dimanche 24 mars 2019

LITTLE BIG MAN


LITTLE BIG MAN

(même titre dans l'édition française sous-titrée Mémoires d'un visage pâle)

Envie de revivre l'histoire légendaire de l'Ouest américain ? De vous dépayser temporellement et spatialement en plongeant au coeur de la vie des Indiens d'Amérique ? C'est ce que nous propose Jack Crabb, alias Little Big Man, à travers ses "mémoires de visage pâle" enregistrés sur magnétophone. 
À 10 ans, il est "enlevé" avec sa soeur par les Indiens (un quiproquo sacrément cocasse) et sera alors adopté et élevé dans la tradition cheyenne. C'est 100 ans plus tard qu'il nous restitue son histoire. Une histoire qu'on s'apprête à accueillir au départ avec sérieux et gratitude pour cette opportunité qui nous est donnée de partager le destin peu commun de cet Américain devenu Indien par la force des choses et de découvrir la culture cheyenne au plus près.
Quelle sacrée aventure tout de même, que de promesses d'enrichissement culturel ! On repense à Mille femme blanches avec un certain espoir. Quelle lecture marquante ! Se pourrait-il qu'on revive la même chose émotionnellement ici ?

Et puis très vite ça dérape ! Dès la préface en fait. À la mine de rien. Une phrase qui vous fait tiquer, un rien cynique, mais sans grande conséquence, la hyène hilare a à peine pointé son nez, le récit reprend son cours comme si de rien n'était, comme si tout était tout à fait normal.
En réalité, l'effet est très plaisant car on sent qu'on va se régaler davantage qu'on ne s'y attendait, et surtout, d'emblée, on se tient sur nos gardes car on sent le narrateur facétieux au possible et on ne sait si ce qui va nous être servi sera du lard ou du cochon. Il sème des faits historiques véridiques et il y mêle de la fiction qui est à la limite du crédible mais c'est tellement bien fait et jubilatoire qu'on veut bien accepter cette version des faits.

J'ai cru au départ que c'était l'histoire d'un visage pâle élevé par des Indiens et de fait, totalement assimilé mais en fait, non, quelques année plus tard, Jack Crabb retrouve la civilisation blanche dans des circonstances dramatiques puis, au fur et à mesure des années et des événements, alterne d'un camp à l'autre au gré de ses intérêts.
L'histoire de Jack Crabb, c'est celle d'une existence rocambolesque sans temps mort, et une sacrée épopée, mouvementée et picaresque, toujours terriblement drôle et délicieusement fascinante. Ballotté d'un bout à l'autre des États-Unis, son chemin croisera celui de bien des célébrités de la Conquête de l'Ouest, tels le Général Custer, Calamity Jane, Wild Bill Hickok, Wyatt Earp, pour n'en citer que quelques-uns, mais il retrouvera donc aussi les Cheyennes à maintes occasions, tel un électron libre qui ne saura jamais vraiment quel est son camp de coeur.

J'ai vraiment particulièrement aimé les chapitres consacrés à sa vie parmi les Cheyennes, à leur quotidien, leurs traditions, même si, du fait des affabulations et des exagérations constantes de Jack Crabb (qui sont un régal et la force de ce récit !), on ne saurait tout prendre au pied de la lettre. Mais tout le reste du roman se savoure avec le même plaisir si tant est qu'on aime le cynique et le caustique à souhait.

J'ai beaucoup aimé aussi la dimension picaresque et burlesque de ce récit. Pour un peu, on pourrait parler de Don Quichotte dans l'Ouest américain (oui, oui !). Même si l'histoire n'a rien à voir avec celle de l'ingénieux hidalgo, ça a cette dimension-là.

Mon gros gros bémol n'a rien à voir avec l'histoire en elle-même mais avec mon édition anglaise, écrite tout petit, trop petit, avec des interlignes indignes de ce nom. Ça devrait être interdit, de telles éditions de poche ! Ça a vraiment failli gâcher mon plaisir de lecture mais ce récit était tellement entraînant et truculent que je n'ai pas pu résister à sacrifier quelques degrés de ma vue.

