondante, je n'ai lu quasiment que ça pendant deux ans !! Et j'aime justement cette dimension théâtrale, qu'on retrouve entre autres dans les romans de Dostoïevski, qui donne un souffle épique au récit, et donne l'impression que les russes ressentent tout bien plus fort que nous !
    Mais tu as raison d'abandonner, et j'aime beaucoup cette citation de Kafka. Je viens d'ailleurs de jeter l'éponge après presque 400 pages de la lecture de Jours barbares de William Finnegan, dont je n'ai pourtant lu que des éloges, mais que j'ai fini par trouver trop chiant, pour le dire vulgairement..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, quand le mot "chiant" sort, c'est qu'on est arrivé à bout ! Moi je n'en étais même pas là pour G&P mais vraiment, j'avais juste l'impression de perdre un temps précieux que je pouvais passer à découvrir d'autres livres susceptibles de me plaire davantage.
      Ah oui, certainement que G&P (et la littérature russe en général) avait une résonance particulière pour toi si tu as étudié le russe. Tu étais quasi d'office gagnée à sa cause.;-)
      Quant à la dimension théâtrale, je n'ai rien contre, au contraire, ça peut justement transporter (je pense en particulier à Cyrano (aah Cyrano)), mais je trouvais que ça sonnait étrangement plat et sans vie ici. Non, décidément le style Tolstoï ne me convient pas, il faut que je l'accepte.^^

      Supprimer
  4. Je me suis embarquée dans Anna Karénine pour ma part, cet été : ce fut long, parfois passionnant, parfois terriblement ennuyeux. Je l'ai fini en diagonale; justement parce que je ne voulais pas avoir lu 500 pages pour rien. Au final, je confirme que c'est un chef d'oeuvre mais punaise, c'est pas toujours un cadeau ! J'imagine que Guerre et paix doit être de cet acabit... Autant dire que ça attendra un moment avant que je m'y colle. Qui sait ? Tu tenteras peut-être le tome 2 un jour, toi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, c'est sûr que non !^^ D'ailleurs avant de décider d'arrêter définitivement, j'ai encore avancé de quelques pages, voire chapitres, en diagonale, et j'ai même lu les résumés de l'histoire jusqu'à la fin sur Wiki, toujours en diagonale, et même là j'avais du mal à m'intéresser à ce que je lisais. Il y a des signes qui ne trompent pas. Mais si tu aimé Anna Karénine malgré quelques moments difficiles, il y a de fortes chances pour que tu sois conquise par Guerre et Paix. Très curieuse de ton avis si tu te lances un jour.:-)

      Supprimer
  5. J'ai eu ma période romans russes, il y a très longtemps, j'étais jeune. J'ai adoré Dostoïevski, mais n'ai jamais lu Tolstoï. Mais je ne suis pas sûre qu'aujourd'hui ça me plairait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu une petite période romans russes aussi mais j'en garde des souvenirs très flous (ça remonte...). Il me semble que j'avais aimé Crime et Châtiment, en tout cas, je n'en ai pas un mauvais souvenir, et j'ai dû lire un autre Dostoïevski mais que j'ai abandonné, je ne sais plus pour quelle raison (pas de souvenir de ne pas avoir aimé non plus). Enfin, d'une manière générale, je crois que les classiques russes me réussissent moyen.

      Supprimer
  6. Un roman que je n'ai encore jamais lu ! Et pourtant, il vaut le détour... bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, je ne l'aurais jamais lu, franchement ce n'était pas bien grave, mais bon, il faut l'avoir lu pour le savoir, haha !

      Supprimer
  7. Je n'ai lu qu'Anna Karénine, que j'avais adoré en son temps. Celui-ci fait peur ! Et tu as été bien courageuse pour finir par reconnaître que Tolstoï n'est pas ta tasse de thé ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'avais déjà bien pressenti avec Anna Karénine mais j'ai eu quelques espoirs avec G&P. Maintenant je suis fixée, plus aucun doute.;-)

      Supprimer
  8. Je n'ai jamais accroché avec la littérature russe. J'ai essayé Gogol entre autres, et comme toi ça s'est terminé par un abandon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vraiment accroché avec le Gogol que j'ai lu (Les âmes mortes) mais ce n'étais pas assez pavéesque pour que j'abandonne. J'avais beaucoup lu en diagonale en revanche.^^ Ceci dit, il y avait quelques aspects narratifs qui m'avaient motivée (à l'époque) à tenter une autre de ses oeuvres. J'y reviendrai peut-être quand même un jour.

