mardi 19 septembre 2017

GLOSE


GLOSA

( GLOSE )

(excellemment) traduit de l'espagnol (Argentine) par Laure Bataillon

Repéré chez Ingannmic comme ouvrage inclassable, j'ai tout de suite eu le sentiment que ce livre était pour moi. Ce qui m'a interpellée et intriguée, entre autres, c'est que l'on puisse faire un roman original d'une simple balade de deux personnages à travers les rues d'une ville argentine.
Car avec Glose, nous tenons entre les mains le récit, non d'une histoire, mais d'un moment où chaque milliseconde de pensées, sensations, souvenirs, est déroulée à l'extrême, prenant des chemins sinueux qu'on était loin d'attendre au tournant.

Avec Glose, nous vivons en quelque sorte une promenade des souvenirs, des esprits vagabonds, des pensées flottantes qui englobent nos petites vies, tracas et histoires personnelles. Un monde de perceptions, d'associations d'idées et d'images. Tout ce qui ne s'exprime pas car cela se passe généralement dans l'espace d'un bref instant, sans que les mots ne se forment jamais vraiment dans la tête pour décortiquer tout cela. L'auteur déroule quasi pas à pas le fil des pensées de nos personnages, tout en narrant leur interaction avec l'autre, ou les autres, l'entourage, l'environnement, au fur et à mesure qu'ils avancent dans la ville.
Glose, c'est un peu le mécanisme de nos pensées et de nos souvenirs déroulé en temps réel, en même temps que l'on discute ou que l'on soit dans une quelconque action.
Je garde en tête le récit d'une traversée de rue d'un trottoir à l'autre qui pourrait paraître banale en soi mais que l'auteur a réussi à transformer en véritable épopée. Un truc de fou !

Mais qu'on ne s'inquiète pas. Ce récit n'est pas "tout simplement" celui de la déambulation de personnages à travers les rues avec description millimétrée de leur moindre faits et gestes, et pensées, le long du chemin.
En arrière-plan, il y a tout de même une trame. Nos deux protagonistes devisent sur un anniversaire auquel aucun des deux n'a été présent, un prétexte à la conversation mais qui va révéler un univers bien plus tumultueux qu'il n'y paraît en surface, chacun réinterprétant les faits à la lueur du peu qu'ils en connaissent, s'arrêtant sur des détails qu'on croit superflus et insignifiants mais qui, au final, vont finir par nous hanter, tout comme eux. Et puis, en périphérie, des allusions au futur, qui chargent l'air de cette atmosphère tendue qu'a connu l'histoire argentine.

Glose, c'est quelque part une exploration de l'âme humaine dans tout ce qu'elle a de plus simple, mais aussi de nébuleux, sombre, ambigu, ridicule, amusant, tordu, en un mot, humain, et qui ne s'exprime pas qu'avec les mots, mais d'un regard ou d'un geste anodin.
Il dévoile avec une épatante minutie tout un microcosme de pensées, d'émotions, de contrariétés, toutes suscitées et mises en branle par divers facteurs sur le chemin, en l'espace d'une marche de 2100 mètres parcourus en une heure.

C'est une expérience véritablement soufflante, étonnante, universelle, familière, vertigineuse et en même temps tellement capillotractée et par moment éprouvante, que j'hésite à confirmer que j'ai véritablement pris mon pied pendant ce voyage. J'ai trouvé ce récit très intéressant, amusant même tellement le délire est poussé, mais un peu trop tortueux et tordu par moment. Un peu comme - si on ne s'en tient qu'à la sensation physique, mais qu'on pourrait appliquer à la sensation mentale - une randonnée où l'on prendrait autant de plaisir que de peine, l'un n'effaçant pas l'autre ou ne prenant pas le pas sur l'autre, les deux sensations se confondant, et qu'à la fin on se dise que ça valait quand même le coup.

Finalement, ce n'est pas tant l'intrigue qui m'impressionne ou me marquera, mais ma rencontre "intellectuelle" avec cet auteur. Une rencontre insolite, de celle qui font réaliser que la littérature, ou lire des romans, ce n'est pas seulement aller à la rencontre des histoires, mais d'un auteur et de son imagination, son génie et sa façon de penser, et quand ça trouve écho en soi, c'est le feu d'artifice !

C'est un roman indéniablement original, catégorie OLNI d'un point de vue stylistique, qui sort clairement des sentiers battus, formidablement maîtrisé et développé, et quand même assez exigeant mais intellectuellement stimulant, à tel point que je me sens flattée qu'Ingannmic ait pensé à moi en se disant que s'il y avait une personne qui apprécierait, ce serait moi.^^

À noter qu'il y a eu une première édition et traduction de ce roman en 1988 sous le titre L'Anniversaire.

