samedi 6 juin 2015

THREE MEN IN A BOAT


THREE MEN IN A BOAT

( TROIS HOMMES DANS UN BATEAU )

titre souvent suivi de la parenthèse To Say Nothing of the Dog (Sans parler du chien)

Je me souviens encore très distinctement de ce livre qui trônait parmi les bibliothèques vertes de mon frère (couverture retrouvée avec beaucoup d'émotions sur le net) quand j'étais encore préado. Je me souviens l'avoir tenté plusieurs fois à l'époque, sans avoir jamais pu rentrer dedans, l'abandonnant au bout de deux pages, j'ignore encore aujourd'hui pourquoi. J'en ai donc gardé le traumatisme d'un récit totalement hermétique, duquel je ne viendrai jamais à bout, et sur lequel il était donc inutile que je m'acharne. D'ailleurs l'idée de suivre trois hommes dans un bateau lors de leur voyage sur la Tamise ne m'enthousiasmait vraiment pas.
C'est bien des années plus tard, quand la tentation Connie Willis est venue me titiller et que j'avais vraiment envie de lire son Sans parler du chien, que ce roman est revenu sur le tapis. J'avais cru comprendre qu'il y avait un lien entre les deux (les titres le confirment) et qu'il valait mieux avoir lu Trois hommes dans un bateau avant. Enfin, ça c'est moi et ma psychorigidité par rapport à l'ordre de lecture des livres en général.

C'est une collègue qui a récemment dévoré Sans parler du chien, associé à l'approche du mois anglais auquel je participe, qui m'a finalement décidée à prendre le taureau par les cornes et à enfin m'embarquer sur le bateau avec ces trois hommes (sans parler du chien). Enfin, surtout, j'étais dans le métro avec ma liseuse, je venais de finir mon livre en cours, et ce roman était le plus court de ma PAL en version ebook. Ça ne mangeait pas de pain de lire deux-trois lignes histoire de voir ce qu'il en était, quitte à le lâcher pour un autre une fois chez moi.

Et là, bam, je ne comprends rien ! De lecture plutôt mal partie, que je vouais d'avance à l'échec, je me fends dès les premières pages d'un fantastique sourire hyène hilare et je me bidonne tout le long ! Tout me plaît dans ce que je lis ! Les personnages, de sacrés phénomènes dès le départ, en particulier le narrateur, entre gais lurons et vieux garçons, à la maturité douteuse, maladroits, gauches tout en étant sûrs d'eux, pleins d'idées fantaisistes, mais tellement typiquement "hommes", précisément à travers tout ça, la façon dont sont narrés les événements, l'humour de l'auteur, fondé principalement sur le comique de situation, en clair, je me ré-gale !

Oui, Trois hommes dans un bateau, c'est l'histoire de trois hommes (sans oublier le chien, Montmorency^^) qui s'embarquent dans une "croisière" sur la Tamise, mais c'est surtout, de digressions en digressions, alors que le narrateur s'épanche d'un sujet à l'autre, inspiré par le moment présent et entraîné dans diverses considérations, des anecdotes délicieusement comiques, drolatiques, truculentes, cocasses sur les petites vexations du quotidien, des réflexions sur l'existence, sur les rapports humains, sur nos illusions, sur le comportement humain, et par extension, sur la société, bref, que des éléments auxquels le lecteur pourra s'identifier sans avoir à tenter l'expérience de la traversée de la Tamise. D'ailleurs, tout au long de ma lecture, je n'arrêtais pas de dire à ma collègue, dès qu'un événement survenait, une réflexion, ou autre, "oh! ça me fait penser à Trois hommes dans un bateau ! Justement le personnage se retrouve dans telle ou telle situation, et...". C'était vraiment excellent !

En cours de lecture, je me suis amusée à essayer de visualiser leur parcours, m'aidant de Google Maps et Google Images pour apprécier certains lieux évoqués. Je me suis aussi assez intéressée à l'auteur, Jerome K. Jerome, pour découvrir qu'il avait lui-même fait ce parcours avec sa femme lors de leur voyage de noces. Bref, ce livre est vraiment loin de m'avoir laissée indifférente ! J'étais peut-être un peu à bout de souffle en bout de parcours, ou par moment, certaines situations ou anecdotes m'ont paru moins amusantes que d'autres, on peut aussi finir par trouver à ce récit un côté un peu redondant une fois qu'on a compris la recette de ce livre, ça devient un peu prévisible, mais ce roman est assez court pour qu'on n'ait pas vraiment le temps de se lasser de la compagnie de ces hommes et de leurs pérégrinations.