      Supprimer
  9. Ah, ah, ton billet m'a bien fait rire ! J'ai lu "Les frères Karamazov" que j'avais adoré. D'ailleurs je m'étais rendue compte que mon top 5 contenait essentiellement des pavés alors ce serait plutôt de bon augure pour "Guerre et paix". J'avais vu une adaptation qui m'avait toute chamboulée alors je m'étais dit "un jour...".
    Mais je n'ai pour l'instant pas pris le temps ! Mais je suis quasi sûre que je l'aimerais dans son rythme et ses personnages.
    Et sinon, je vais raccrocher un peu les wagons du blog. J'ai enchainé panne de lecture et flemme intersidérale d'écrire. Mais ma PAL regorge de pépites et mon investissement sur la dernière pocketbook devraient me remettre en selle ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, on traverse toutes des périodes comme ça j'ai l'impression. Moi je sens que je suis en pleine période de ralentissement phénoménal, qui s'accentue de semaine en semaine, haha ! Moins prise dans mes lectures, moins de lectures tout court, moins de temps pour le blog aussi... Mais je laisse couler, les choses suivent leur cours naturel je pense.
      Si tu aimes les pavés et que tu accroches bien à la littérature russe de cette époque, nulle doute que tu seras séduite par G&P en effet.^^

      Supprimer
  10. ah, pour ma part, j'ai une version (très vieille, belle reliure) en 6 tomes de mémoire. je caresse l'idée (dans le sens du poil), depuis...mon adolescence je crois. je la caresse du bout des doigts, et à la place j'ai lu Hadji Mourat, et Les cosaques. Deux petits romans qui expliquent assez bien la situation dans le Caucase, du moins en partie bien sûr. Et facilement lu. Mais ça ne m'a pas enflammée au point de vouloir enfin me plonger dans G&P!
    Voilà, donc mes 6 tomes joliment reliés vont certainement rester sur leur étagère, car j'ai trop de bouquins à lire pour m'essayer à ce roman fleuve...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des fois, rien que d'avoir le livre, et en particulier une très belle version du livre, c'est suffisant, ça nous satisfait, haha ! Je dis ça en regard de ma PAL qui compte de nombreux livres (certains cultes) dont j'ai caressé l'idée de les lire à une époque qui parfois remonte, mais le temps passe et les nouvelles tentations s'accumulent...^^
      Pour G&P je te comprends, ça m'a pris du temps pour faire fi des autres livres qui me tentaient et me lancer enfin dans ce pavé. C'est toute une préparation psychologique et mentale.^^

      Supprimer
  11. pas lu… tu sais que tu ne donnes pas du tout, mais alors pas du tout envie ? :) Je ne t'en veux pas, il n'est pas dans ma PAL et je n'avais pas particulièrement l'intention de le lire (bon, le "avant de mourir" peut-être quand même…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je ne suis pas le meilleur billet pour donner envie de lire G&P, haha ! Mais il y en a d'autres, à leur relecture, je me dis que j'ai vraiment dû passer à côté de quelque chose... Bon, je suis contente d'avoir enfin essayé quand même. Au moins je sais à peu près de quoi il retourne au-delà de l'histoire en elle-même.

      Supprimer
  12. On n'est pas obligé de lire les classiques. J'en ai lu très peu d'ailleurs.
    Et un des droits du lecteur, c'est d'arrêter une lecture. Ça peut paraitre idiot après 800 pages, mais quand il y en a encore autant qui suivent, il vaut mieux prendre un autre bouquin...
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah belle philosophie.^^ Non, c'est vrai, on n'est pas obligé de lire les classiques mais je les aime bien en général et j'avais quand même espéré que G&P ferait partie de mes coups sur le crâne. Et oui, je suis d'accord avec toi, si on n'accroche vraiment pas plus que ça, autant passer à autre chose, ce n'est pas le choix qui manque. Bon weekend !

      Supprimer
  13. Ah j'adore l'expression "monogamie livresque" ! Impossible à envisager pour moi, d'autant que je lis à la vitesse d'une limace. G&P serait pour moi au moins 6 mois de monogamie.... Mais bravo d'avoir tenté !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, la monogamie livresque ne me dérange pas si je suis dans un livre qui me passionne, d'autant plus que dans ce cas, j'ai plutôt tendance à dévorer donc ça ne devrait pas durer plus de 5 semaines dans les cas de pavés. Mais s'il y a zéro passion ou plaisir, forcément on regarde ailleurs.^^

      Supprimer
  14. Ah c'est bien dommage, mais si tu n'accroches pas je te comprends bien d'abandonner une telle brique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a tant à lire. Brique, c'est bien le mot.:-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...