vendredi 2 février 2018

ANNE OF GREEN GABLES


ANNE OF GREEN GABLES

( ANNE... LA MAISON AUX PIGNONS VERTS )


Qui ne connaît pas la fameuse Anne avec un "e", cette jeune orpheline recueillie par les Cuthbert à Green Gables sur l'Île-du-Prince-Édouard ? Hé bien, moi, jusqu'à ce début d'année, avant que je ne lise enfin ce grand classique de la littérature jeunesse canadienne écrit en 1908. Je ne sais plus qui m'en avait parlé sur ce blog mais à peine recommandé, tout de suite noté, parce que j'aime bien de temps à autre combler mes lacunes littéraires concernant les classiques jeunesse, même si je n'en fais pas une priorité. Bien sûr, il s'est écoulé presque 3 ans avant que je ne le lise mais enfin, voilà, c'est chose faite. Lu. Lacune comblée !

Dès les premières pages, j'ai été séduite par la qualité du récit et de l'écriture. Ces livres d'antan ont vraiment une saveur narrative particulière, riche, soignée et délicate, qui vous ravit tout le long, à l'instar des classiques qui forcent l'admiration par l'usage raffiné de la langue et les belles tournures de phrases, tout en restant très accessibles et sans mal vieillir.
D'emblée, j'ai été conquise aussi par tout l'univers d'Avonlea, la vie rurale canadienne au tournant du 20è siècle, et puis, bien sûr, par la fameuse Anne qui a 11 ans au moment où on fait sa connaissance, une petite rouquine à l'imagination débordante, d'un optimisme contagieux malgré son statut d'orpheline, une incorrigible pipelette attachante, impulsive et spontanée qui m'a enchantée par sa nature vive et sa capacité à s'émerveiller de tout et de rien. Elle m'amusait, son entourage également, et j'ai été portée tout le long par le suspense autour de son avenir et de son intégration à Avonlea - rien n'était gagné d'avance - et l'évolution de ses rapports avec les autres personnages, ses "parents" adoptifs en particulier, que j'ai trouvée très finement développée.
J'ai trouvé très intéressant aussi cette peinture d'une époque maintenant révolue qui permet de se rendre compte que même s'il y a encore du chemin à faire, les moeurs, notamment concernant la place de la femme, ont bien évolué depuis, et heureusement ! 

C'était donc bien parti, je me suis même régalée un bon moment, toutefois, vers le dernier tiers du livre, j'ai trouvé que tout se transformait un peu trop en conte de fées en s'étirant inutilement, comme si l'auteure ne voulait plus faire l'effort de quelques scènes plus réalistes. Tout devient trop beau (malgré encore un ou deux drames), tout se déroule et se résout trop facilement, tout devient prévisible. Trop de bons sentiments, de gentillet et de divers happy endings d'un coup, ça m'a tuée... Mais bon, l'une des adaptations de ce livre à l'écran s'intitule "Le bonheur au bout du chemin", ce n'est pas pour rien...^^

À noter qu'il passe en ce moment sur Netflix "Anne with an E", une nouvelle adaptation de cette histoire (je n'ai pas vu les anciennes) que j'avais commencé à regarder en parallèle avec ma lecture, au départ juste par curiosité pour le choix des acteurs et la représentation de l'univers du livre, et puis petit à petit, je me suis laissée entraîner sans m'en rendre compte, manquant souvent de spoiler ma lecture. 
C'était une gymnastique assez particulière car si c'était assez fidèle au début, au fur et à mesure, il y a eu quelques réadaptations, voire une véritable réécriture de l'histoire, des événements ou des situations que je m'étonnais de ne pas trouver dans le livre, et inversement. À un moment donné, j'ai même fini par me mélanger complètement les pinceaux et confondre les épisodes de la série et du livre qui ne suivent pas très exactement la même trame et qui mélangent même les événements d'un point de vue chronologique.
Je pense que cette double vision de l'histoire a un peu nui à ma lecture au final. Ça l'a peut-être rendue un peu longuette dans le ressenti. La série n'est pas exempte de défauts mais j'avais l'impression que ça allait plus vite que le livre dans lequel j'avais commencé à me traîner dès la moitié, et qui, parfois, se perdait dans des détails descriptifs (nature et compagnie) où Anne finissait par me lasser un peu.
Bref, comme je me suis habituée à la série et aux personnages du film, il n'est pas impossible que je regarde la prochaine saison, surtout qu'on a quand même envie de voir comment vont évoluer Anne et Gilbert, un autre personnage phare de la série visiblement.