"Throw the lumber over, man ! Let your boat of life be light, packed with only what you need - a homely home and simple pleasures, one or two friends, worth the name, someone to love and someone to love you, a cat, a dog, and a pipe or two, enough to eat and enough to wear, and a little more than enough to drink; for thirst is a dangerous thing."

"How good one feels when one is full - how satisfied with ourselves and with the world ! People who have tried it, tell me that a clear conscience makes you very happy and contended; but a full stomach does the business quite as well, and is cheaper, and more easily obtained. One feels so forgiving and generous after a substantial and well-digested meal - so noble-minded, so kindly-hearted.
It is very strange, this domination of our intellect by our digestive organs. We cannot work, we cannot think, unless our stomach wills so. It dictates to us our emotions, our passions. After egg and bacon, it says, "Work!" After beefsteak and porter, it says, "Sleep !" [...]."

Une excellente surprise donc pour moi que ce récit dont je ne comprendrai jamais le rejet plus jeune ! Me voilà prête maintenant pour Sans parler du chien de Connie Willis ! Aaah que je suis contente !

Lu dans le cadre du  

28 commentaires:

  1. Ooooooooooooh !Je l'ai lu bien sûr, et en VO, même! Tu es prête pour le Connie Willis (que je pourrais relire, mais psychorigide aussi, je veux lire la suite ou le parallèle, je ne sais plus comment on dit)(les voyages dans le temps, j'adore)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, prête pour le Connie Willis ! En réalité, le mois anglais durait deux mois, je l'aurais inclus sans problème.^^ Là, je risque encore de laisser passer le temps, avec les autres tentations PALesques qui s'incrustent, pfff..

      Supprimer
  2. Je suis allée voit ta réponse au billet précédent, et lu ta réponse à Jérôme , je rigole car je fais pareil, je donne parfois des idées lecture dans les commentaires chez les autres...
    Lundi billet anniv de blog, avec photos des chats!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens, oui, il me semble avoir remarqué que tu t'adonnais aussi à ce petit plaisir.;-) Je dois avoir noté quelques titres comme ça.^^
      Aaaah, hâte de voir ces photos de Squatty et Niouga ! Lovés dans les pattes l'un de l'autre ? Nooon ?! ^^

      Supprimer
  3. L'idée de ce livre me séduit, mais je ne suis jamais arrivé à entrer dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être faudrait-il retenter ? Ça a marché pour moi.;-)

      Supprimer
  4. Je vois ce livre partout en ce moment et la critique que tu en fais me convainc encore plus qu'il va falloir que je le lise un jour ou l'autre. Ça a l'air vraiment très chouette et à la fois drôle et absurde ! Parfait pour se détendre donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfait tout court ! ;-) A lire, à lire absolument, oui ! C'est une de mes plus belles surprises livresques de l'année, cette lecture. Je ne m'attendais tellement pas à être aussi enthousiasmée !

      Supprimer
  5. Super billet! du coup, tu me remets en tête Connie Willis que je veux lire depuis longtemps maintenant et je rajoute donc ce roman! Relire c'est s'exposer à une bonne surprise comme dans ton cas ou alors.. Une déception. C'est pour cela que je ne relis pas certains romans: trop peur d'être déçue alors que j'en garde un super souvenir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, encore que là il ne s'agit pas vraiment d'une relecture (ou alors, des deux premières pages ^^), mais d'une lecture enfin achevée (encore que je ne l'avais pas franchement entamée au départ ^^). La surprise est en tout cas excellente tellement elle est inattendue.
      J'ai relu quelques romans de mon enfance et adolescence en revanche, et c'est vrai, souvent, je ne retrouve pas les mêmes impressions qu'à l'époque, et j'en ressors un peu... pas déçue, mais déstabilisée, frustrée. A moins de n'avoir plus aucun souvenir d'un livre, je suis aussi d'avis qu'il vaut mieux ne pas les relire.

