jeudi 30 juin 2022

FLEUR NOIRE


FLEUR NOIRE

traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel

"Fleur noire raconte l'histoire vraie de 1300 Coréens partis émigrer au Mexique au début du 20e siècle. Paysans, chasseurs de baleines, soldats, chamans, eunuques, voleurs à la tire ou nobles de sang royal, tous fuient leur pays envahi par le Japon. Vendus à leur insu à des propriétaires terriens pour travailler sur des plantations de sisal, ils doivent s'adapter à des conditions de vie effroyables sur une terre hostile. [...] Kim Young-ha s'est longuement documenté pour écrire l'incroyable destinée de ces Coréens partis à l'autre bout du monde chercher une vie meilleure, et qui, par l'expérience de la faim, des souffrances, des espoirs et des révoltes, se sont fondus dans l'histoire mouvementée d'un peuple et d'un continent qui n'étaient pas les leurs."

Cette quatrième de couv m'a mise en joie quand je l'ai lue. Le choc des cultures et des civilisations, c'est un thème qui me parle depuis toujours, et cette rencontre Corée-Mexique au début du 20e siècle était assez "inespérée", d'autant plus que j'ignorais totalement ce fait historique. Un sujet par ailleurs traité et développé par Kim Young-ha, un auteur coréen catégorie "valeur sûre" pour moi. Je ne doutais pas une seconde que cette lecture m'enthousiasmerait.

Au début pourtant, j'ai eu quelques craintes. Non seulement je me perdais un peu dans les noms coréens et la situation de la Corée au début du 20e siècle mais en plus, j'ai trouvé ça très factuel, le ton presque journalistique, sans âme, assez descriptif, un peu froid même. Je ne retrouvais pas la plume de Kim Young-ha, assez difficile à caractériser par ailleurs (étrange, mais d'une étrangeté qui me sied et qui est pleine de curiosités). 
Et puis petit à petit, cette histoire de 1300 coréens exilés au Mexique, basée sur des faits réels et d'une richesse thématique stimulante, m'a captivée et fascinée. Je l'ai trouvée très instructive sur plusieurs plans, historiques et culturels principalement, touchant à deux pays radicalement différents et qui me fascinent tout autant. C'était presque le jackpot pour moi !

L'auteur nous dresse le portrait social et politique de la Corée du début du 20e siècle, en évoquant aussi ses rapports avec le Japon. Puis l'arrivée des Coréens au Mexique en 1905 nous confronte à la réalité des haciendas et à l'exploitation de la main d'oeuvre maya et coréenne dans les champs d'henequen qui s'assimilait quasi à de l'esclavage. J'ai trouvé ça particulièrement intéressant car j'ai assez peu (quasi rien même) lu sur le sort dramatique des Indiens d'Amérique latine, privés de leurs terres et exploités durement ensuite, sans l'espoir, comme les Coréens, de pouvoir repartir dans leur pays, puisque c'était le leur. 

Quant aux immigrés coréens, ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant, c'est toute la diversité représentée en termes de classes sociales, des hommes et des femmes de milieux défavorisées, des paysans, des soldats, mais aussi des membres de la famille impériale déchue, et même un chaman (j'ai beaucoup appris sur le chamanisme) et un prêtre coréen. Je revis encore les terribles conditions de la longue traversée en bateau, leurs espoirs d'échapper à un avenir sans issue dans leur pays pour débarquer sur une terre inconnue et finalement hostile, condamnés à un travail inhumain dans les champs, mal logés, mal traités, gagnant à peine de quoi se nourrir, et liés par un contrat commercial les engageant pour 4 ans de désillusions.

Et à mesure que les années passent, c'est aussi l'histoire du Mexique qui se déroule sous nos yeux, avec, entre autres, la révolution mexicaine. J'ai été vraiment très contente du choix de ce livre car cela m'a permis d'avoir un bon aperçu de cette période sans que ce soit trop "lourdement" exploré.
Au-delà de ces faits historiques, il y a aussi ce qui se passe autour, la grande Histoire qui se poursuit dans le monde, et, plus proche localement, aux États-Unis ou à Hawaï, nous donnant un aperçu des conditions de vie des immigrés coréens dans ces parties du globe.

Avec ce livre, on a l'impression d'avoir le privilège d'assister à un pan de l'Histoire qui nous serait méconnu, voire inconnu autrement. Sans être devenue experte et avec le risque d'oublier beaucoup avec le temps, j'ai l'impression d'avoir eu un cours de rattrapage très efficace sur les événements et personnages-clés de l'histoire de la Corée et du Mexique (et un peu du reste du monde aussi) au début du 20e siècle.

J'ai aussi aimé suivre le destin de chaque personnage, savoir ce qu'ils devenaient, comment ils s'en sortaient. Même si ce n'est pas exactement un roman axé sur les personnages de façon romanesque, on a des nouvelles des uns et des autres d'un chapitre à l'autre, toujours dans cette veine un peu factuelle, sans sentimentalisme disons.
C'est une histoire assez tragique en fin de compte. Naïve comme je suis, ou plutôt optimiste, au fur et à mesure que je "m'attachais" aux personnages, dans la mesure où c'est un roman j'avais en tête une issue forcément favorable, heureuse pour tous, mais non, Kim Young-ha est plutôt sans compromis. Sans que ce soit véritablement dur, il n'y avait pas de vraies notes heureuses. On a un peu l'impression de vies gâchées en lisant ce livre. Quelle tristesse ! Le truc qui noue bien la gorge quand même quand on pense que ça n'a pas dû être très loin de la réalité, qui est peut-être même édulcorée ici.