L'auteur
Juan José Saer (1937-2005) est considéré comme le plus grand romancier argentin du 20è siècle et Glose comme son roman le plus important. Considéré en Argentine à l'égal de Borgès, il a eu une influence considérable sur les auteurs de son pays, autant par la densité de son oeuvre que par sa maîtrise formelle, ses jeux avec les genres littéraires.

16 commentaires:

  1. Excellent billet, qui exprime parfaitement l'essence de ce roman ! Tu ne peux pas savoir à quel point ton enthousiasme me fait plaisir (c'est toujours délicat, de conseiller un ouvrage aussi original, quelle joie quand on fait mouche...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été bien inspirée aussi de jeter mes impressions en brouillon quasi à la fin de ma lecture, parce que quand j'ai repris mon billet pour le fignoler, soit près d'un mois plus tard, je me suis dit que je serais restée sur une impression de surface, sans pouvoir entrer vraiment dans l'essence de ce roman.
      Et je suis bien contente de pouvoir puiser des idées de lecture chez toi.:-) Même s'il y a toujours le risque que je n'adhère pas malgré le fait que tous les ingrédients semblent réunis pour, j'aime vraiment découvrir des romans qui sortent un peu des sentiers battus.

      Supprimer
  2. Triple zut, rien à la bibli (pourtant je sens que je pourrais tenter l'expérience)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que j'ai dû faire quelques kilomètres pour pouvoir mettre la main dessus (et j'ai ainsi pu découvrir une "nouvelle" bib' très bien fournie - chouette !^^).

      Supprimer
  3. J'hésite. Suis pas contre un OLNI mais malgré ton enthousiasme j'ai peur que celui-ci me laisse au bord de la route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, mon billet ne rend pas vraiment justice à ce roman. Il en décrit assez précisément l'essence, mais je sais qu'il en donne l'idée d'une lecture quelque peu fastidieuse et inquiétante, voire expérimentale. En réalité, on rentre très facilement dans ce récit. L'écriture est fluide, agréable, tout coule naturellement. C'est la force même de l'auteur d'avoir réussi à rendre ce roman aussi accessible, et en cela, c'est une expérience de lecture à vivre absolument !

      Supprimer
  4. Intéressant et attirant, après, ça dépend un peu du nombre de pages... pas sûr que je tienne sur 500 pages... mais non, renseignement pris, 280 pages, ça peut marcher... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2100 mètres parcourus en 1 heure. Ça passe assez vite, surtout quand on les traverse avec quelqu'un, ou plusieurs personnes, et qu'on est témoin de leurs échanges.;-) Je serais très curieuse de lire d'autres avis sur ce roman.

      Supprimer
  5. Un livre qui ne m'attire pas du tout par sa couverture, mais qui semble t'avoir plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais moi j'adore cette couverture ! Elle résume tellement bien ce livre ! Elle m'a en tout cas motivée à caser cette lecture en urgence !:-)

      Supprimer
  6. Beau billet ! qui donne franchement envie de partir à la découverte de cet OLNI. Bon we à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.:-) J'espère te lire prochainement à ce sujet.;-) Bon WE !

      Supprimer
  7. Tiens je trouve ça super original de décortiquer chaque seconde de pensées, après tout, tout se bouscule dans l'âme humaine à une vitesse folle. Ce serait même extraordinaire que le temps puisse filer aussi vite vers le weekend quand on se retrouve un lundi soir, en mal de vendredi :D
    Je trouve très belle ta réflexion sur ta "rencontre" avec l'auteur.
    Il m'intrigue GRAVE ton livre! :D
    Ah toi j'te jure... :P
    Big Bisoussssss for you

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment original, en particulier parce que l'auteur a vraiment réussi à rendre ce que tu évoques si bien au sujet de nos pensées, "tout se bouscule dans l'âme humaine à une vitesse folle". C'est vrai, et il a réussi à le restituer avec fluidité et naturel, et à la milliseconde près. Assez impressionnant ! Une expérience de lecture à faire, vraiment !;-)
      Les semaines filent vite en ce moment, va savoir pourquoi.;-)
      Big bisouuuuuusss ! Bonne semaine !

      Supprimer
  8. Pourquoi pas, pour l'aspect expérimental culturel et littéraire !

    RépondreSupprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...