lundi 13 octobre 2008

QUI A TUÉ GLENN ?


GLENNKILL

QUI A TUÉ GLENN? )

THREE BAGS FULL )


Présentation de l'éditeur
"Sur une pâture de la verte Irlande, le berger George Glenn est retrouvé assassiné, mais personne dans le pays n'est capable de découvrir son meurtrier. Alors son troupeau prend les choses en main. Ces moutons-détectives ont en commun le désir de s'élever au-dessus de leur condition.
Aux côtés de Sir Ritchfield (le doyen), d'Othello (un bélier noir au passé mystérieux) et de Zora (une brebis philosophe et alpiniste qui aime à flirter avec les abîmes), Miss Maple, la plus sage d'entre tous, s'arroge la direction de l'enquête.

Best-seller en Allemagne et en Italie, Qui a tué Glenn? est l'un des romans les plus farfelus et les plus imaginatifs publiés ces dernières années."

Toujours dans la série "je recherche un roman divertissant", cette fois je me penche sur le rayon polar. C'est une amie qui m'inspire alors qu'elle venait de faire l'acquisition de ce roman en français. Je me souvenais avoir déjà repéré ce livre dans une librairie anglaise à Paris il y a 2 ou 3 ans et avoir déjà été alléchée par ce roman où des moutons menaient l'enquête, avec des croquis de mouton à chaque page. Du loufoque en perspective!

Adjugé vendu, c'est tout à fait le genre de lecture qu'il me faut en ce moment. Persuadée qu'il a été écrit en anglais, je me lance donc à sa recherche dans les librairies américaines, et je ne comprends pas pourquoi je peine à le trouver. Le titre original, le nom de l'auteur, le fait de l'avoir vu dans une librairie anglaise, le résumé (ça se passe en Irlande) tout me convainc que je ne fais pas fausse route... Après une semaine de recherche quotidienne, je m'apprête à abandonner quand je le trouve par hasard dans une librairie d'occaze! Chouette! Je l'embarque aussitôt, sans me poser de question, j'ai dû mettre la main sur l'ultime exemplaire!!!
Et là, un coup d'oeil sur la bio de l'auteure, et je me rends compte qu'en fait elle est allemande et que j'aurais aussi bien pu lire ce roman en français... arf!

Tout ça pour dire que je ne sais pas ce que vaut la version française, en tout cas, pour la version anglaise, voici ce que j'ai pensé de ce roman:

Aussi loufoque et gentillet que le laisse présager le contexte avec ces moutons-enquêteurs, ce roman n'en est pas moins fort bien conçu.
L'intrigue est bien ficelée, pas évident du tout de faire mener et résoudre une enquête par des moutons franchement, vu qu'il faut respecter le fait qu'ils n'ont pas accès à tous les éléments de l'enquête aussi facilement que des humains, qu'ils ne comprennent pas bien les moeurs humaines, que ce sont des animaux même si l'auteur les dote d'une intelligence hors du commun.
Très amusant d'ailleurs de voir le monde des hommes à travers leurs yeux ovins et innocents - j'ai bien aimé tous les quiproquos, notamment concernant leur entendement sur la religion, Dieu, Satan, etc...

Bien sûr que c'est peu crédible, des moutons qui mènent l'enquête. Comment prendre cela au sérieux? Et bien peut-être qu'il ne le faut pas et juste se laisser aller dans cette lecture avec notre âme d'enfant - je n'ai pu m'empêcher de visualiser "Babe, le cochon devenu berger", un film que j'avais adoré à l'époque, et d'imaginer les moutons de ce film ainsi que la voix off du narrateur.

Clin d'oeil à Agatha Christie et au genre policier en général, ce livre est une véritable réussite, pourvu qu'on n'en cherche pas la petite bête.

L'auteur
Leonie Swann a trente ans. Née près de Munich, en Allemagne, elle est devenue journaliste free-lance après des études de marketing, de philosophie et de littérature anglaise. Son intérêt particulier pour " la conscience animale dans la fiction moderne " et ses voyages en Irlande lui ont inspiré son premier roman, Qui a tué Glenn?

2 commentaires:

  1. Il me tente depuis un bon bout de temps! Et merci pour le tuyau de la langue, j'aurais eu tendance à le chercher en anglais, moi aussi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'était presque rageant cette découverte - mais je ne regrette pas mon achat car la langue colle bien au lieu géographique et au contexte.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^