mardi 30 juin 2015

THE CHILDREN ACT

THE CHILDREN ACT

(non traduit en français à ce jour)
( L'INTÉRÊT DE L'ENFANT ) update 01.10.2015


C'est un peu au pas de charge que je me presse de rédiger ce billet pour qu'il rentre absolument dans le cadre du Mois anglais (ZE famous) qui se termine aujourd'hui (bah oui, on se challenge ou on se challenge pas) (à c't'heure-ci, j'ai l'impression d'être dans "Mission impossible" et je trouve ça très excitant) (oui, je m'excite de peu).

Alors comme ça fait un petit moment que j'ai fini ce livre (c'est pour ça aussi que ça aurait été bien qu'il figure dans le Mois anglais), il ne me reste plus grand-chose de cette lecture (ce qui n'est pas très bon signe).

Heureusement, j'ai pu récupérer sur le mur du groupe FB du famous Mois anglais mes quelques commentaires et ressentis postés en cours de lecture. Pour le contexte, il s'agit de mon premier McEwan et je l'ai abordé en toute confiance au vu des avis majoritairement enthousiastes sur ses oeuvres en général.

Au début :
"Hmmmprh ! Ça fait presque une semaine que j'espère mais il faut que je me rende à l'évidence : je m'ennuie avec Ian McEwan..."

À la question, "mais de quoi s'agit-il ?" :
"Des états d'âme d'une cinquantenaire perturbée parce que son mari vient de la lâcher pour une plus jeune, et qui, en tant que juge aux affaires familiales, est confrontée au quotidien à des dossiers délicats. M'ennuie..."
(précision : les histoires de couple en général me barbent, et là j'avoue, cinquantenaire à l'aube de la soixantaine, crise et compagnie, c'est encore plus fatal).

À la fin :
"Fini le Ian McEwan ! C'est fou comme, pour un livre où on baille tout le long, soupirant en se demandant pourquoi on s'est embarqué là-dedans, flirtant avec l'idée d'abandonner, les dernières lignes (la dernière ligne plus précisément) donnent envie d'applaudir, revoir votre appréciation générale, et vous laissent un peu sonné...."
(Oui, c'est vrai, au final, je trouve que c'est une histoire forte tout de même, un peu dérangeante, très émouvante aussi, et assez dure quand même).

Voilà, je pense que ça résume tout.:-)

J'avais voulu rajouter, à un moment où j'ai cru que j'avais le temps d'écrire un billet en bonne et due forme, un petit commentaire sur le style McEwan (du moins ici, dans ce roman), qui m'a laissée quelque peu de marbre, à mon grand embêtement car a priori il est assez unanimement apprécié et admiré. J'étais partie, très inspirée, sur une comparaison avec la danse ou le chant, où je me faisais la réflexion que j'étais davantage bluffée par la spontanéité, le talent qui sonne naturel, l'impression que les artistes vivent et respirent leurs danses ou chants, que par la performance. Ian McEwan n'est pas un performer dans le sens presque péjoratif du terme, mais j'avais l'impression de lire un style trop bien construit, un poil académique, et c'est une écriture qui de fait, m'ennuyait plus qu'elle ne me transcendait.
Bon, voilà qui est fait au final.

Fin de la copie.^^

L'auteur
Né en 1948 à Aldershot (Angleterre), Ian McEwan a passé une grande partie de sa jeunesse en Extrême-Orient, en Afrique du Nord (en Libye), et en Allemagne, où son père, officier dans l'armée britannique, était envoyé. Il a fait ses études à l'université du Sussex et l'université d'East Anglia, où il a été le premier diplômé du cours d'écriture créative créé par Malcolm Bradbury. Insolite et insolente, provocatrice, hautement originale, l'œuvre de Ian McEwan surprend par ses tours de force de concision et d'humour. L'auteur joue avec les énigmes qui sont l'essence de la narration. Tous ses romans affichent une parenté lointaine, sous forme de simulacre, avec l'énigme policière. Il a publié plusieurs nouvelles et romans pour adultes et, en 1994, «Le Rêveur», un recueil de nouvelles pour la jeunesse.
Intègre le http://lecture-sans-frontieres.blogspot.fr/2012/09/lire-sous-la-contrainte-mois-apres-mois.html et le  http://lecture-sans-frontieres.blogspot.fr/2015/05/en-mai-fais-ce-quil-te-plait-et-en-juin.html