J'ai beaucoup aimé l'explication du choix de ce titre "Fleur noire" :
"Dès que j'ai commencé à écrire, dit Kim Young-ha, l'image de la fleur noire m'a hanté. Il n'existe pas de fleur noire dans notre monde. Il faut mélanger toutes les fleurs pour obtenir cette couleur."

Quelques extraits :
"Le plus pénible à supporter pour les Coréens, habitués à des terres compactes et à des pluies abondantes, serait le manque d'eau. Ils appartenaient à un peuple pour lequel l'espace entre le ciel et la terre était jalonné de cours d'eau et de massifs montagneux. Ils n'avaient jamais imaginé un monde sans rivière ni montagne. Or, au Yucatan, il n'existait ni l'une ni l'autre."

"Presque tous les Coréens subirent le même sort. Pour ces hommes qui n'avaient jamais connu le fouet chez eux, ce fut tout d'abord un choc terrible. Ce n'est que plus tard qu'ils éprouvèrent l'humiliation. Si on leur avait craché au visage, ils auraient immédiatement levé leurs machettes contre les surveillants. Mais comment devaient-ils réagir alors qu'on les fouettait comme des chevaux ou des boeufs ? Aucun d'eux n'en avait la moindre idée."
Lu dans le cadre du
🌶 Book Trip Mexicain => 4 point (thème révolution + 216 pages)
     Total à date => 50 points

29 commentaires:

  1. J'avais lu des avis plus mitigés pour ce livre, je vais peut-être le reconsidérer. ( sinon, j'adore l'image de couverture, comme souvent chez Picquier, merci pour l'explication du titre ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas sur quels aspects exactement portent les avis mitigés que tu as lus mais rien que pour le style un peu désincarné, je peux comprendre que ça ne fasse pas l'unanimité, quoique finalement, ça ne m'a plus dérangée au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture. Bon, il faut dire aussi que les thèmes m'intéressaient particulièrement.:)

      Supprimer
  2. Bravo! Associer Corée et Mexique dans une seule lecture, c'est fort. ^_^

    RépondreSupprimer
  3. Il faut absolument que je lise le livre ! Il m'attend toujours dans ma PAL..

    RépondreSupprimer
  4. Oh oui vraiment tout un chouette livre....juste bemol, le traitement de la revolution mexicaine...lol....mais oui rien ne nous est epargne dans ce livre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, rien ne nous est épargné dans ce livre, c'est très justement dit. Tu n'as pas aimé le traitement de la révolution mexicaine ?

      Supprimer
    2. Nop....Pancho Villa est beaucoup plus complexe que le cote mechant qu'a voulu lui donner Young-Ha. Je pense qu'il a juste recopie la version "officielle"....;)

      Supprimer
    3. Ah oui, je me suis doutée que c'était un peu vu en surface rapidement tout cet aspect de l'histoire mais au moins ça donne envie de creuser un peu plus loin.:)

      Supprimer
    4. J'espere...ouiii....mais bon ce n'est pas l'action principale du livre...;) L'auteur a vraiment cherche sur l'aspect coreen...;)

      Supprimer
    5. Oui, ce n'était pas le sujet du livre mais c'est bien qu'il l'ait abordé quand même un peu.

      Supprimer
    6. un tout petit peu...lol

      Supprimer
  5. Je ne connais pas, mais d'après ce que tu en dis, je vois que ce livre n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
  6. Je note ! C'est comme toi un auteur que je compte bine retrouver régulièrement.. et puis le sujet, méconnu, intrigue..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne me serais jamais attendue à ce qu'il fasse dans l'historique et j'ignorais totalement cet épisode de l'histoire coréenne/mexicaine.

      Supprimer
  7. Il y a tellement de pans de l'Histoire qui nous sont inconnus ! Même dans nos frontières... Alors quand on saute les frontières, c'est encore pire !!! Intéressant ce sujet ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, l'histoire de l'humanité est vaste, on nous enseigne les grandes lignes, mais il y a clairement beaucoup à découvrir au-delà, ce qui est réjouissant quelque part.

      Supprimer
  8. Je ne connaissais pas du tout l'histoire de ces immigrés coréens, ça me fait très envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, hein, on ne se douterait pas, comme ça, qu'il y a eu ce fait historique. Il paraît tellement improbable. Sans l'existence de ce roman, je ne l'aurais sans doute jamais su.

      Supprimer
  9. j'ai lu deux livres sur la Corée du Nord et je me disais justement que je n'en savais pas beaucoup plus sur la Corée du Sud. Je suis donc tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ici, on parle de la Corée avant sa partition Nord/Sud, ce qui est presque encore plus fascinant.:)

      Supprimer
  10. Cela a l'air très intéressant ! merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  11. Ca pourrait m'intéresser... Je note...

    RépondreSupprimer
  12. J'en connais si peu sur la Corée que j'ai envie d'en lire davantage, ce livre est peut-être pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un pan très spécifique de l'histoire de la Corée mais ça vaut le détour.

      Supprimer