lundi 30 juillet 2018

THE OLD MAN AND THE SEA


THE OLD MAN AND THE SEA

( LE VIEIL HOMME ET LA MER )

Une de ces grandes références de la littérature que j'ai toujours eu l'impression d'avoir déjà lue, peut-être parce qu'elle fait partie de notre paysage culturel comme un arbre familier devant lequel on passe chaque jour sans trop y prêter attention et qu'on ne remarquerait que s'il disparaissait. En même temps, j'étais quasi convaincue de ne l'avoir jamais lue car je ne suis pas très attirée par les histoires où la mer a un rôle de premier plan (pourtant j'adore aller au bord de la mer mais bon, ça n'a rien à voir^^), et je doutais même avoir jamais rien lu d'Hemingway qui, je craignais, n'était pas trop mon genre, la littérature américaine de son époque m'attirant peu.

Bref, jusqu'à peu, je vivais très bien avec l'idée que j'avais sans doute déjà lu ce roman, et que si ce n'était pas le cas, ce n'était, au fond, pas bien grave. Et puis, en novembre l'année dernière, j'ai découvert La petite et le vieux de Marie-Renée Lavoie, un coup de coeur terrassant qui m'a entre autres donné envie de (re?)lire Le vieil homme et la mer comme jamais !
Et en m'y attelant cette année, je peux maintenant le confirmer. Je n'avais jamais lu ce livre auparavant. Voilà qui est élucidé !

L'histoire en quelques mots, c'est celle d'un vieux pêcheur cubain que la chance semble avoir abandonné puisque voilà plusieurs semaines qu'il n'arrive plus à pêcher grand-chose. Il vit d'ailleurs dans une misère tragique que sa dignité tâche d'occulter aux autres et à lui-même. Il n'est pas loin du déni de réalité d'ailleurs. N'admettant pas qu'il a peut-être fait son temps, l'honneur en jeu et avec la foi du désespoir, il se lance encore une fois en mer, persuadé que cette fois-ci sera la bonne. Et effectivement, cette expédition lui donne l'occasion d'une des plus belles prises de sa carrière. Mais viendra-t-il à bout de cet énorme marlin ? Je n'en dirai pas plus car j'ai été dans le suspense tout le long, à tel point que mon coeur en palpitait comme à la lecture d'un thriller des plus insoutenables !

Au final, j'ai trouvé que c'était un très beau récit sur la survie, la dignité et la solidarité qu'Hemingway a su parfaitement mettre en scène avec une force émotionnelle qui ne réside pas tant dans les faits que dans la simplicité déroutante avec laquelle il les narre, et ce avec une justesse remarquable. C'est ce que j'ai trouvé assez fort dans ce roman. Et puis cette lutte silencieuse et solitaire pour la survie des deux côtés, qu'on vit à travers les pensées et les émotions du vieil homme, ce poisson qui se transforme peu à peu en adversaire respectable et non plus en simple proie, c'était assez fascinant. On en arrive à être à la fois du côté du vieil homme et de celui du poisson. Un truc de fou ! Sans parler des rapports entre ce vieil homme et ce jeune garçon apprenti pêcheur que j'ai trouvés touchants.
La fin est assez secouante, triste, voire tragique, et belle à la fois.

Je ne lui ai attribué que 3/5 étoiles sur Goodreads cependant, tout en en précisant :
"Je pourrais même aller jusqu'à 4 étoiles en réalité. J'ai beaucoup aimé cette histoire qui, dans sa simplicité, ne manque pourtant pas de force évocatrice. Le personnage du vieil homme est extrêmement touchant, son combat avec le marlin est épique, mais comparé à d'autres lectures à 4 étoiles (pas forcément plus littéraires), c'est un poil en-dessous en terme de plaisir de lecture."

Un petit extrait pour la route :
" "You are my alarm clock," the boy said.
"Age is my alarm clock," the old man said. "Why do old men wake so early ? Is it to have one longer day ?"
"I don't know", the boy said. "All I know is that young boys sleep late and hard." "

L'auteur
Ernest Hemingway, né en 1899 à Oak Park, près de Chicago, est un écrivain américain. Il s'engage en 1918 comme ambulancier de la Croix-Rouge sur le front italien puis, après la guerre, reprend en Europe son métier de journaliste. Il fait la guerre de 1939 à 1945, participe à la Libération de Paris, puis continue à voyager : Cuba, l'Italie, l'Espagne. En 1954, Hemingway reçoit le prix Nobel de littérature. Il met fin à ses jours en 1961.

