dimanche 2 juillet 2006

LE PHOTOGRAPHE - 3 TOMES


LE PHOTOGRAPHE - 3 TOMES

Un concept absolument extraordinaire, original et intéressant que cette BD-photo qui met à portée de tout public un pan de l'histoire qui peut paraître trop distant géographiquement parlant pour nous concerner et nous impliquer, et dont nous n'avons malheureusement que de vagues notions qui suscitent hélas rapidement l'indifférence ou le "blasage".
J'ai trouvé cette aventure humaine très touchante et incroyable, le dévouement et les risques encourus par une poignée d'individus oeuvrant au sein de MSF, qui font le choix de se dédier à une cause qui semble tellement perdue, désespérée, au coeur de l'Afghanistan, dans des conditions absolument spartiates.

Ce plongeon au coeur d'un pays et d'une culture tellement étrangère à la nôtre remet bien des points sur les "i", ce témoignage est tour à tour émouvant, drôle, révoltant, et très instructif sur une civilisation dont nous connaissons finalement si peu. J'ai beaucoup aimé les touches anecdotiques et humoristiques de Didier Lefèvre qui allège un petit peu la gravité et le côté glauque de la situation, il apparaît tellement humain et occidental dans ses réactions et sa vision des choses, et j'apprécie le fait qu'il ne le masque pas dans son témoignage (qu'est-ce qu'il m'a fait rire par moments!).
Quant au côté artistique de la BD, les photos noirs et blancs ne sont pas toujours les meilleurs, ni adaptées au format BD, et les dessins assez minimalistes (un petit côté Tintin) mais elles véhiculent l'essentiel : un témoignage sur une aventure humaine assez exceptionnel et hors-norme. Et il y a quelque chose de touchant, magique, troublant et poétique dans ces photos intégrées comme ça dans le courant du récit.
Superbe! A découvrir absolument! Il devrait y avoir plus de BD-photos de ce style!

Des extraits :

Le site officiel : http://lephotographe.dupuis.com/

Les auteurs :
Fin juillet 1986. Didier Lefèvre quitte Paris pour sa première grande mission photographique : accompagner une équipe de Médecins Sans Frontières au coeur de l'Afghanistan, en pleine guerre entre Soviétiques et Moudjahidin. Cette mission va marquer sa vie comme cette guerre marquera l'histoire contemporaine. Au croisement des destins individuels et de la géopolitique, à l'intersection du dessin et de la photographie, ce livre raconte la longue marche des hommes et des femmes qui tentent de réparer ce que d'autres détruisent. Didier Lefèvre fait ses premiers reportages photographiques en 1984 à Médecins Sans Frontières. Pour eux, il raconte le contexte des pays dans lesquels se déroulent leurs missions. C'est ainsi qu'il effectue son premier voyage en Afghanistan en 1986, raconté dans Le Photographe. Il quitte MSF en 1988 pour devenir photographe de presse. Depuis 1986, Didier Lefèvre est retourné sept fois en Afghanistan "pour retrouver les gens et observer les changements". Paraît simultanément à l'album un livre aux Éditions Ouest-France de textes et de photos racontant l'intégralité de ces voyages là-bas. Frédéric Lemercier est graphiste. Il met en page les dessins et les photos du Photographe et réalise la mise en couleurs.

Naissance de cette BD-photo, par Emmanuel Guibert :
"Quand un reporter photographe rentre de mission dans un pays en guerre, il ramène des centaines de photos et autant d'anecdotes. Sur ces centaines de photos, quelques dizaines sont tirées, quatre ou cinq sont vendues à la presse, et le reste, sous forme de planches-contact, échoue dans des boîtes. Le photographe, s'il aime raconter, raconte les anecdotes à ses proches. Puis le temps passe, d'autres missions, d'autres photos et d'autres anecdotes chassent les premières, et la mémoire, elle aussi, les met en boîte. Voilà comment s'endorment les histoires. Le nombre de belles histoires au bois dormant est infini. La bande dessinée est un des moyens de les réveiller. J'ai cent raisons d'aimer Didier Lefèvre. L'une d'elles, c'est qu'il est bon photographe. Une autre, c'est qu'il raconte bien les histoires. Dès les premières fois où je l'ai entendu, planches-contact à l'appui, me raconter un de ses reportages, j'ai voulu qu'on fasse un livre tous les deux. La bande dessinée intervient pour faire entendre la voix de Didier, combler les vides entre les photos et raconter ce qui se passe quand Didier, pour une raison ou une autre, n'a pas pu photographier."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^