vendredi 25 mai 2012

THE AFTERPARTY


THE AFTERPARTY
  
Mouarf! Je crois que je me suis trouvée là un nouvel auteur coup de coeur dans le genre barge/gravos bourré d'humour! J'ai nommé Leo Benedictus, un écrivain anglais! A confirmer sur ses prochains romans!

L'histoire en elle-même n'a rien de véritablement barge/gravos, et l'humour décapant n'est pas flagrant ici, mais on sent à travers ce roman qu'on a affaire à un auteur peu ordinaire, original, malicieux, qui sort du lot et qui ne manque pas d'autodérision. Je peux difficilement en dire plus cela dit, car je l'ai découvert au fur et à mesure de ma lecture, et, ha !, quel pied quand je m'en suis aperçue!

J'hésite même à résumer l'histoire que j'ai véritablement découverte aussi au fur et à mesure. Ce qui m'a attirée vers ce roman, c'est la 4è page de couv', avec ces 3 phrases:

"Hi," the man said, stepping forward.
"I'm such a big fan."
No one had briefed Hugo about him.

Un teaser très bref (et parfait!), qui laisse imaginer toutes sortes de choses, dont le pire!

Ce qui m'a véritablement convaincue cela dit, ce sont les premières pages, un échange de mails entre un écrivain et un agent littéraire, l'écrivain souhaitant soumettre le premier chapitre de son roman en cours à l'agent littéraire. Dès les premières lignes, on s'attache à cet écrivain qui semble si charmant, humble et en même temps atypique. Son premier chapitre (qui nous est livré également, forcément), est très accrocheur et prometteur.
J'ai adoré d'emblée le style d'écriture de ce livre, et dans les échanges mail, et dans le roman. Un roman dans le roman, qui est lui-même le roman! Une véritable réussite rien que dans la construction narrative!
  
J'adore ce genre de sujet et de contexte, la mise en scène d'un écrivain, avec ses doutes, ses commentaires, ses idées folles, la réaction de l'agent littéraire, qui en dit long aussi sur le milieu du livre, mais au-delà de ce contexte, j'ai trouvé les chapitres soumis par l'écrivain, savoureux. J'ai aimé l'humour et la dérision qui se profilaient entre les lignes, de façon subtile, j'ai adoré les échanges entre l'écrivain et l'agent littéraire.

Mais le bonus plus, c'est quand on réalise que cette histoire va bien au-delà de l'histoire d'un écrivain qui essaie d'être publié, et qu'en même temps, c'est très exactement ça, et c'est là tout le génie de l'auteur, Leo Benedictus, qui m'a agréablement surprise par tous les revirements de situation et rebondissements inattendus au fur et à mesure que l'enjeu réel de cette histoire se révèle. 

Audacieux et réussi! Quand la fiction rejoint la réalité en multiples jeux de miroir, c'est un véritable tour de force!
  
Petit bémol pour la fin que je n'attendais pas vraiment comme ça, et même quelques passages avant où j'aurais préféré un autre dénouement, ceci dit, il n'est pas impossible que j'achète l'édition de poche de ce roman qui semble vouloir réserver encore d'autres surprises!    


L'auteur
Leo Benedictus, né à Londres en 1975, est journaliste et écrivain. Son premier roman, The Afterparty, paraît en mars 2011 chez Jonathan Cape. Au delà de ces informations, je conseille personnellement de fouiner davantage dans sa biographie qu'une fois ce roman lu, ou en cours de lecture, quand le besoin s'en fait ressentir. Vous pourrez à ce moment-là aller sur son site
Bon, ce conseil est lié à mon expérience personnelle de lecture de ce roman et de découverte de cet auteur, j'ai ainsi mieux savouré sa personnalité, mais il n'y a rien de problématique à fouiner dans sa vie publique avant d'aborder ce livre.

4 commentaires:

  1. Ho la la, je sens que ça me plairait drôlement, ce roman. C'est traduit?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, tu apprécierais, j'en suis sûre! Pas encore traduit à ma connaissance mais ça ne saurait tarder (enfin, pas avant l'année prochaine à mon avis). Peut-être que des négociations sont en cours. Il est mis en avant dans plusieurs bib' ici en tout cas, c'est plutôt bon signe.

      Supprimer
  2. c'est tentant votre commentaire, je note!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre qui vaut vraiment le détour, même s'il n'y paraît pas comme ça!:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^