18 commentaires:

  1. Ah mais oui, on en avait parlé , mais autant le lire en vO, et pff, trop à faire; Il me semble que ma crainte à l'égard de l'auteur vienne d'une adaptation ciné d'un de ses romans complètement sirupeuse vue il y a longtemps...
    (vu chez violette que tu craignais le tolstoi en bD, justement c'est très bien comme histoire -et court)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit Ingannmic, sûrement qu'il y a du décevant dans ses oeuvres. Ne pas s'arrêter à une mauvaise expérience. En plus une adaptation ciné, tsss. Moi avec Tolstoï, je m'arrête certes, mais après deux (très) mauvaises expériences, haha ! Et non, on ne m'y reprendra plus !;-)
      Bon, de toute façon, comme tu dis aussi, il y a déjà trop à faire, à lire, il faut bien faire des choix et quand on n'a vraiment pas envie d'une lecture, inutile de se forcer.

      Supprimer
  2. Lire un roman en VO, j'adorerais ça, mais je ne peux pas... Dommage. Je suis incapable de dire si j'ai déjà lu ce roman ou pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais davantage lire en VO, en espagnol en particulier, mais bon, j'ai beaucoup moins de facilités avec l'espagnol...

      Supprimer
  3. Je n'en ai gardé aucun souvenir, tout comme de "Pour qui sonne le glas" ; j'ai dû lire les deux à la suite, pendant mes années lycée... Hemingway me laisse un peu perplexe, je le trouve tantôt génial, tantôt décevant.. je n'ai pas du tout accroché par exemple à "Le soleil se lève aussi", et Iles à la dérive contient des passages très beaux, mais m'a également ennuyée, par moments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais dis donc, tu en as lu quand même pas mal de lui ! J'ai réussi à passer le cap du Vieil homme et la mer, ça s'est très bien passé, mais tu vois, je me méfie quand même de ses autres oeuvres.^^ Étrange, non ? Comme si je pressentais ce que tu disais et que pour ce livre-ci, je me dis que j'ai eu un coup de bol, c'était la bonne pioche, mais ne pas trop tenter le diable quand même.^^

      Supprimer
  4. Ma sœur n'avais pas compris pourquoi j'avais tellement aimé ce livre. Elle avait dû l'étudier à la fac et l'avait trouvé soporifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est possible que, lu quelques années plus tôt (et surtout, étudié à la fac), je l'aurais trouvé soporifique.^^ Mais possible aussi que je l'aurais trouvé encore plus fort. J'avais de très bon profs de litté.^^

      Supprimer
  5. Lu en classe de troisième, pour mon plaisir, sans obligation scolaire. Je me souviens juste avoir bcp aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre. C'est un récit d'une puissance tranquille mine de rien.:-)

      Supprimer
  6. Aucun rapport, mais tu connais cel ivre?
    http://lillyetseslivres.canalblog.com/archives/2018/08/04/36596202.html#c74648944

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant, oui. Nous l'avons bien décortiqué.:-) Je suis encore tombée sur au moins 6 livres sur les chats aujourd'hui !

      Supprimer
    2. Purée, on est cernés!
      A propos de niouga, elle a vite repris ses habitudes et spots habituels : lit, canapé, banquette, coussin, genoux.

      Supprimer
    3. Au moment de partir, je l'ai aperçue assise confortablement dans le garage. Elle m'a regardée avec son air de martyre, haha !

      Supprimer
  7. Je ne l'ai jamais lu mais je sais qu'il fait partie des classiques que je lirai un jour... Peut-être après avoir découvert le Lavoie que j'ai reçu via la box exploratology?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh si tu l'as, oui, fonce d'abord sur le Lavoie ! Dis donc, s'ils ont des sélections de ce genre, je vais peut-être m'intéresser de près à ce site !

      Supprimer
  8. comme certains, je ne suis pas fan de tous ses romans mais celui-là est mon préféré et de loin… je l'ai fait étudier à des élèves un jour… grossière erreur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, ils n'ont pas aimé ? Ceci dit, si j'ai vraiment apprécié cette lecture, je ne pense pas que j'aurais aimé l'étudier en classe. Enfin, je ne sais pas. On a réussi à me faire adorer des livres improbables, mais j'ai détesté aussi certains romans (et auteurs) étudiés en cours.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...