À noter aussi que ce roman avait été adapté à l'écran en 1970, avec Dustin Hoffman dans le rôle de Little Big Man. Je ne l'ai jamais vu (et pourtant j'adore cet acteur) mais paraît-il qu'il est excellent. Des quelques extraits que j'ai pu glaner sur Youtube, ça me paraît toutefois un peu vieilli dans le genre, et pas très convaincant côté décors et maquillages. J'hésite à le voir...

Également commenté par Keisha et Sandrine.

L'auteur
Né en 1924 dans l'Ohio, Thomas Berger est l'auteur de très nombreux romans et est surtout connu pour son roman Little Big Man repris au cinéma sous le même titre par Arthur Penn.

18 commentaires:

  1. Ah mais oui! Tu as vu que la hyène hilare tournait dans le coin... Belle surprise, incontournable (et j'ai aussi un jour abandonné un classique anglais en poche, écrit minuscule, grrr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment un roman qui vaut le détour. J'ai l'impression que le film lui a malheureusement fait un peu de l'ombre. Et je crois que c'est le dernier poche anglais que j'ai acheté. Après, je n'ai plus juré que par la liseuse pour les VO.:-)

      Supprimer
  2. Ah je me demandais si ça avait rapport avec le film (que je ne connais que de nom et pourtant j'aime Dustin Hoffman moi aussi) J'ai bien lu la réponse ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on pense tout de suite au film, même quand on ne l'a pas vu.^^

      Supprimer
  3. Ca me tente beaucoup mais je compte avant lire la note américaine ! Mais je note ( = il faudrait aussi que je lise don Quichotte (pffff)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh, il y a moyen qu'on se cale une LC dis donc ! Je projetais de lire La note américaine aussi dans l'année ! Mais bon, pas tout de suite donc si tu es pressée, ne m'attends pas.;-)
      Et oui, Don Quichotte est un in-con-tour-nable !!

      Supprimer
  4. Bonjour, parfait, je ne suis pas pressée. J'ai acheté trois livre de David Grann. Fais-moi signe lorsque tu auras du temps ! Je compte lire Don quichotte pendant les vavances d'été ( = il faut du temps !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente idée pour Don Quichotte ! Quoique je suis sûre que tu le dévoreras assez vite.:-) Tu es une habituée des classiques et Don Quichotte est tellement savoureux et son style fluide que tu le liras en un rien de temps.
      Pour La note américaine, calons-nous quand même une période, histoire de ne pas le perdre de vue. Juin ? Juillet ? Avant que tu n'entames Don Quichotte ?

      Supprimer
  5. Mouais, je ne suis pas fan des romans pseudo historique où justement il y a affabulations et où ne sait pas ce que l'on peut prendre au pied de la lettre. J'ai peur que dans mon cerveau, divertissement et culture se mélangent et que je prenne pour vérité historique des choses qui ne le sont pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je peux le comprendre. Je préfère aussi quand c'est plus tranché généralement, genre faits historiques pur et dur, ou 100% fiction, qu'on sache à quoi s'en tenir, mais là le mélange des deux est parfaitement réussi. En fait, comme dès les premières pages, on est plus ou moins prévenu que ce qui va suivre est à prendre avec des pincettes, on lit ce récit avec le recul nécessaire tout en profitant du plaisir de lecture induit par cette histoire extravagante.

      Supprimer
  6. Clairement, il faut que je me le fasse celui-là !

    RépondreSupprimer
  7. très tentée, je ne connais pas du tout. "Picaresque" et "burlesque" suffisent déjà à m'attirer.

    RépondreSupprimer
  8. Alors moi c'est notre prof de français qui nous avait amenés voir le film au cinéma. C'est comme ça que j'ai découvert Dustin Hoffman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Amusant.:-) C'était vraiment une autre époque.

      Supprimer
  9. ta d loi du cine09 septembre, 2019

    Ah si, je vous invite à voir le film! C'est par là que j'ai découvert "Little big man", même si votre billet me donne envie de lire, enfin, le bouquin... (de même que j'avais lu, en son temps, The Homesman, seulement après avoir vu le film qui en avait été tiré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien mince alors, où étais-je quand ce film (The Homesman) est sorti ? Je n'en ai jamais entendu parler et pourtant je vois que Tommy Lee Jones et Hilary Swank sont les acteurs principaux. Je note pour une prochaine lecture, le sujet et le contexte de l'intrigue m'intéressent !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^