jeudi 18 janvier 2007

KAFKA SUR LE RIVAGE


KAFKA SUR LE RIVAGE

KAFKA ON THE SHORE ) 

traduit du japonais par Corinne Atlan

4è de couv':
"Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d'initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure, qui s'inscrit parmi les plus grands romans d'apprentissage de la littérature universelle.
Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse.
Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore...
Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité."

Du grand Haruki que j'ai retrouvé avec grand grand plaisir et que j'ai dévoré ! Son talent, son univers, me dépassent tout simplement.
Encore une fois (parce qu'à force d'en lire, je réalise que c'est son fort), on pénètre dans un univers normal et relativement banal pour basculer petit à petit vers un univers surréaliste qu'on absorbe de façon tout à fait naturelle, et même avec plaisir, sans se poser de questions (sauf une cinquantaine de pages vers la fin, où pour moi il est complètement parti en vrille - trop pour moi... mais bon, c'est son délire d'auteur, il fait ce qu'il veut... ). 

Ici ce que j'ai aimé en particulier, c'est la dimension philosophique en plus qui se dégageait de certains dialogues, réflexions et situations (il y a tellement de passages sublimes, de métaphores que j'aurai aimé surligner, mais bon c'était un livre de bib'...).
J'ai beaucoup aimé l'histoire du vieux Nakata, personnage touchant et magnifique, et l'influence qu'il a eu sur Hoshino, qui, lui aussi, en dehors du jeune Kafka Tamura, a son propre parcours initiatique en évoluant et découvrant le monde différemment aux côtés de Nakata.
L'histoire du jeune Kafka Tamura en elle-même m'a moins touchée, moins enthousiasmée, le roman d'initiation n'étant pas vraiment ma tasse de thé à la base (surtout quand elle concerne les jeunes ados) mais je dois dire qu'Haruki Murakami pourrait me faire lire n'importe quoi, tellement son style est envoûtant. L'histoire, l'intrigue devient alors limite secondaire tellement je me délecte de sa manière de raconter les choses. 

Ce qui m'éclate aussi chez Haruki Murakami, c'est son mélange de genres littéraires différents (roman initiatique, policier, conte fantastique,...), de références culturelles occidentales et nipponnes (de Otis Redding à Schwarzenegger, en faisant un détour par des grands classiques japonais et européens, le jazz, Beethoven, Bouddha et j'en passe), d'univers réalistes et surréels, de niveaux de langage, bref un véritable cocktail détonnant dont il maîtrise et distille les ingrédients avec une vraie finesse! 

Un gros bémol annoncé quelques lignes plus haut cela dit : la fin qui m'a semblé par trop loufoque et tirée par les cheveux, je n'ai pas trop saisi son but ni son délire à ce niveau-là, mais bon une cinquantaine de pages sur 600 pages, ça ne tue pas le plaisir de le lire (enfin dommage quand même pour cette fin, sinon je l'aurai classé ex-aequo avec La fin des temps en tant que roman préféré de Haruki Marukami (là il est un poil juste derrière, pas loin de Chroniques de l'oiseau à ressort - et ce jusqu'à nouvel ordre bien sûr car il m'en reste encore des romans de Haruki Murakami à lire, et c'est tant mieux).

2 commentaires:

  1. Bonjour. D'abord merci pour ton 5ème commentaire sur mon blog. Désormais, tu fais partie des blogueurs "sur la colonne de droite" (catégorie livres). Concernant Kafka sur le rivage. Je l'ai eu très longtemps sur ma PAL et je l'ai enfin lu l'année dernière et j'en ai fait un billet (le 25/08/08). Je suis d'accord que la fin n'est pas à la hauteur de l'ensemble et comme je l'ai écrit, c'est surtout la partie "Nakata" qui m'a emballée et fait vite lire ce roman. Bonne journée et merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir! Yeah je suis référencée dans la colonne de droite! Ca fait vraiment plaisir vu que les critères de sélection sont sévères! Quoique 5 commentaires, c'est très raisonnable... c'est drôle, je pensais en avoir laissé plus mais comme je disais, je lis plus que je ne commente en général. Je te retourne le clin d'oeil dans mon espace lien, quoi de plus normal.
      Je vais aller voir ton commentaire sur Kafka sur le rivage. Je suis une inconditionnelle de l'auteur alors les avis de ses lecteurs m'intéressent toujours!
      Bonne fin de soirée!

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^