lundi 21 avril 2008

LOVE HOTEL


LOVE HOTEL

Présentation de l'éditeur
"Un jeune français un peu perdu dans l’existence s’envole pour Hokkaïdô au Japon dans l’espoir d’y retrouver Junko, une gamine de 17 ans, avec qui il a correspondu. Commence alors son errance dans la ville, sa découverte de la culture japonaise, et ses premières expériences de ce que l’on nomme les Love Hôtels, endroits très spécifiques où se retrouvent les couples pour une heure ou deux.
Frédéric Boilet nous revient après L’épinard de Yukiko et Mariko Parade avec cet album où se mêlent à nouveau graphisme impeccable, scénario imprévisible et érotisme tendre et subtile. Pour les curieux, les fans du genre, ou les amoureux du Japon.
Préface de Roland Jaccard."

"Graphisme impeccable", qu'il dit l'éditeur? Aaah? Ben décidément, je ne dois pas avoir la même sensibilité sans faille des grands de ce milieu parce que moi je n'adhère pas du tout à ce genre de dessin. Enfin, après, les goûts et les couleurs, surtout dans l'art... Je me souviendrais toujours de ce tableau de Juan Miro qui suscitait l'admiration alors qu'il ne représentait que 5 points noirs sur un fond blanc...
N'empêche que c'est un style graphique qui correspond tout à fait à l'atmosphère ambiant de cette BD. Le "héros" de cette histoire traîne ses désillusions à travers le pays, les dessins véhiculent quelque chose de sombre, chaotique, étouffant, qui pourrait bien refléter ses états d'âme. Comme dans Tôkyô est mon jardin, cette BD fait la part belle aux fantasmes du français sur le Japon et plus particulièrement sur les Japonaises, il y a quand même un petit aspect sordide dans tout ça je trouve.^^

J'ai bien aimé le côté réaliste, terre-à-terre du contenu, ce qu'il a d'instructif, mais ça ne m'a pas particulièrement enthousiasmée non plus cela dit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^