mardi 6 janvier 2015

COMÉDIE SENTIMENTALE PORNOGRAPHIQUE


COMÉDIE SENTIMENTALE PORNOGRAPHIQUE

Voilà un titre qui ne m'a pas laissée indifférente quand je l'ai croisé au détour d'une bib'. Il faut dire que l'association des trois mots est bien trouvée, percutante et évocatrice, sans pour autant laisser vraiment imaginer ce à quoi on peut s'attendre. Par ailleurs, j'avais déjà découvert l'auteur, Jimmy Beaulieu, à travers Le moral des troupes que j'avais bien aimé de vague mémoire (il m'en reste très très peu de souvenirs...).
Un passage par la 4è de couv' m'a tout de suite convaincue d'embarquer ce roman graphique pour lequel je ne pressentais pas le coup de coeur mais dont la lecture me semblait indispensable pour l'expérience.
Et c'est exactement ça au final. Pas de coup de coeur, pas d'enthousiasme, mais une lecture très intéressante pour l'originalité, non pas vraiment du sujet, mais de la façon dont il est traité et illustré.

Comédie sentimentale pornographique, c'est une histoire d'amour et d'amitié, enfin, des histoires d'amour et d'amitié, très de notre temps ai-je envie de dire, spontanées, sans tabou, nature, des histoires d'amours libres, comme on en voit beaucoup finalement, du coup, on est limite blasé en réalité, plus qu'émoustillé, ébahi, ou autres, et en même temps, il y a une certaine poésie, tendresse, qui perce dans ce quotidien qui n'a plus vraiment la magie du surprenant. Rien de vraiment pornographique par ailleurs, on est plus dans l'érotique.
Comédie sentimentale pornographique, c'est une histoire de relations humaines tout simplement, tout bêtement, avec, au centre, un dessinateur de BD en pleine crise existentielle. Sa copine, qui semble l'être par intermittence mais ça fonctionne bien comme ça, prône l'amour libre, mais avec d'autres femmes. Leurs connaissances, elles aussi ont des histoires un peu compliquées comme ça mais c'est pas si compliqué finalement, c'est la vie, c'est l'époque, on est libres.
Seuls les artistes sont en souffrance dans l'histoire, avec leurs idéaux artistiques et sociaux.

Dans la structure, ça m'a un peu fait penser à ces films comme "Paris, je t'aime", "New York, I love you", plusieurs histoires autour d'un thème commun, l'amour, mais c'est un poil différent ici car il y a une intrigue unique autour de laquelle se greffent différentes histoires et personnages, autour de la même thématique.
J'ai été assez étonnée de ne pas me perdre malgré la diversité des personnages et couples qu'on mentionne, qui apparaissent, disparaissent et réapparaissent.

Ce qui m'a marquée aussi ici, c'est que dans ces histoires d'amours libres, ou de fantasmes d'écrivain, c'est toujours des histoires de couples hétéros ou lesbiens (sur ce dernier plan, l'auteur s'en est donné à coeur joie) qui sont mises en avant, jamais de couples gay, comme si eux n'existaient pas, ou peut-être tout simplement parce que :

16 commentaires:

  1. J'aime bien la phrase de fin : ça doit certainement être la raison :)
    Je ne connaissais pas du tout ! Je ne pense pas la lire dans l'immédiat mais je suis contente que tu aies passété un bon moment (même si ce n'est pas un coup de coeur ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai trouvé la phrase de fin joliment tournée.:-) Je me suis intéressée à cet auteur principalement parce qu'il est québécois au départ, et que j'étais curieuse des BD québécoises. C'est un bon cru, mais effectivement rien d'urgent si tu as d'autres casseroles sur le feu.;-)

      Supprimer
  2. Je garde un très bon souvenir de cette BD...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que j'en garderai un bon souvenir aussi, mais comme avec "Le moral des troupes", je sens que ça va vite s'estomper...

      Supprimer
  3. Connais pas, mais vraiment la dernière image est sympa tout plein, l'auteur est honnête!
    Squatty agrandit son territoire, cours et jardins des voisins... C'est vraiment un p'tit gredin, ma louloute est bien plus casanière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah pour être honnête, l'auteur l'est.:-) Pas hyprocrite pour un sou, cet aspect-là est assez appréciable d'ailleurs. En témoigne aussi l'autre image que j'ai publiée.
      Ton Squatty est un jeunot aussi, il découvre la vie et la croque à pleines dents (et griffes sûrement).:-) La louloute a déjà vécu tout ça, elle me semble blasée.^^

      Supprimer
  4. Noté depuis longtemps, comme tant d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être une chance de passer en 2015 celui-là, dans le cadre d'un "le mardi, c'est permis" peut-être...^^

      Supprimer
  5. Pourquoi pas, mais vu mon assiduité avec les BDs ces derniers mois... Et d'ailleurs, pour Gary, je n'ai encore rien commencé ;-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah oui tiens, le Gary, j'y pensais il y a peu justement, mais ma bib' n'avait pas celui que je comptais lire - déjà emprunté... Que penses-tu de le caser pour février ?^^

      Supprimer
    2. Vendu pour fin février, voire mars? On se tient au courant de nos progrès et on fixe une date quand on est les deux bien avancées (La LC sans pression ;-))

      Supprimer
    3. Oki, ça marche.;-) Je le mets sur février, et au besoin, on le repoussera sur mars.^^

      Supprimer
  6. le titre ne m'aurait pas attirée mais ton billet donne envie !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour A_girl, sentiment et po**n ne semblent pas aller ensemble mais j'aime le graphisme de la couverture. Pourquoi pas? Un jour, peut-être, si je le trouve en biblio. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, oui un titre et une couverture qui interpellent. Curieuse de ton avis si tu le trouves à la bib'. Bonne fin de semaine.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...