lundi 22 mai 2006

POULET AUX PRUNES


POULET AUX PRUNES

Le dernier Satrapi qui manquait à ma collection, j'ai enfin pu mettre la main dessus !

Bouleversant (c'est incroyable ce que quelques dessins et quelques phrases peuvent véhiculer comme émotions - encore une fois quel talent, cette Marjane !!).

La fin a donné tout son sens à cette lecture qui au départ me laissait assez dubitative, je dois admettre. Déjà, je n'avais rien compris. A cause de la couverture, je croyais que cette BD parlait d'une sorte de vilain mafieux iranien, et j'étais peu emballée, mais que nenni! Il s'agit en fait d'un joueur de tar (instrument à percussion iranien), qui, le jour où sa femme le lui casse, perd totalement goût à la vie.
Le récit retrace lentement les souvenirs de cet homme vers la mort, et malgré ce thème peu guilleret (là aussi au fur et à mesure de la lecture, je me demandais où on allait, et pourquoi ce thème aussi triste), on ne coupe pas aux touches d'humour inimitable (mais très légères ici cela dit) de notre Marjane, dont on peut découvrir une facette plus sombre et mélancolique (mais non moins émouvante), à travers son personnage, que dans ses autres BD.

Je dirais que c'est radicalement différent de ses autres BD, la construction même du récit, la gravité du ton, l'ambiance même, le choix d'un thème plus universel (la passion d'un homme, l'amour de la musique, et l'amour tout simplement), bon on reconnaît quand même bien la patte Satrapi, mais il y a une autre atmosphère qui se dégage de ce récit.
C'est vraiment à la fin qu'il prend tout son sens (et quel tour de force), et c'est tragiquement beau !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^