dimanche 12 avril 2009

CHRONIQUES DE PÉKIN


CHRONIQUES DE PÉKIN

10 auteurs de Pékin racontent leur ville en BD à la veille des J.O.

Voilà encore une initiative de BD collective fort intéressante qui n'a pas manqué d'attirer mon attention quand Keisha en a parlé, car il est vrai que si les Japonais et les Coréens ont depuis toujours dominé l'industrie de la BD et du dessin animé asiatiques, les Chinois n'en aiment pas moins le dessin et "il faut désormais compter avec le manhua" (BD chinoise), comme le souligne Olivier Vatine dans sa préface.

Participent à ce collectif édité chez Xiao Pan: Ji'An, Nie Jun, Liang Yi, Liu Wei, Song Yang, Cheng Cheng, Jian Yi, Zou Jian, Lu Ming et Wang Huan.
Bon, ça tombe bien, je n'en connaissais aucun et cette BD a été l'ouvrage idéal pour découvrir toute une palette de talents graphiques côté Chine. J'ai été particulièrement séduite par celui de Song Yang qui se démarque vraiment du reste par son originalité, son excentricité, ou sa bargerie devrais-je dire, et c'est le seul chez qui j'ai pu noter un sens de l'humour assimilable à celui des mangaka.

En dehors de l'aspect graphique, c'est une véritable fresque sociale qui se dessine sous nos yeux à travers les chroniques de ces 10 dessinateurs, récits assez inégaux comme on peut s'attendre d'un ouvrage collectif mais qui présente une Chine à multiples facettes qui se veut résolument moderne et dynamique, même si les traditions et les coutumes perdurent.

J'ai trouvé les notes introductives à chaque récit particulièrement instructives, voire même plus intéressantes que les BD en elles-mêmes car elles recadrent chacune dans leur contexte économique, politique et social en résumant les faits historiques qui permettent de mieux appréhender la Chine d'aujourd'hui.

Enfin, j'ai beaucoup aimé la légende de l'éléphant exploitée par Wang Huan, qui illustre peut-être le mieux ce pays fascinant: "tellement immense qu'il est difficile de la comprendre dans son ensemble".
Alain Wang de Asia Magazine souligne en introduction à cette BD qu'un Pékinois peut être aussi perdu qu'un Européen à Canton.
"La Chine est un monde multiple. [...] L'occidentalisation rapide et forcée se heurte aux rythmes ancestraux et ruraux. Si bien que l'Empire du Milieu est devenu celui des extrêmes et des contrastes. Une vie ne suffirait pas à en faire le tour. Tant de mondes à découvrir..."

4 commentaires:

  1. Euh, Song Yang, c'est quelle histoire? Le groupe de rock? j'ai un peu oublié tout ça.
    C'est un peu inégal, d'accord, mais vraiment un album pour la découverte de cette BD chinoise multiple et prometteuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Song Yang, c'est celui dont le récit se déroule sur la ligne 104 du réseau de bus pékinois, la première à avoir été affectée aux J.O. Il est surtout mémorable pour son graphisme qui mélange divers styles et techniques et qui s'appuie sur des photos qu'il intègre à sa BD. J'ai emprunté un de ses manhuas à la bib' là, le style semble identique. C'est assez spécial mais ça me plaît bien.
      Oui, belle opportunité de découvrir différents dessinateurs chinois que cette BD!

      Supprimer
  2. Intéressant... Je ne lis que rarement des BD mais celle-ci semble en valoir la peine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une vue d'ensemble sur la BD chinoise et pour cette thématique (Pékin à la veille des J.O.), ça vaut le détour, c'est sûr.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^