dimanche 19 mars 2006

SEWER, GAS & ELECTRIC


SEWER, GAS & ELECTRIC  
               THE PUBLIC WORKS TRILOGY

UN REQUIN SOUS LA LUNE )


Présentation de l'éditeur
"New York, 2023. Une nouvelle tour de Babel sera bientôt achevée. Son promoteur, le milliardaire Harry Gant - pourtant sujet au vertige - a déjà fait bâtir à Atlanta les plus hautes constructions jamais réalisées, refuges d'où il peut contempler l'étendue de son pouvoir et ce qui lui reste à conquérir. Loin de ces considérations, le monde souterrain abrite des travailleurs moins bien lotis, dont Joan Fine, l'ex-femme de Harry. Employée par le Bureau Zoologique, elle lutte contre la prolifération des bestioles mutantes dans les égouts de New York. C'est néanmoins la première fois qu'elle croise un grand requin blanc... Mais le dangereux squale n'est qu'une infime partie de la conspiration que Joan va peu à peu mettre à jour et qui impliquerait Disney, John Hoover, une cinéaste féministe adepte de l'amour en groupe, et une flopée de robots tueurs. L'éco-terroriste Philo Dufresne, l'enfant trouvé inuit Vingt-Neuf Mots pour Neige, la Coccinelle douée de parole Betsy Ross et un mort réincarné en intelligence artificielle vont croiser le chemin de la jeune femme. Mais de là à lui simplifier la vie... Matt Ruff lâche la bride à son imagination délirante pour cette fresque d'anticipation burlesque et foisonnante." 

J'ai lu ailleurs un début de résumé qui commençait ainsi : "voilà un livre énorme, qui part dans tous les sens, impossible à résumer..."
Et c'est exactement mon sentiment.
L'auteur le décrit comme une satire science-fictive mais j'ai réalisé que je devais avoir de terribles lacunes culturelles car j'ai l'impression d'être passée à côté de nombreuses références, ce qui fait que je pense ne pas avoir su apprécier ce roman à sa juste valeur. Y est fait mention notamment du livre Atlas Shrugged, que je croyais être totalement fictif, jusqu'à ce qu'un doute m'assaille et qu'après quelques recherches sur le net, je découvre que l'auteur, Ayn Rand (mise en scène dans le roman), est une icône de la culture et la littérature américaines.

Bref, bref, en fait je me suis profondément ennuyée dans ce roman, j'avais en effet l'impression que l'auteur partait dans tous les sens et s'appesantissait sur des détails, des descriptions et des considérations intellectuelles qui n'avaient aucun sens pour moi, à mon grand dam car je sentais également que tout cet étalage n'était pas forcément gratuit.

Enfin bon, l'auteur reste fidèle à lui-même, il a toujours cet univers bien à lui, il s'éclate tout seul en écrivant même si on ne le suit pas forcément dans ses délires et ses idées, ça on le ressent, et toujours aussi talentueux dans l'écriture, inspiré et audacieux.
  
Ah oui, j'ai bien aimé sa 'tite intro à Sewer, Gas & Electric qui se déroule en 2023 : 
"The story that follows should not be mistaken for a serious attempt to predict what the year 2023 will be like when it actually gets here. Second-guessing future history is a losing game, and anyway not as much fun as just making it all up. The Public Works Trilogy concerns itself solely with 2023 as it exists in 1990, in the back room of the house in Boston where I write the first of these words." 

Quelque part ça résume assez bien le style de cet écrivain qui ne se prend pas au sérieux et qui pourtant reste très lucide et ingénieux dans son écriture. Ah oui, et puis ça montre aussi qu'il a commencé à écrire ce roman à l'âge de 25 ans (ça ça me tue toujours!).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^