samedi 24 janvier 2015

COUPS DE BAGUETTES SUR LA FOURCHETTE !


COUPS DE BAGUETTES SUR LA FOURCHETTE !

OU LES EUROPÉENS VUS PAR UN CHINOIS

Un titre irrésistible encore une fois pour moi qui suis particulièrement friande de ces ouvrages exposant les points de vue d'étrangers sur la France, et inversement, ou de façon plus général, d'un voyageur dans un pays qui n'est pas le sien. J'adore ces livres autour des rencontres des civilisations et des chocs des cultures.
J'étais d'autant plus conquise d'avance que je trouvais cela original l'idée d'un Chinois s'exprimant sur les Européens. Car oui, nous avons nos idées, théories, analyses, préjugés même, crainte, fascination et admiration pour les Chinois omniprésents dans le monde, dont la culture nous est plus que familière, même si nos connaissances sont probablement parfois erronées (les nems sont plutôt vietnamiens que chinois par exemple mais on les trouvera dans tous les restaurants chinois en France), mais que sait-on de ce que les Chinois pensent de nous ? Hein ? Hé ben oui, la question mérite d'être posée.

Le regard de l'auteur se pose ici sur les Français (classiques mais je ne m'en lasse pas), les Belges (plus original !), les Allemands, les Anglais, les Portugais (encore plus original, là), les Autrichiens, les Suisses, les Espagnols, les Suédois (mazette !), les Russes (ben oui !) et les Italiens.
Beau programme en perspective, du 11 en 1 en plus, j'étais comblée d'avance.
À noter que l'auteur, Lin Hua, a longtemps parcouru l'Europe dans le cadre de ses études et de son travail pour en avoir une bonne connaissance, et surtout, une approche et une vision certes personnelles mais pas superficielles. C'est un ouvrage au départ destiné aux Chinois, publié à Pékin en 2002, pour aider les Chinois à "comprendre l'Europe et les Européens, surtout leurs faces cachées et leurs "défauts"" (voilà qui m'avait semblé croustillant !^^) et dont il propose ici la version française qu'il écrit lui-même en français.

Je l'ai trouvé toutefois un peu trop affirmatif dans ses remarques et réflexions sur les Européens, se présentant en véritable expert en la matière, un peu trop généraliste aussi (tous les Français sont comme ci, tous les Anglais sont comme ça), et finalement pas si éloigné des clichés que ça, ce que j'ai trouvé dommage. J'aurais aimé plus de nuances. Certes, à l'évocation d'une nationalité, nous avons tous des grandes images qui surgissent, les Français sont râleurs, les Italiens sont bruyants, les Espagnols fêtards, les Japonais sont très disciplinés, etc, nous n'échappons pas nous-mêmes à ce genre de stéréotypes, et il y a certainement du vrai dans tout ça, mais j'ai été toujours contre la généralisation et le résumé d'un peuple à certains traits de caractères, enfin, surtout dans un ouvrage de ce type qui se veut éclairant sur le caractère d'un peuple. Figer ainsi les clichés, je trouve ça "dangereux". 

Non, vraiment, je m'attendais à plus de nuances et de subtilités, surtout venant d'expériences vécues et personnelles. Je crois que j'aurais préféré quelque chose du genre "on voit les Français comme-ci, comme-ça, suivi du récit d'anecdotes et d'aventures démontrant qu'ils ne sont pas tous comme ça (ou pas toujours) (ou pas que)". Bref, oui, je n'ai qu'à écrire mes livres.^^


Le style était par ailleurs un peu trop académique à mon goût, j'avais parfois l'impression de lire une thèse, ce qui fait que ce n'était pas toujours très fluide, un peu trop sérieux, et très démonstratif.
Ça reste intéressant et très instructif dans l'ensemble, il y a de bons passages dans le lot, des réflexions très amusantes et pertinentes tout de même sur les petits travers des Européens, des anecdotes qui font sourire, quelques comparaisons qui éclairent aussi sur la culture chinoise, ce qui est particulièrement intéressant également, mais le tout n'était pas à la hauteur de mes espérances au final.

L'auteur
Lin Hua a été formé à la fois dans son pays et en France (Sciences Po Paris). On dit parfois de lui qu'il s'agit du "plus Chinois des Européens et du plus Européen des Chinois" ! Après avoir été journaliste, professeur de droit et juriste d'entreprise en Chine et en Europe, il travaille aujourd'hui 53 heures par semaine au sein d'une grande multinationale. Auteur de plusieurs ouvrages publiés en Chine et en Europe, il parle cinq langues et avoue se sentir plus que jamais Chinois...

