lundi 30 avril 2018

PENDANT QUE LE ROI DE PRUSSE FAISAIT LA GUERRE,...


PENDANT QUE LE ROI DE PRUSSE FAISAIT LA GUERRE, QUI DONC LUI REPRISAIT SES CHAUSSETTES ?

Mais que se cachait-il donc derrière ce titre énigmatique dont la longueur n'a rien à envier à certains romans nordiques ? Je comptais bien sur le mois belge pour me le révéler enfin. Je m'imaginais un conte ou un récit historique mis en scène par Zidrou avec la sensibilité qui lui est naturelle. Au vu de l'enthousiasme des lecteurs, je ne doutais pas un instant que je serais sous le charme moi aussi malgré l'étrangeté du titre et de sa thématique supposée. De mes lectures en diagonale des avis ici et là, je me souvenais vaguement qu'il était question d'une mère et de son fils. Le roi de Prusse et sa mère qui lui reprisait ses chaussettes ? Tout collait. Que me réservait d'autres cet album ?

samedi 28 avril 2018

LE BONHEUR DANS LE CRIME


LE BONHEUR DANS LE CRIME

Aah, je n'aime pas trop lire un roman quand je sais qu'il est une référence directe à un autre livre que je n'ai pas lu, en l'occurrence, la nouvelle du même titre de Barbey d'Aurevilly. Mais bon, pour le mois belge, j'ai eu envie de replonger dans l'univers de Jacqueline Harpman dont je garde un très bon souvenir de Moi qui n'ai pas connu les hommes lu il y a plus de 10 ans, voire même presque 15 ans maintenant ! Et mon choix s'est porté sur ce titre qui semblait recueillir les faveurs du plus grand nombre parmi ses lecteurs. Par manque de temps, j'ai dû faire une petite entorse à mes principes et décider que ce roman se suffirait à lui tout seul.

L'histoire, rapidement, ce que j'en avais retenu du moins avant d'aborder ce récit : "Un conducteur coincé dans un embouteillage, un jour de tempête à Bruxelles, est arrêté devant une maison de style éclectique. Étrange maison pour une étrange famille, les Dutilleul. [...] Une atmosphère pesante où folie, suicide et bonheur dans le crime se côtoient."

lundi 23 avril 2018

IZO


IZO

"Izo est un être étrange. Grand et mince, manteau noir et chapeau melon, il arrive tout droit d'un tableau de Magritte. Sans passé, donc sans mémoire, sans langage mais d'une intelligence supérieure, sans a priori et donc ouvert à toutes les expériences, Izo devient polyglotte, philosophe, écologiste... Il s'essaie à toutes les religions, toutes les idéologies, il découvre le monde, le Paris contemporain dont, pour notre plus grand bonheur, Izo l'entomologiste observe les machines et les manies, les couleurs et les travers, les folies et les snobismes. Avec ce conte moderne, joliment burlesque et tendre, traversée des apparences, Pascal de Duve nous renvoie comme en miroir une image cocasse, souvent absurde, de notre existence."

Comment résister à une telle quatrième de couv' ?

Pascal de DUVE


IZO

jeudi 19 avril 2018

VERNON SUBUTEX - TOME 1


VERNON SUBUTEX - TOME 1

J'ai abordé ce roman comme on aborderait un classique, l'incontournable que j'étais une des dernières à ne pas avoir lu. Avec une certaine révérence. J'avais été très méfiante au départ pourtant, à sa parution. Pas tentée du tout même. Parce que Virginie Despentes. Parce que pas mon genre d'auteur, a priori comme ça. Le succès de son premier m'a tout de même intriguée, et encore plus, par la suite, celui du tome 2, puis du 3. Il me fallait lire le tome 1, je devais savoir ce qu'il contenait de si formidable. S'est ensuivi une longue attente à la bib' avec, par moment, la tentation de l'acheter en poche mais la méfiance était toujours là, furtive.

Quand j'ai enfin réussi à mettre la main dessus à la bib', ce fut fête ! Mais bon, au final, j'ai trouvé que c'était en effet bien mieux que ce que je n'en espérais, mais pas non plus à la hauteur de ce que j'en attendais, au vu des éloges et de l'enthousiasme général. Entendre par là que c'était largement contournable, en ce qui me concerne du moins.

