lundi 12 mars 2012

LOGICOMIX


LOGICOMIX

traduit de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat


Logicomix, c'est:
- un roman graphique qui est le résultat d'un travail d'équipe souligné et illustré dans ce récit, avec, à l'origine du concept, de l'histoire et du scénario, Apostolos Doxiadis, avec le concours de Christos Papadimitriou, et en charge de l'illustration, Alecos Papadatos pour les dessins, et Annie Di Donna pour la couleur.

- un récit qui s'articule autour de l'histoire de la quête des fondements des mathématiques et des hommes qui y ont participé, centrée principalement sur Bertie Russell. Pas très glamour présenté ainsi mais j'ai trouvé cette histoire étonnamment agréable, divertissante, captivante, car ce récit, à travers plusieurs époques, parle davantage ou autant de passion et de déraison humaines que de maths et de logique.
  
J'ai beaucoup aimé la façon dont le récit se déroulait, le scénario est vraiment subtilement pensé et judicieusement développé.
A Athènes, de nos jours, notre équipe citée plus haut planche sur ce projet d'écriture et se met en scène. Visuellement déjà, cette partie de l'histoire est particulièrement attrayante, avec Athènes en couleur, des paysages qui stimulent l'imagination et font voyager. Ensuite, j'ai adoré ce principe du récit, cette équipe qui questionne en live leur projet comme s'ils hésitaient encore à le concrétiser, alors qu'il se concrétise sous nos yeux, et leurs échanges, arguments, et réflexions sur le sujet sont vraiment intéressants.   
J'ai trouvé ça génial cette façon d'introduire cette histoire, le sujet de ce roman graphique, à la mine de rien, et qui nous amène de façon inattendue en 1939 aux États-Unis, alors que Russell entreprend de raconter son histoire à des étudiants venus manifester contre la participation des Etats-Unis à la seconde guerre mondiale. Ce dernier nous embarque à son tour dans l'Angleterre victorienne, à l'époque où il était encore un enfant, et ces trois époques et récits ne cessent de se succéder et se croiser tout le long. Épatant!

Graphiquement, j'ai beaucoup aimé aussi l'utilisation de l'espace, par exemple quand les personnages sont reproduits sur un même décor pendant leur déplacement, permettant ainsi de suivre tout un dialogue sur une même image, ça se déroule presque comme un film.

Quant à la thématique de la logique, c'est un sujet qui me passionne (cf Liar Game), ça a donc beaucoup joué dans mon appréciation de ce roman graphique. Il évoque en même temps celui des hommes passionnés, torturés, qui peuvent aller jusqu'à côtoyer la folie de près dans leur quête obsessionnelle. J'ai aimé la dimension philosophique fortement présente, ainsi que suivre les différents raisonnements des protagonistes, j'ai trouvé ça vraiment intellectuellement stimulant. 

Un récit très riche en références diverses, en traits d'esprit, aventures humaine et intellectuelle, avec une pointe d'humour, ce qui ne gâche rien!
  
De l'équipe présentée au début, je ne connaissais qu'Apostolos Doxiadis dont j'ai lu récemment Oncle Petros et la conjecture de Goldbach, du même acabit que Logicomix. On retrouve en tout cas son style, son talent de conteur, le souffle inspiré et passionné de cet homme, avec cette légèreté et clarté dans l'évocation d'un sujet qui n'est pourtant pas des plus émoustillants, à première vue comme ça mais qu'il sait rendre non seulement accessible à tous, mais passionnant également. Une valeur sûre pour moi maintenant que cet écrivain!

8 commentaires:

  1. Je vois que tu es vraiment tombée dans la marmite des maths ^^. Et bien je n'aurai pas d'hésitation si je le croise à la bib.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne crois pas si bien dire! Je viens encore de terminer un roman, polar cette fois, dont l'intrigue est basée, entre autres, sur les maths! ^^ Oui, n'hésite pas, je pense que tu sauras apprécier!

      Supprimer
  2. Je survole ton billet car je l'ai emprunté il y a deux semaines à la biblio et je vais me mettre à cette lecture très bientôt (vu que la date de retour s'approche à grands pas ! mdr !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de te lire à ce sujet! Ce n'est pas si pavéesque qu'il m'avait paru au départ, mais c'est quand même assez consistant. Pour le coup, le terme "roman graphique" correspond bien à ce genre d'ouvrages.

      Supprimer
  3. je veux bien pour la passion et la déraison mais un peu moins pour les maths. Dis moi, tu parles pas mal de maths en ce moment. Dans ta recherche du travail idéal, tu n'as pas pensé à devenir prof de math ? Si tu veux te rencarder sur le taff, j'en connais une !!^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la connais aussi, je crois!^^ Non, pas prof de maths mais je suis passée par les maths pour les études, avant de changer de voie (ouioui, je traîne le changement de voie depuis cette époque déjà! ^^). Mais là en ce moment, je flirte clairement avec le travail idéal - flirt parce que bon, cette belle idylle se terminera début octobre, comme tu sais...

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...