mercredi 24 mai 2006

WANG - 1 / LES PORTES D'OCCIDENT


WANG - TOME 1

LES PORTES D'OCCIDENT

Quatrième de couv' :
"En l'an 2212, le monde est divisé en deux par le REM : une immense barrière électromagnétique. D'un côté, on trouve les pays occidentaux, à l'origine de la séparation et de l'autre, le reste du monde.
À l'Est, les croisades successives, religieuses ou idéologiques, contre la science ont fait retomber ces pays dans un quasi Moyen Âge. Confort et nourriture sont des denrées rares. Hygiène et médecine sont inexistantes. C'est le règne de la terreur orchestrée par la pègre. 
À l'Ouest, la science a poursuivi son évolution : fermes d'organes et contrôle climatique sont des réalités. C'est aujourd'hui un vrai dogme d'État. Les religions sont interdites. Les contacts physiques sont considérés comme rétrogrades. L'amour est désormais virtuel. La soupape de sécurité de cette société ultra frigide : les JU. Une compétition internationale sous forme de guerre uchronique. 
Wang, un jeune immigrant chinois qui possède comme seuls alliés "Le Tao de la survie de grand-maman Li" et la foi en ses ancêtres, est enrôlé de force dans l'armée française. Prix Tour Eiffel 1997. "

Bon, pour moi il s'agit en fait d'une relecture que je me suis imposée pour pouvoir enfin lire le tome 2 prochainement (la première lecture du tome 1 datant de quelques années, et mes souvenirs n'en étant plus assez précis).

Je me souviens avoir déjà beaucoup apprécié ce roman (mais sans plus à l'époque), mais à sa relecture, je trouve l'auteur, Pierre Bordage, vraiment talentueux, un visionnaire doté d'une grande imagination et qui a de la suite dans ses idées.

J'ai beaucoup aimé l'imagination de ce futur tout à fait crédible quand on voit comment les technologies, les sociétés et les mentalités évoluent de nos jours. Je trouve ça extraordinaire la façon dont il a imaginé les Jeux uchroniques, une sorte de jeu vidéo du futur qui n'a plus rien de virtuel et qui emprunte son concept aux Jeux olympiques et aux combats de gladiateurs (très fort vraiment), la technologie du sensor aussi (vraiment bien trouvé), j'ai beaucoup aimé aussi comment il a travaillé l'évolution et la confrontation des civilisations et cultures est/ouest, c'est d'un réalisme troublant.

C'est un roman bien écrit, agréable à lire, très visuel aussi, qui soulève des questions d'ordre éthique, qui évoque les grandes valeurs humaines et universelles bouleversées dans un monde déshumanisé, et qui parle de lutte, de survie mais aussi d'amour, d'amitié, d'espoir, de foi, de solidarité, tout ça dans une atmosphère de suspense et de tension qui fait vibrer le lecteur (en même temps on s'attend quand même à ce que le héros s'en sorte mais bon...).

Ce livre est classé SF (française au passage) en librairie mais la 4è page de couv' décrit mieux son genre en ces termes : "superbe roman d'anticipation et de politique-fiction".

1 commentaire:

  1. Ah oui! J'ai beaucoup aimé aussi les passages citant Le Tao de la Survie de grand-maman Li (ça me fait penser que la fin de ce tome est très émouvante. C'est qu'il sait jouer avec nos émotions le Pierre Bordage). Je ne pourrai pas tous les citer mais, allez, quelques-uns pour la route :

    "La femme est la meilleure amie et la pire ennemie de l'homme. Sa meilleure amie lorsqu'elle l'exhorte à développer ce qu'il a de plus noble en lui, sa pire ennemie lorsqu'elle le pousse à se vautrer dans ses bas instincts. Sa meilleure amie lorsqu'elle lui donne des forces, sa pire ennemie lorsqu'elle lui vole son énergie. Sa meilleure amie lorsqu'elle l'aime avec sincérité, sa pire ennemie lorsqu'elle s'aime à travers lui. Demande-toi, ô toi qui t'exerces à l'art difficile de la survie, si la femme que tu tiens dans tes bras et ton amie ou ton ennemie."

    "Savoir transformer les circonstances négatives en situations positives, savoir faire le mort devant un grand danger, comme les renards devant l'homme, sont deux des secrets. Savoir perdre pour mieux gagner ou donner pour mieux recevoir ou s'abandonner pour mieux agir est la marque des grands stratèges du Tao de la Survie. Parfois le vent attise le feu, parfois le feu s'éteint dans l'eau, parfois l'eau s'efface devant le vent. Parfois le vent éteint le feu, parfois le feu évapore l'eau, parfois l'eau terrasse le vent."

    "L'amitié est une chose rare et précieuse. L'ami véritable, c'est celui qui te demande seulement d'être toi-même. Il t'aidera à survivre par l'amour qu'il te porte. Si tu trouves un ami sincère, regarde-le et chéris-le comme un frère offert par les ancêtres. Les faux amis, ceux qui te flattent dans le succès et te conspuent dans la défaite, ceux qui te sourient dans le triomphe et te poignardent dans la souffrance, chasse-les de ta vie comme des animaux malfaisants."

    RépondreSupprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^