28 commentaires:

  1. Ben... une claque et ça repart ! J'ai un livre de cet auteur sur mes étagères. Pas encore lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'hésite à lui donner une deuxième chance.;-) C'est que, dans l'ensemble, je me suis ennuyée, mais au final, j'ai trouvé que c'était un récit assez fort. Pas assez peut-être pour me convaincre complètement de poursuivre ma découverte des oeuvres de l'auteur. Mais il y en a peut-être une dans le lot qui me correspondrait bien...

      Supprimer
  2. Bon, moi j'aime bien. Mais te connaissant je pense que Solaire pourrait plus être dans tes cordes, il y a vraiment des passages marrants (bon, OK, aussi un cinquantenaire et même de l'écologie, pff)(mais de super passages, si si)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Solaire ? Ok, je note. Pour l'instant, dans mon entourage, on m'a souvent recommandé Expiation, et j'étais assez intriguée par Opération Sweet Tooth, mais j'avoue que j'hésite beaucoup à revenir vers cet auteur.

      Supprimer
  3. Mon McEwan du mois à été un peu laborieux aussi malgré une histoire somme toute intéressante... Soupir, faut que je me réconcilie avec lui peut être :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très exactement ce que j'aurai pu dire en deux phrases du livre que j'ai lu !:-) C'est marrant parce que celui que tu as lu, une collègue me l'a recommandé, enfin, elle avait surtout souligné qu'elle avait beaucoup aimé, et dès que j'ai su la thématique, j'ai tout de suite eu un petit rejet et senti que ça ne me parlerait probablement pas.:-)

      Supprimer
  4. Je crois que je peux l'oublier!
    Merci pour ta participation à mon challenge et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas trop l'impression que ce soit ton créneau, mais je peux me tromper.:-)
      Vivement la prochaine session ! Bon weekend !

      Supprimer
  5. je ne connais pas cet auteur.. un jour put-être!

    RépondreSupprimer
  6. Un auteur que j'adore depuis le premier roman que j'ai lu ! Mais surtout Expiation, qui restera toujours un de mes éblouissements de lecture ! J'attendrai sagement ce dernier en français, quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors Expiation, je le lirai peut-être un jour car l'enthousiasme est assez unanime. Je pense que j'aurais dû commencer par ce roman pour découvrir l'auteur mais bon, ce qui est fait est fait.:-)

      Supprimer
  7. Moi j'ai adoré celui que j'ai lu, "Sur la plage de Chesil" et j'avais beaucoup aimé son style justement que j'avais trouvé original. Je n'ai pas eu le temps d'en lire un autre pendant ce mois anglais mais ça viendra !
    Bravo, t'es au top de la challengeuse que se met la pression pour son billet ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, j'étais dans tous mes états quand j'ai décidé que j'allais quand même tenter le tout pour le tout haha ! Et yeeees, challenge relevé !:-)

      Supprimer
  8. On te sent soulagée d'en être venue à bout ;)
    Déjà lu McEwann, mais je ne sais plus quoi, ce qui n'est quand même pas bon signe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, très mauvais signe même, et je t'avoue, ça m'aurait intéressée de savoir lequel pour peut-être éviter de le lire si je me décidais à poursuivre ma découverte des oeuvres de l'auteur.