      Supprimer
  6. Eh bien, tu as bien fait de réessayer ! Moi aussi, j'avais beaucoup ri en le lisant. J'aime cet humour, cette fantaisie si typiquement anglais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme quoi il faut persévérer.:-) Ah mais il est excellent ce livre ! Je serais même capable de le relire.:-)

      Supprimer
  7. Pas lu du tout, ni en anglais ni en français. Et comme toi c'est un titre sur lequel je bloque depuis assez longtemps la faute à la couv de la bibliothèque verte qui ne m'inspirait pas du tout.
    C'est drôlement chouette comment tu en parles, j'espère malgré tout que de digressions en digressions, il conserve un fil rouge, sinon c'est des coups à me perdre en route.
    Beau mois anglais a Girl

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est assez épatant, quand j'y repense, la façon dont le narrateur arrive à passer d'un sujet à l'autre de façon totalement fluide, sans qu'on ait l'impression qu'il passe du coq à l'âne, et pourtant, il s'éloigne tellement du sujet initial qu'on se demande comment il en est arrivé à parler de tout autre chose quelques pages plus loin. Ça fait partie du charme de ce roman, je trouve.:-)
      Bean mois anglais à toi aussi !

      Supprimer
  8. La couverture de la Bibliothèque verte me rappelle des souvenirs d'enfance. J'aimerais le lire dans cette édition !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien retrouver cette édition aussi pour me tenter une relecture ! Moi aussi ça m'a renvoyée à des souvenirs d'enfance émus quand j'ai retrouvé cette couverture sur le net.:-)

      Supprimer
  9. j'en garde aussi un excellent souvenir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est celui que j'en aurai à vie maintenant.;-)

      Supprimer
  10. je rejoins ton avis, j'ai été un peu déçue mais amusée quand même ...
    mon billet : http://doucettement.over-blog.com/article-trois-hommes-dans-un-bateau-de-jerome-k-jerome-103474451.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon côté, pas déçue du tout et très amusée, mais j'admets qu'on pourrait se fatiguer à la longue en compagnie de ces trois phénomènes.;-)

      Supprimer
  11. Quel enthousiasme! Et surtout quel beau billet!! Comme toi ma première lecture fût un désastre, je n'avais rien compris, mais j'ai beaucoup apprécié l'humour so British lors de ma relecture il y a quelques mois, et je crois que mon personnage préféré c'est Montmorency :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh, c'est amusant ça qu'on ait eu une expérience de lecture quasi similaire ! Ça me rassure presque.:-) C'est très étonnant n'empêche car ce récit est fluide, limpide et drôle dès les premières pages ! J'ai bien aimé aussi Montmorency.:-)

      Supprimer
  12. Eh bien, tu me donnes rudement envie de l'essayer, ce roman ! Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai toujours eu l'impression qu'il n'était pas pour moi (en aurais-je tenté la lecture, il y a des décennies de cela, sans aller au-delà des premières pages ? je ne m'en souviens pas mais si ça se trouve c'est le cas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, ça se trouve, c'est le cas, oui ! C'est fou l'effet que ce roman peut faire à certains (certaines surtout, j'ai l'impression) d'entre nous au premier abord ! Il y a comme un rejet, une réticence à s'aventurer en compagnie de ces hommes sur un bateau, haha ! Mais franchement, le voyage vaut le détour ! Si tu as l'occasion, n'hésite pas, ce récit est truculent !

      Supprimer
  13. J'avais beaucoup aimé moi aussi ! J'ai beaucoup ri et je me suis demandé pourquoi je ne l'avais pas lu plus tôt à l'époque ! (je me souvien qu'un prof n'arrêtait pas de nous en parler à la fac. Je ne me souviens plus du prof, mais j'avais bien noté le livre!)
    On peut se fait une LC Connie Willis si tu veux ? Je l'ai dans la pal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh yes! Une LC Connie Willis, complètement partante ! Sans parler du chien ? Pas cet été par contre pour moi, mais d'ici la fin de l'année oui, ce serait casable. On a 2 autres LC aussi à caler, voire 3.:-) Le truc en Islande, le roman slovène dans le cadre du challenge UE, et Rosie 2 (à moins que tu ne l'aies lu déjà celui-là).

      Supprimer
  14. Je suis fan de cet auteur *.* Il est trop fort quand même ^^ (Même si je trouve que ce roman a assez mal vieilli pour certains passages d'autres sont toujours d'une actualité brûlante surtout ceux sur le travail et la paresse !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah il est excellentissime ! Je ne dirais pas que ce roman a mal vieilli (enfin, je ne l'ai pas ressenti comme ça) mais on sent bien qu'il est d'une autre époque (autre temps, autres moeurs^^), et du coup, j'ai trouvé ça épatant que les réflexions et observations de l'auteur/narrateur soient en revanche encore terriblement d'actualité.:-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...