vendredi 15 décembre 2017

ÉLÉPHANT


ÉLÉPHANT

traduit de l'allemand (Suisse) par Olivier Mannoni

Depuis que j'ai découvert l'existence de cette histoire d'éléphant nain, rose et luminescent chez Jérôme, il me tardait de la lire. Il y a certaines thématiques comme ça qui vous attirent, sans explication. Ça faisait longtemps aussi que je voulais découvrir la plume et l'univers de Martin Suter. Ce roman tombait donc à pique.

Je renonce à résumer l'histoire, je ne lui rendrai pas justice, mais on y croisera, parmi les personnages, un SDF (plusieurs même), un savant fou, un directeur de cirque, une vétérinaire, un Chinois, un Birman, et puis, bien évidemment, cet éléphant nain, rose et luminescent. J'aimais l'idée de ces univers très différents, univers des extrêmes même, et que l'auteur faisait se côtoyer ici, avec une simplicité déroutante, comme si c'était tout naturel et qu'il n'y avait absolument rien de saugrenu dans cette combinaison. Et ça passe tout seul, comme si, en effet, tout était parfaitement normal.

Ce qui m'a plu d'emblée et étonnée, c'est qu'on est tout de suite happé par l'histoire et qu'on la suit sans se lasser, et même avec une certaine avidité, sans pourtant n'avoir aucune idée de où l'auteur veut nous emmener. Mais ce n'est pas grave, on suit. Et pour toute alambiquée que l'histoire paraisse au premier abord, elle est étonnamment bien ficelée et surprend par son suspense, ses rebondissements et retournements de situation, et surtout par la grande cohérence et la maîtrise de son développement, jusqu'à la toute fin.
Je me suis attachée aussi à ses personnages qui sont tous dotés d'une personnalité propre, convaincante et d'un réalisme saisissant même si l'auteur force un peu sur les traits par moment. Le style est sobre, fluide et efficace, ça se boit comme du petit lait. Bref, un moment de lecture particulièrement plaisant et confortable. Je me suis sentie vraiment bien dans cet univers des plus improbables.

Une histoire qui a aussi une dimension de conte auquel se mêlent questionnements et réflexions sur l'éthique scientifique car l'auteur y aborde, sous ses airs de ne pas y toucher, les dangers de l'industrie et manipulations génétiques malgré ses avantages indéniables.

Une idée de récit née il y a dix ans d'une rencontre de l'auteur avec un professeur scientifique qui lui a expliqué qu'il était possible, du point de vue de la technologie génétique, de produire un minuscule éléphant rose (dingue, quand même !). Cette idée ne l'a pas abandonné depuis et sa maturation a abouti à ce roman.
Un roman étonnant, qui m'a véritablement charmée. J'ai beaucoup aimé la fin, et tout le développement de l'intrigue.

Un auteur vers lequel je reviendrai sûrement. J'adhère vraiment à son style simple et fluide, qui nous emmène on ne sait où mais on suit, et à ses histoires en apparence farfelues mais qui ne manque en réalité pas de profondeur.
À une époque, je devais lire Small World, et puis j'avais finalement opté pour Le Cuisinier. Toujours pas lu mais me voilà remotivée !

Extraits :
"Elle devait avoir une cinquantaine d'années et avait vainement tenté d'en cacher quelques-unes sous son maquillage."

"- Schoch est réapparu ?
- Pas que je sache, répondit-il.
- Bizarre. Il était encore ici il y a quelques jours.
- Tout le monde est encore quelque part avant de disparaître, dit Georgio en tentant de se frayer un chemin devant elle."

Également commenté par Violette, Kathel.

EDIT
La bonne blague du moment où je crée la fiche article de l'auteur pour pouvoir classer ce titre : je me rends compte qu'elle avait déjà été créée il y a 4 ans et que j'avais en fait déjà lu Small World !!! (vive le blog pour le mémo !!) Et le plus drôle, c'est que j'avais commencé mon billet de la même façon : "ça faisait longtemps que je voulais lire un Martin Suter"...^^). Et le plus intéressant, c'est de réaliser que j'avais ressenti le même plaisir de lecture pour quasiment les mêmes raisons :
"Martin Suter a l'art de raconter simplement sans jamais vous lasser, alors même que vous ne savez pas bien où vous allez atterrir. Son univers est confortable, et tout en créant un climat de confiance, de petit récit tranquille [...]."
C'est fort quand même, non ?
En tout cas, ça me conforte dans l'idée qu'il faut que je poursuive ma découverte des romans de l'auteur.