Côté livre par contre, je m'arrêterai là, c'est sûr. J'ai fait la connaissance de cette fameuse Anne, c'était plaisant, j'ai même passé de très bons moments, mais je ne ressens pas l'urgence de poursuivre ma lecture, la fin m'ayant peut-être quelque peu épuisée. J'ai bien trop d'autres livres à lire en fait... (ohlala, c'est bien la première fois que je préfère continuer de regarder une série plutôt que de lire les livres) (la malédiction Netflix).

La saga d'Anne est composée d'un cycle de 10 ouvrages (c'est vrai que ça calme tout de suite), dont deux recueils de nouvelles. Dans ce premier tome, nous quittons Anne alors qu'elle a 16 ans.

L'auteure
Lucy Maud Montgomery (1874-1942) est une romancière canadienne de nouvelles et romans pour la jeunesse se déroulant généralement sur l'Île-du-Prince-Édouard, au Canada, dont le plus célèbre est Anne... La maison aux pignons verts.

16 commentaires:

  1. J'avais vaguement vu que tu le lisais (l'avais lu récemment) et l'autre jour chez Emmaüs) bingo, je le trouve, et en VO tant qu'à faire. Bon, on a raté une LC, là, mais je reviendrai quand je l'aurai lu. C'est rayon jeunesse quand même, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu quelque part que l'auteure ne s'adressait pas spécifiquement à un public jeunesse en écrivant sa saga. Elle voulait raconter une histoire point, et c'était destiné à tout lecteur. C'est plus tard que ça a été catégorisé livre pour enfants, probablement parce que c'est l'histoire d'une petite fille au départ. Mais par la suite, dans les tomes suivants, elle devient adulte quand même, donc est-ce encore pour la jeunesse ?...
      Oui, on a raté une LC mais on a encore le projet Hemingway devant nous.;-) #relanceminederien

      Supprimer
    2. Mouais Hemingway, la course au poisson, j'ai donné récemment, même si Moby Dick n'est pas un poisson je sais.^_^ On en reparle (finis Guerre et paix - et si je me le relisais? noooooooon)

      Supprimer
    3. Haha, je suis convaincue que tu n'aurais aucun mal à relire G&P au moins 3 fois avant que nous autres, novices, n'en arrivions à bout ! Pour Hemingway, je ne suis pas pressée mais je pense le lire avant G&P. Vers avril ?

      Supprimer
    4. Dans ce cas faut que je voie à la bibli. Il est court en tout cas. Mais rien en vO, dommage.

      Supprimer
    5. C'est là où c'est pas mal une liseuse quand même parce que je l'ai eu pour 1€ et des poussières en VO.

      Supprimer
  2. Il n'y a pas longtemps que je connais l'existence de cette héroïne, si ça peut te rassurer. Bon, je vois que ce n'est pas tout à fait indispensable, ma PAL te remercie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à lire pour satisfaire une certaine curiosité de ce qui a fait le succès de ce livre, un classique jeunesse canadien en plus, après, je ne l'élèverais pas au rang de chef-d'oeuvre mais j'ai bien aimé tout de même malgré mes bémols sur la fin. Bon, j'ai été pas mal parasité par la série Netflix aussi.

      Supprimer
  3. Eh bien, moi, je ne pense pas en avoir entendu parler...
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, ça ne m'étonne pas. Je ne pense pas que ce soit le genre de livre qui attirerait ton attention.;-) Bon weekend.

      Supprimer
  4. Pareil, je ne connaissais pas et même si j'aime bien comme toi rattraper mes lacunes jeunesses, là tout de suite, je sens que ce n'est pas un indispensable...
    Et pour la serie, j'ai tenté la même chose avec GoT et c'est triste mais j'ai plus coché a la série tv, au point d'abandonner les livres C'est pas souvent que ça arrive...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben finalement, on est quelques-uns à être passés à côté de cette saga a priori très populaire, même au Japon. Il existe en effet une série animée qui date d'il y a près de 40 ans.^^
      Pour GoT, j'aurais pu ne suivre que la série mais à l'époque où j'avais commencé à la regarder, les livres étaient bien en avance du coup j'ai préféré les lire. Me voilà bien embêtée maintenant que l'auteur ne se presse pas pour écrire la suite et fin...

      Supprimer
  5. Tu donnes dans le super récent dis donc ! :p
    Dix volumes ça calme en effet. Et franchement, je ne me vois pas en faire une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, parfois, rien de mieux qu'un bon vieux classique. Souviens-toi du Vent dans les saules.;-) Après, inutile de faire du zèle. Quand on sent qu'un tome sur dix suffit, c'est très bien aussi.^^

      Supprimer
  6. Je ne connais pas non plus ! Mais de mon côté, pour l'instant, mes priorités sont de combler mes lacunes béantes en classiques adultes !

    RépondreSupprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...