jeudi 6 avril 2006

FELANA


FELANA

Présentation de l'éditeur
"Felana est née sous le signe funeste de l'Alakaosy, l'Être de feu. Selon les croyances malgaches, elle porte le malheur, ce que les événements semblent confirmer depuis l'incendie la nuit de sa naissance jusqu'à la mort de ses parents également par le feu. S'engage alors un long combat contre ce terrible destin qui l'amène à croiser tour à tour le sorcier du village de ses ancêtres, les sœurs du pensionnat d'Antananarivo où elle a trouvé refuge, un scientifique américain auprès duquel elle va travailler, confrontant alors la raison et la certitude aux racines profondes de l'univers malgache. L'auteure nous fait découvrir ici les coutumes et les croyances malgaches au travers de personnages attachants et d'un récit palpitant.
 "
  
J'ai découvert cette auteure malgache un peu au hasard de mes flâneries dans les rayons des librairies et c'est avec un peu d'appréhension (vu le thème) et beaucoup de curiosité (vu le thème) que je l'ai lue, et je dois dire que j'ai été assez impressionnée par la clarté de son roman, autant dans le style que dans l'intrigue.
 
C'est assez limpide, bien écrit, succinct, allant à l'essentiel, riche en rebondissement, instructif, on n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer en fait. J'ai beaucoup aimé sa façon de décrire des situations, des lieux, les gens, de façon très naturelle, spontanée et sobre, sans souci de prendre de gants pour masquer une certaine réalité, mais sans voyeurisme non plus. J'ai également apprécié qu'elle fasse la part des choses entre les croyances et les traditions profondément encrées dans la culture malgache, et leur présence de moins en moins significative dans la vie des dernières générations malgaches (enfin je dis ça, mais sans vouloir m'avancer de trop, il me semble ... même si ça reste une réalité quotidienne entretenue par les coutumes).
 
Quant au thème, c'est un sujet avec lequel j'ai toujours eu un peu de mal, les légendes et croyances d'un peuple qui se superposent à une trame romanesque pour en prendre l'ascendance, comme certains romans sud-américains au parfum de légende et d'étrange, ou des romans sur fond de chamanisme ou de légendes indiennes avec les esprits de la nature, etc.
Mais bon, là c'est bien passé pour moi, peut-être parce que je suis beaucoup plus familiarisée avec ces croyances-là qu'avec celles des autres romans cités plus haut. N'empêche, j'en ai appris des choses à ce niveau et j'ai beaucoup apprécié. Je regrette juste que l'auteure ne soit pas restée neutre dans l'interprétation donnée à certains faits et qu'elle ait opté pour le pouvoir des croyances et traditions. Du coup on n'est plus dans un roman réaliste comme ça aurait pu l'être, mais dans le fantastique brut, mais bon, c'est son choix et c'est pleinement assumé aussi il n'y a rien à redire là-dessus non plus.
 
Enfin si, il y a quand même à redire sur quelques invraisemblances de situation, certaines rencontres opportunes, des facilités d'auteur comme j'appelle ça, notamment cette rencontre entre Felana et l'Américain, leurs échanges linguistiques (en français?) improbables, les retournements de situation tirés par les cheveux, mais comme on est dans le roman fantastique, hein... et c'est d'ailleurs comme ça qu'on pourrait le lire finalement, comme un beau conte de fée malgache (surtout la dernière partie) orienté vers un lectorat occidental.
 
En tout cas, je suis assez curieuse maintenant de lire d'autres romans de cette femme, et d'autres auteurs malgaches si j'arrive à en trouver ici.

L'auteure
Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato est une femme de lettres malgache, née en 1936 à Antananarivo et décédée en 2008. Elle est l'auteure de contes, nouvelles, pièces de théâtre et romans, dont certains en langue française.

2 commentaires:

  1. Je prends note. Les auteurs malgaches ne sont pas faciles à trouver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est vrai ! Idem pour les romans ayant pour thème Madagascar. Enfin, j'ai une petite liste là (toute petite petite, limite 3 ou 4 lignes haha) mais je ne sais pas si elle est prometteuse, pas trop l'impression, alors je traîne, je traîne à l'entamer.
      Tiens, je viens de finir Rade Terminus de Nicolas Fargues, j'ai vu que tu l'avais commenté aussi sur ton blog ! Mon commentaire arrivera d'ici peu !:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^