jeudi 4 mars 2010

LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE


LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE

NORWEGIAN WOOD )

traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle


Un cadeau d'anniv' bien choisi qui date d'il y a 3 ans (argh) - bien choisi puisqu'il s'agit d'un Haruki Murakami qui manquait à ma collection mais dont j'ai retardé le lecture 1) parce que c'est toujours bien d'avoir un Haruki Murakami sous le coude, sait-on jamais s'il tarde à écrire alors que j'aurais tout lu déjà 2) parce que bon, entre nous, le titre et la thématique ne me parlaient pas trop, Haruki ou pas.

Et puis quelques rappels de la blogosphère littéraire ici et là et voici mon désir de lire ce Haruki Murakami en particulier émoustillé !

Une thématique qui ne me parlait pas trop parce que bon, généralement côté lecture, je préfère quand même des thèmes vaguement joyeux à défaut d'être juste intrigants, et là on était en plein dans le pas joyeux me semblait-il: nostalgie, perte, mort, un brin d'érotisme, bon, ça aurait été un autre auteur, franchement j'aurais contourné sans scrupules, et puis là, ben c'est du Haruki alors j'y vais, je sais que même si le thème ne me parle pas, son univers ne me laissera pas insensible.

Aussi je me suis laissée porter par ses mots, avec un sentiment de confiance totale, exactement comme on se laisserait choir en arrière sans savoir à quel instant on sera soutenu mais avec la certitude qu'on le sera. Son univers ne m'a pas semblé aussi hypnotique que d'habitude, mais j'ai eu la sensation de quelque chose de berçant, doux, qui secoue parfois mais si délicatement. Quelques brèves notes d'humour y ajoutent de la légèreté et enlèvent de la gravité au sujet, on sent que ça devrait être profondément triste mais on ne ressent pas de peine, ni de gaieté d'ailleurs, et pourtant on n'en ressort pas indifférent.
Il y avait également de belles rencontres avec les personnages, ils ont tous une personnalité propre dotée d'un certain charme (j'ai beaucoup aimé le personnage de Reiko!), beaucoup de petites réflexions m'ont plu également. La simplicité des mots, du ton, est un vrai bonheur de lecture chez Haruki, ça sonne simple mais juste et percutant. Il a une aptitude à décrire des sentiments, des impressions, avec une justesse qui me tue. Sans avoir forcément pensé ou vécu ce qu'il raconte, on visualise et comprend parfaitement ce qu'il veut dire.

Un extrait:
Midori releva la tête et me regarda:
"Tu as vraiment une façon unique de t'exprimer.
- Cela m'apaise de te l'entendre dire, lui dis-je en riant.
- Dis-moi des choses encore plus chouettes.
- Je t'aime beaucoup, tu sais, Midori.
- Comment ça, beaucoup?
- Je t'aime comme un ours au printemps. [j'adore]
- Un ours au printemps? (Midori leva encore une fois la tête). Qu'est-ce que tu veux dire en parlant d'ours au printemps?
- Eh bien, tu marches toute seule dans une prairie au printemps, et tu vois arriver en face de toi un joli petit ours avec une fourrure douce comme du velours et des petits yeux ronds. Et il te propose de rouler dans l'herbe avec lui. Alors, vous vous amusez toute la journée dans le trèfle à flanc de colline, dans les bras l'un de l'autre. C'est chouette, non? [je trouve ça très chouette]
- Très chouette.
- Eh bien, c'est comme ça que je t'aime."


Ce roman me laisse avec un sentiment de beauté étrange, d'errance en fait, mais sans la connotation de désespoir qui pourrait y être associée, une ballade... de l'impossible, ça correspond bien en y réfléchissant, et puis c'est si joliment dit.

Pas mon roman préféré de Murakami, question de thématique encore une fois, mais la lecture de ses écrits est toujours aussi agréable.

24 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu La ballade de l'impossible, par contre j'ai déjà lu La course au mouton sauvage, Les amants du Spoutnik, Kafka sur le rivage et Le passage de la nuit, j'aime beaucoup l'expression que tu emploies "beauté étrange" oui, à chaque fois aussi la fin d'un de ses livres me laisse perplexe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah Haruki Murakami, c'est un vrai régal. Chacune de ses lectures est pour moi un rendez-vous qui fait palpiter mon coeur! Bon, du moins, je me frotte toujours les mains à l'avance de ce que je vais y lire!
      Il me reste encore Les amants du Spoutnik parmi ses "anciens", peut-être pour cette année aussi!

      Supprimer
  2. Tu me donnes envie de découvrir cet auteur ! En ce moment, je remets à lire des romans japonais et on retrouve très souvent cette beauté, cette poésie que tu évoques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le moins japonais des Japonais, si je puis dire, sans que l'on puisse non plus vraiment le rapprocher totalement de certains écrivains occidentaux, et notamment américains (je trouve) - Haruki Murakami, c'est... Haruki Murakami (si cela veut dire quelque chose ) - à découvrir, oui...