20 commentaires:

  1. C'est amusant que tu aies déjà lu un autre roman de l'auteur et fait exactement les mêmes remarques ! Je les partage tout à fait, j'ai lu quatre ou cinq de ses romans, toujours avec plaisir, mais pas encore cet Eléphant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand j'ai découvert ça, j'en suis restée comme deux ronds de flan !^^ Les mêmes remarques sur deux romans radicalement différents dans leurs thématiques en plus. Et le pire, c'est que généralement, je me souviens quand j'ai déjà lu un auteur, sauf si ça remonte vraiment très loin, ce qui n'était pas le cas ici.
      En tout cas, ton commentaire m'incite à poursuivre ma découverte de ses oeuvres.

      Supprimer
  2. je n'ai tenté de lire qu'un seul de ses romans (billets enthousiastes sur cet auteur) mais ça n'a pas pris, (pas le bon moment, blabla etc?)Peut être cet éléphant rose pourrait me convenir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être aussi que tous ses romans ne se valent pas. Je ne serais pas surprise d'être déçue ou de ne pas retrouver ce qui me plaît chez cet auteur à travers un ou deux de ses romans. Tente l'éléphant rose, oui, ça te permettra d'être fixée.;-)

      Supprimer
  3. Un peu de Suisse dans ce monde des blogs! J'ai lu quelques livres de cet auteur (entre autres "La face cachée de la lune", avec son banquier qui prend des champis hallucinogènes), mais ça fait longtemps... Il faudra que j'y revienne un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, il y avait ce titre aussi que j'avais noté sur ma LAL à une époque, mais "Le cuisinier" me tentait davantage, à cause du titre probablement.:-)
      C'est vrai qu'on lit peu de Suisse sur la blogo. Je vais essayer d'explorer davantage de ce côté-là dans les mois à venir.

      Supprimer
  4. Si on peut voir un éléphant rose miniature sans être sous l'effet de certaines substances illicites, je suis partante !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha mais c'est presque ce que je m'étais dit en repérant ce titre sur la blogo ! Et je ne regrette pas ma lecture ! ;-)

      Supprimer
  5. Jamais lu cet auteur... je ne suis pas sûre que ça me plairait... (quand le doute se fait tenace, je préfère m'abstenir...) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des auteurs ou des livres comme ça qu'on ne sent pas, à tort ou à raison, mais si l'envie n'y est pas, inutile de forcer en effet. Le mieux, c'est de rester à l'écoute de l'appel du livre.^^ Des fois, ça arrive d'un coup, une brusque envie, ou la curiosité qui gagne du terrain, et c'est encore meilleur quand on réalise qu'on avait tort d'être méfiant (mais on peut être déçu aussi et se dire "j'avais raison de douter"^^).

      Supprimer
  6. Et moi, je ne connais pas du tout l'auteur. Il faudrait donc que je le découvre...
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est terrible, hein, tous ces auteurs qu'on ne connaît pas et qu'on se dit qu'il faudrait qu'on découvre. J'en fais l'expérience à quasi chacun de tes billets.^^
      Bon weekend.

      Supprimer
  7. Je ne connais pas cet auteur mais j'avais repéré ce titre, comme toi chez Jérôme. Vu ce que tu en dis, je pense qu'il me plaira !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que tu pourrais être charmée par ce mini éléphant rose et par le style de l'auteur. Je serais curieuse de ton avis en tout cas.

      Supprimer
  8. moi aussi j'avais beaucoup aimé ! C'est l'art de mélanger les genres, ce roman! Et qu'est-ce que j'aurais aimé l'adopter ce petit éléphant (oui, tu me diras que je ne 'ai pas compris grand chose à la morale du livre mais quand même...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semblait bien que je l'avais vu sur un autre blog cet éléphant ! Je rajoute le lien de ton billet. Je ne te cache pas que j'ai eu moi-même une petite faiblesse pour ce mini éléphant rose et que je l'ai imaginé trottinant chez moi.^^

      Supprimer
  9. C'est étonnant oui, de constater à quel point tout se tient alors que franchement ça aurait pu partir très rapidement en cacahuètes ! Mais scientifiquement c'est hyper rigoureux, tant au niveau de la génétique que des éléphants. On sent que le sujet a été vraiment boss", c'est ce qui donne corps et ce qui cimente le récit, rendant le coté farfelu crédible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais d'autant plus agréablement surprise que j'étais prête à accepter le côté farfelu (ça ne me dérange pas en général, comme tu sais^^) et j'étais étonnée qu'il y ait en effet du corps, de la réflexion, et une vraie intrigue qui n'a rien de prévisible et qui se tient.

      Supprimer
  10. Coucou mon amie,
    Je me souviens d'en avoir lu la critique chez Jérôme. J'avais plus ou moins aimé "Le cuisinier" mais celui-ci saurait davantage captiver mon attention! :D
    Je te souhaite une très belle année et des gros SMACKKKKKKKKKK xxxxxxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou très chère ! Ça me fait plaisir de te revoir dans le coin !
      Je sens que "Le cuisinier" n'a pas été un coup de coeur fulgurant mais je reste curieuse.;-)
      Gros smaaaaaaacks et tous mes voeux pour 2018 !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...