samedi 27 octobre 2018

UN PETIT HOMME DE DOS


UN PETIT HOMME DE DOS

Quatrième de couv :
"Février 1942 : un petit Polonais et une jeune femme romantique se rencontrent dans une ville de la province ardéchoise. Aussitôt c'est la passion, immédiate, celle qui brûle, qui enivre. Profondément excessif, d'un égoïsme et d'une avidité que seul tempère l'amour qu'il éprouve pour les siens, le petit Polonais flirte insolemment avec les frontières du bien et du mal : trafiquant sans scrupule pendant la guerre, il deviendra à la Libération un commerçant impitoyable. [...]"

Normalement, à la seule lecture de ce résumé, je ne me serais jamais précipitée vers ce roman car rien dans ce qui y est évoqué n'était susceptible de me tenter. Mais alors, rien. Je me serais d'ailleurs arrêtée à la deuxième ligne et aurais reposé le livre. Enfin, plus vraisemblablement, à la seule vue de la couverture, j'aurais passé mon chemin. Seul le titre aurait pu m'intriguer, mais ça pesait léger dans la balance.
Ce qui l'a fait basculer, c'est, au hasard d'une discussion live autour de nos derniers livres lus, l'enthousiasme de Loo sur le style si singulier de ce roman, ce qui a d'emblée attisé ma curiosité.

Et c'est vrai que dès les premières lignes, j'ai été embarquée dans le tourbillon vertigineux de cette écriture dont le style est telle une valse à mille temps, une anguille qu'on ne peut contenir, qui vous glisse entre les mains, souple, agitée, agile, une écriture qui ne tient pas en place, qui varie d'un paragraphe à l'autre, dans un même paragraphe même, qui mélange style direct et indirect dans une même phrase, qui fait fi des conventions, qui a du bagout et la poigne de l'oralité populaire, retranscrite avec une certaine classe, et qui, malgré ou grâce à tout cela, reste limpide et savoureuse.

Et l'histoire alors ? Ben j'y ai bien survécu au final, très probablement parce qu'elle était portée par cette écriture si vivace et ses personnages hauts en couleur, mais je suis malgré tout quand même loin du coup de coeur.

Mon avis Goodreads :
"Un style étonnant, une écriture goûtue, colorée, épicée, vivante. Ah oui, ce style appliqué à Guerre et Paix, ça lui donnait tout de suite une autre saveur.^^ Après, l'histoire en elle-même n'est pas de celles qui font le plus triper : l'histoire d'un père, raconté par son fils, à hauteur d'adulte mais sous la perspective de l'enfant. Elle a quelque chose de fort ceci dit, de presque bouleversant par moment, en tout cas, de captivant malgré soi, mais l'émotion n'était pas vraiment au rendez-vous pour moi. Peut-être aussi parce que le style voulait justement mettre une certaine distance."

Des extraits :
"Il était là. Devant lui, il y avait ses avocats : une motte de beurre de trois kilos au moins, du café, des cigarettes et une poule.
[...] Il se leva et considéra gravement les Édo, je dois vous confesser que ma visite n'est pas simplement amicale, je suis venu pour vous demander la main de votre fille. Silence stupéfait, on aurait entendu respirer une mite. Mon père laissa la nouvelle pénétrer les entendements et chuchota à l'oreille de l'oncle Simon, rassurez-vous, ce n'est pas parce qu'Andrée a le ventre rond que je vous fais cette requête."

"Néanmoins pour l'heure il était toujours drôle et amoureux. Un peu trop amoureux. De temps en temps il fautait avec des croqueuses, mais c'étaient des aventures sans lendemain, des papouilles rapides où le coeur n'était pas invité."

"Et puis je connais les femmes, si ça se trouve elle t'aime tellement que tu la rendras heureuse simplement en bâillant."

"- Papa, Stéphane, où tu étais ?
- À l'hôpital, dit-il, je me suis fait enlever l'appendice.
- Tu as eu une crise d'appendicite ?
- Non, mais pourquoi attendre d'avoir mal ?"

L'auteur
Écrivain et scénariste, Richard Morgiève, né en 1950 à Paris, est l'auteur d'une vingtaine de romans et de pièces de théâtre.

18 commentaires:

  1. Figure toi que je l'ai lu , sans doute avant blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Ce serait intéressant de retrouver toutes nos lectures d'avant blog !^^

      Supprimer
  2. Pas vraiment tentée, du coup, bien que je sois plus attachée à la qualité de l'écriture qu'à l'histoire, quand je choisis un livre... disons que ta conclusion me refroidit un peu (et que j'en ai plein d'autres à lire !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. J'avoue que, PAL oblige, je suis obligée aussi de faire une sélection drastique et si un billet ne présente pas un livre comme la perfection absolue de A à Z, ou au moindre "mais", je ne prends plus la peine de noter. Bon, j'exagère un peu mais j'en suis presque là.^^

      Supprimer
  3. Totalement inconnu au bataillon, ce titre et cet auteur ! Tu as l'art de dénicher des curiosités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement inconnu aussi jusqu'à ce qu'on m'en parle.;-)

      Supprimer
  4. Ah, ce que tu me fais rire avec ton introduction ! A première et seconde vue, j'aurais fait comme toi, je m'en serais éloignée assez vite. Bon, à vrai dire, je n'en ai pas plus envie après lecture de ton billet ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Ceci dit, je ne regrette absolument pas cette lecture. C'est une expérience qui vaut le détour rien que pour le style narratif, et ça reste une histoire assez marquante même si le contexte et les thématiques n'avaient rien pour me plaire vraiment.

      Supprimer
  5. Je ne connais pas et je suis assez indécis si je ne me fie qu'au résumé de l'histoire...
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le résumé de l'histoire seul ne restitue pas le style narratif qui en font tout son sel. Mais je peux comprendre que ce roman suscite la méfiance.^^ Bon dimanche.

      Supprimer
  6. Je note pour mes futures lectures pour cette période ! Je dis ça car j'aimerais bien lire le livre de MArcel Aymé sur le marché noir sous l'occupation, la traversée de PAris... Je verrai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben subitement tu me fais réaliser que je n'ai pas vu le film adapté, ni lu le livre d'ailleurs, et que je pourrais bien me programmer tout ça pour ma petite culture.^^

      Supprimer
  7. Quand ça ne vaut que par l'écriture mais que l'histoire laisse de marbre, je préfère faire l'impasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne m'a pas vraiment laissée de marbre mais si j'avais été une personne plus sensible, je pense que cette lecture aurait pu me toucher différemment par son histoire et la façon dont elle est racontée.

      Supprimer
  8. Quel dommage qu'ils ne soient pas tentés de le lire. C'est une belle histoire pourtant. Tant pis pour eux. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a trop de tentations aussi.;-) Je pense que si j'avais juste vu ce livre sur un site ou un blog, je ne me serais pas forcément précipitée. Mais de t'en entendre parler en live, ça m'a donné envie. C'est l'intérêt des échanges live aussi.:-)

      Supprimer
  9. Comme toi, rien ne m'aurait attirée vers ce roman. Mais ce que tu dis de l'écriture intrigue bien tout de même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu saurais apprécier. Quand une écriture te porte malgré l'intrigue qui, a priori, n'a rien pour te plaire, et qu'au final, tu te laisses embarquer par l'histoire, ça veut tout dire.;-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^