Virginie DESPENTES


VERNON SUBUTEX - TOME 1

samedi 14 avril 2018

BURIAL RITES


BURIAL RITES

( À LA GRÂCE DES HOMMES )

Repéré d'abord chez Sassenach qui l'avait noté de quatre coeurs sautillants, j'ai été intriguée par la suite par l'enthousiasme constant des lectrices pour ce roman. Je l'avais noté principalement parce que l'auteure, Hannah Kent, est Australienne (j'ai très peu d'auteurs australiens sur mes étagères), mais le titre ainsi que la couverture de l'édition française m'avaient aussi charmée. Quand j'ai réalisé qu'elle avait situé son histoire en Islande au 19è siècle, j'étais encore plus intriguée.

Hannah Kent s'est en effet penchée sur l'affaire Agnus Magnúsdóttir (qui a vraiment existé), reconnue coupable en 1828 du meurtre de son employeur, Natan Ketilsson, fermier des environs, et condamnée à mort.

Hannah KENT


BURIAL RITES

mercredi 11 avril 2018

LE TOUR DE BELGIQUE DE MONSIEUR IOU


LE TOUR DE BELGIQUE DE MONSIEUR IOU

Alors que j'avais prévu de lire un Zidrou pour la BD du mois belge, et plus précisément Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? qui m'intrigue depuis sa parution (notez que je peux rester des années intriguée sans forcément me décider à assouvir ma curiosité), v'là-t-y pas que je tombe sur cette BD au détour d'une librairie !
Le Tour de Belgique de Monsieur Iou. Un voyage à vélo à travers la Belgique. Par un auteur bruxellois qui s'est réveillé un jour en se disant : "nan mais attends, je connais mieux les villes européennes que les contrées belges hors Bruxelles. Quoi de mieux qu'un petit tour en vélo pour découvrir mon pays, surtout que j'adore ça, le vélo." Et moi de voir dans cet album l'occasion idéale d'une petite balade à travers la Belgique, au plus près des villes, des habitants et des paysages belges, nature incluse. La Belgique dans toute sa diversité en somme.

MONSIEUR IOU


LE TOUR DE BELGIQUE DE MONSIEUR IOU

vendredi 6 avril 2018

UN LONG MOMENT DE SILENCE


UN LONG MOMENT DE SILENCE

Quel titre ! De ceux dont on ne saisit toute l'ampleur qu'à la toute fin du livre et qui vous servent d'appât et de page-turner tout le long de votre lecture. Mais s'il n'y avait que le titre. L'auteur, Paul Colize, a l'art et la maîtrise, comme je l'avais déjà constaté dans l'excellent Back Up, quand il s'agit de faire évoluer en parallèle deux intrigues sur deux époques différentes qui, forcément, sont en corrélation. Bien malin le lecteur qui parviendrait à identifier leurs liens avant les dernières pages. Et bien évidemment, ça aussi, ça fonctionne comme une carotte.

C'est mon souvenir de l'excellent moment de lecture que j'ai passé avec Back Up qui m'a motivée à revenir vers Paul Colize. Au départ, je comptais poursuivre avec Concerto pour quatre mains mais à la dernière minute, pour être sûre de faire le bon choix, j'ai passé en revue tous ses romans et les avis des lecteurs, et Back Up avait la palme avec Un long moment de silence, les autres étant a priori très bons mais manquant de leur force émotionnelle.

mardi 3 avril 2018

FROMAGE


FROMAGE

traduit du néerlandais (Belgique) par Xavier Hanotte

Quelles petites merveilles ces classiques de la première moitié du 20è siècle tout de même ! Qu'ils soient français, anglais, italiens, américains, ou même belges (oui, oui), ils ont cette saveur délicate et raffinée d'une autre époque, rehaussée par une écriture élégante et soignée mais naturelle, qui ne sent pas l'effort, et qui vous donne l'impression d'un accès privilégié à un trésor linguistique enfoui. Quel plaisir de lecture que ces phrases bien tournées qui, en deux-trois mots, parviennent à vous évoquer avec force des situations ou des personnages auxquels vous vous identifiez sans peine, que ce soit du vécu ou non, et ce, malgré les décennies qui vous séparent.
Et quand les personnages et les situations prêtent en plus à rire, on se régale doublement, sans indigestion !

Willem ELSSCHOT


FROMAGE

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...