      Supprimer
  3. Ca me tente bien, ton billet est très bien écrit et puis je trouve la couverture mangnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est très belle, c'est vrai! Ce n'est pas mon préféré de cet auteur que j'aime vraiment beaucoup, mais bon, je donne le feu vert pour le découvrir par le biais de ce roman-ci!

      Supprimer
  4. J'aime vraiment les romans asiatiques mais en terme de romans japonais je pèche pas mal. Aucun Murakami de lu par exemple. S'il t'en reste à lire peut-être que ça me motiverait de m'aventurer sur ce terrain-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je disais en réponse à un commentaire précédent, Haruki Murakami n'est pas pour moi le plus représentatif des écrivains japonais (ce qui n'empêche que j'aime assez les romans japonais en général, sauf exceptions (il y en a quelques-unes...)).
      Il a un charme et un talent qui lui sont propres, un univers bien à lui, et j'encourage fortement tout lecteur à le découvrir par le biais d'un roman de leur choix, pour profiter d'un voyage peu ordinaire dans le monde des mots.

      Supprimer
  5. Norvegian Wood c'est le titre d'une très belle chanson des Beatles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ne toujours pas avoir pris le temps de l'écouter et pourtant je pensais le faire!

      Supprimer
  6. Oh eh bien, bon voyage et à très très bientôt !!!! Je me dépatouille avec ma pal... comme je peux!!
    Bisous^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me voici de retour, je crains le nombre de billets qui m'attend sur Google Reader...
      Bon courage avec ta pal, tu me sembles plutôt bien partie!
      Bisous:)

      Supprimer
  7. Coucou! Je viens de répondre avec plus d'un an de retard à ton commentaire! Je trouve ton blog très sympa, cela dit j'aurais été plus à l'aise avec une présentation plus classique et donc chronologique des articles... Après, tu peux toujours faire cette présentation dans la colonne, selon ton classement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. J'avoue ne pas être très classique dans l'âme sans être forcément trop farfelue, et dans un monde où il faut se plier à tant de règles et se conformer à tant de normes, avoir son petit espace perso où l'on peut être soi (une partie de soi du moins), ça fait plaisir. Mais si vraiment personne ne s'y retrouve, je vais réétudier la présentation!

      Supprimer
    2. Tant que j'y suis: est-ce que tu pourrais me mettre dans tes liens? Si tu visites un peu mon blog, tu pourras voir que j'aime aussi beaucoup la littérature. Et puis, si un jour l'envie te prend de parler d'un de mes bouquins, ne te gène pas!:D

      Supprimer
    3. :D Je ne rajoute plus de liens de blogueurs depuis belle lurette, tout simplement parce qu'à trop en mettre, je trouve que les blogs se perdent dans la masse et qu'on n'arrive plus à les distinguer, par contre je les suis depuis mon Google Reader.
      Quant à un billet sur un de tes livres, aucun souci, dès que j'en aurai lu un (mais en ce moment, j'avoue que je suis en mode lecture ralentie...).

      Supprimer
    4. Oui, pas de problème... Moi-même, même avec mon rythme de croisière de 20 livres par mois, j'ai une pile énorme qui ne cesse de grandir...

      Supprimer
    5. 20 livres par mois!!?? Wow, là je m'incline!

      Supprimer
    6. Oui, et depuis l'âge de quinze ans... alors ça finit par faire beaucoup!

      Supprimer
    7. J'imagine! Cette année je n'ai pas trop de chance côté lecture, moins de temps, moins de concentration, mais aux meilleurs périodes, je ne pense pas avoir jamais réussi à lire jusqu'à 20 livres en un mois!!

      Supprimer
    8. Il faut dire que moi, je me suis arrangé pour ne jamais trop travailler. D'abord, je suis resté 8 ans en fac de lettres (jusqu'au Doctorat, mais j'ai arrêté avant de l'avoir terminé) et l'on n'y faisait pratiquement rien, c'était donc le paradis et j'ai pu lire autant que je voulais... Après, j'ai enseigné. Mais là encore j'étais vacataire et j'improvisais plutôt que de bosser comme un malade mes cours. C'était d'ailleurs un conseil que donnait un grand écrivain: lire plutôt que travailler ses cours, les élèves sont toujours gagnants! Et maintenant, mon activité d'écrivain me laisse encore plus de temps, pour me livrer pleinement à ce vice impuni qu'est la lecture!

      Supprimer
    9. T'as presque une vie de rêve dis donc!:D

      Supprimer
    10. Oui, je ne suis pas malheureux...

      Supprimer
    11. C'est bien d'en être conscient!:) Au moins tu en profites bien!

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^