14 commentaires:

  1. Difficile d'échapper aux clichés sur un tel sujet. Tu en attendais sans doute trop. Perso, je n'ai pas besoin de sortir le bouclier antipal, je sais déjà qu'il ne passera pas par moi celui-là ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop, je ne sais pas, mais plus, ça c'est sûr.:-) C'est sûr qu'on ne peut pas éviter les clichés, mais ne ressortir principalement que les stéréotypes, ça ne nous apprend rien, et c'est dommage. Enfin, sachant que ce livre était à destination des Chinois au départ, peut-être que eux l'ont trouvé particulièrement instructif.
      En passant, si tu t'es fourni chez le même revendeur de bouclier anti-PAL que moi, je rigole d'avance de ta future PAL.^^

      Supprimer
  2. Oui, les clichés (et peut être même centré sur Paris, en plus?)
    What? Jérôme a acheté un bouclier? Pffff!
    Mauvaise nouvelle pour P'tit loulou alias Squatty, toujours collant et adorable : il va se faire bientôt opérer, j'attends mars pour être sûre qu'il sera assez âgé (il est sans papiers, tu le sais), mais chut, il ne le sait pas encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nonon, pour la partie France, ce n'était pas spécifiquement centré sur Paris (enfin, de mémoire - ça fait presque deux mois que j'ai fini ce livre). Mais ce qui était intéressant, c'était qu'il y avait d'autres pays européens. Dommage que les stéréotypes aient la vie dure, oui.
      Haha oui, Jérôme a un bouclier on dirait bien. Mais si c'est le même que le mien, no comment.;-)
      Oooooh mais Squatty a une maman officielle maintenant ! C'est super !^^ Je viens de finir le tome 7 de Chi, une vie de chat. Tu pourrais sortir "Squatty, une vie de pacha".^^

      Supprimer
    2. Chi : j'ai lu 10 tomes et feuilleté en librairie la fin du 11ème et dernier... Je n'ai pas craqué.
      Squatty : un vrai estomac sur pattes qui va me coûter en croquettes le montant du PIB du Malawi...
      Hier j'étais là :
      http://chatelet-theatre.com/fr/event/il-re-pastore
      Mozart /manga !
      Plus le musée Victor Hugo, Beaubourg en vitesse et le musée de la Shoah (j'te dis pas la sécurité à l'extérieur)(mais expo très bien à l'intérieur -se préparer moralement aussi)

      Supprimer
    3. Chi, tome 11, dernier paru ou dernier dernier ? J'ai un doute. C'est une série qui pourrait ne jamais voir de fin.:-) Haha tu es vraiment foutue avec Squatty ! Bon, j'espère qu'ils s'entendent bien la Louloute et lui.
      Et super tes sorties culturelles. Moi cette année, j'essaie de faire plus de théâtre (à voir, pas me produire sur scène^^) et de spectacles.

      Supprimer
  3. Squatty et louloute, hélas, pas terrible pour elle...
    Tome 11, la fin, je spoile : il retrouve sa maman! (mon petit coeur est enfin calme)
    Pour le théatre je fais ça dans mon coin, Lucrèce Borgia avec Beatrice Dalle (TB), Platonov, bientôt Henri VI (première partie, 8 heures) et Le bourgeois gentilhomme, version complète, Podalydès, musique de Lully, etc, la totale, et tant qu'à se la péter, au lieu où ce fut créé (chateau de Chambord)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaargh le spoiler ! ;-)
      Quant à la louloute, elle finira par s'y faire (hmmm...). Enfin, le coup d'état de Squatty ne va pas se digérer si facilement...^^
      Côté théâtre, je fais plus dans le contemporain ou l'original, par contre tu me donnes des idées de (re)lecture !

      Supprimer
  4. Bon et bien je passe ! Les nems resteront chinois chez moi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha ! Les nems vietnamiens sont sans comparaison !;-)

      Supprimer
  5. Il est intéressant ton billet, mais honnêtement, je ne sais pas si on peut échapper à la généralisation vu le postulat de départ. 11 ensembles mine de rien c'est énorme, j'ignore si la nuance était possible. J'aime beaucoup l'extrait du feu rouge, à défaut d'être nuancé c'est assez drôle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'avantage de certains clichés, c'est qu'ils ne manquent pas de faire sourire car on y trouve toujours une part de vérité.:-) Pour les nuances, probable que ce n'est pas si évident que ça en effet. Cela dit, je retrouve ce "problème" chez un peu tout le monde en réalité. Les gens reviennent de vacances après un petit séjour de 2-3 semaines, et hop, ils sont convaincus d'avoir saisi l'essence de tout un pays. Qu'est-ce que ça m'énerve quand j'entends "les Anglais sont comme ci, les Japonais sont comme ça, etc", dit sur le ton de l'affirmation qui ne connaît pas le doute...

      Supprimer
  6. C'est vrai qu'il est dur d'échapper aux clichés ! Après c'est toujours intéressant à découvrir même si je pense que le manque de nuance et subtilité m'aurait manqué aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on espère toujours un point de vue lié à une expérience très personnelle et donc loin des stéréotypes mais on y revient immanquablement. Ça reste intéressant malgré tout.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...