      Supprimer
  9. oh mince mince mince!!! J'avais adoré Sur la plage de Chesil (mais ce sont des problèmes de couple) et j'avais aimé Opération Sweet Tooth mais très peu apprécié Solaire et Samedi! Il est inégal dans son travail ce Monsieur McEwan!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui peut-être que c'est ça en fin de compte, il est inégal dans son travail et il faudrait que je tente un autre roman pour être fixée. Mais lequel ? Keisha me recommande "Solaire", je le sens moyen "Sur la plage de Chesil" (j'ai vu quelques déceptions pour ce roman d'ailleurs pendant ce mois anglais)... Enfin, peut-être pas inégal dans son travail mais les appréciations de ses romans sont très variées, du coup on n'est jamais sûr s'ils sont susceptibles de nous plaire ou non. "Expiation" a l'air d'une valeur sûre. Si je devais en lire un autre de l'auteur, je pense que ce serait celui-là.:-)

      Supprimer
    2. Mais je réagis! Expiation est aimé de tous, tu fais ce que tu veux. Solaire a eu des avis différents, moi j'ai aimé !
      Conclusion de mon billet : 'Une lecture jubilatoire du début à la fin, j'ai adoré détester Michael Beard, à qui je cherche en vain une qualité pour le racheter.'
      Alors alors?!^_^

      Supprimer
    3. "Jubilatoire" dis-tu ? Oui, a priori c'est mon créneau, il n'y a pas trop de prise de risque.^^ Mais je tenterai quand même en premier Expiation qui est dans ma vieille LAL. Je reste curieuse de l'enthousiasme quasi unanime autour de ce roman. Bon, a priori ce ne serait pas pour tout de suite, tout de suite cela dit.

      Supprimer
  10. Je me rends compte qu'à moins d'une écriture/histoire vraiment différente, beaucoup de lectures, même agréables ne me laissent pas de souvenirs impérissables... (PS: ton com sur mon blog a été supprimé par erreur... je voulais en supprimer un autre, désolée :) je t'avais répondu que l'unanimité, c'était pas marrant!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, il y a énormément de livres qui sont bien, de bons romans, mais rares sont ceux qui vous marquent vraiment. Je pense aussi qu'on devient de plus en plus exigeant, qu'on a des attentes de plus en plus élevées, depuis le temps qu'on en lit des livres ! :-D (pas de souci pour le com. C'est ma crainte à chaque fois que je valide un com dans mon admin, surtout via mon smartphone. L'onglet "supprimer" est si près du "valider"... et même ici, "répondre" est juste à côté de "supprimer"... un clic et bam ! ^^).

      Supprimer
  11. Donc j'en déduis que sur celui-là, il y a donc le twist final que j'ai tant apprécié dans Expiation et que j'ai attendu toute la plage du Chesil en vain. Comme toi , les atermoiements du couple, ça m'ennuie, surtout quand l'un des deux est abandonné par l'autre, j'ai l'impression de lire cela tout le temps.
    Je ne risque pas de noter celui là surtout s'il n'est pas traduit en Français ;-)
    Bon, ce qu'il en ressort, c'est que McEwan est un auteur très inégal de mon point de vue, il a fait du bon et du moins bon, j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est ça, pour les histoires de couple dans la fiction ! Je ne suis pas psy pour couple que diable, ou alors qu'on me paie pour les écouter ! ;-)
      Concernant la fin, il n'y a pas vraiment de twist final comme tu sembles l'entendre, juste une phrase, la dernière, qui remet tout en perspective, et qui m'a quelque peu secouée. Enfin, il y a bien un twist, mais il a lieu avant.:-) Non, je me trouve dure avec ce livre avec le recul, l'intrigue est intéressante, forte, bouleversante au final, mais quel prix ai-je dû payer pour mériter ce final, raaah, ce fut laborieux tout de même ! Des pages d'ennui... Mais je n'irai pas jusqu'à ne pas recommander ce livre. D'ailleurs les lecteurs anglophones ont plutôt aimé, certains ont même adoré, c'est ce qui m'avait convaincue de m'y risquer.

      Supprimer
  12. Bon je ne connais pas et ça ne me donne pas envie :P. Si tu lis un autre livre de cet auteur, je guetterai ton avis. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense lire Expiation de cet auteur une prochaine fois, mais bon, pas tout de suite, tout de suite.;-)

      Supprimer
  13. La présentation de l'éditeur est intéressante, mais je saurai être patiente :-D.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...