lundi 23 avril 2018

IZO


IZO

"Izo est un être étrange. Grand et mince, manteau noir et chapeau melon, il arrive tout droit d'un tableau de Magritte. Sans passé, donc sans mémoire, sans langage mais d'une intelligence supérieure, sans a priori et donc ouvert à toutes les expériences, Izo devient polyglotte, philosophe, écologiste... Il s'essaie à toutes les religions, toutes les idéologies, il découvre le monde, le Paris contemporain dont, pour notre plus grand bonheur, Izo l'entomologiste observe les machines et les manies, les couleurs et les travers, les folies et les snobismes. Avec ce conte moderne, joliment burlesque et tendre, traversée des apparences, Pascal de Duve nous renvoie comme en miroir une image cocasse, souvent absurde, de notre existence."

Comment résister à une telle quatrième de couv' ?
Je n'ai pas cherché à le faire et c'est avec une certaine avidité que j'ai dégainé ce livre, repéré l'année dernière sur un blog me semble-t-il (mais lequel ?), à l'approche du mois belge.
L'idée de ce personnage atypique me plaisait énormément. Ce que je n'avais pas bien saisi, c'est que c'était vraiment un personnage de peinture. LE personnage des tableaux de Magritte, l'illustre et fascinant homme au manteau noir et chapeau melon, qu'il faut imaginer se matérialisant dans notre monde, en chair et en os pigments et en eau. Un concept encore plus délirant, ce qui n'était pas pour me déplaire.

L'auteur, Pascal de Duve, nous offre à travers ce roman une sorte de biographie un peu farfelue mais pleine de tendresse de ce personnage surréaliste, ouvrant ainsi la porte à un imaginaire sans limites.
Avec Izo, "réfugié poétique de nulle part", on découvre le monde avec un oeil et un esprit neuf et vierge de tout a priori et sans jamais aucun jugement. Boulimique dans son ouverture vers le monde et élève enthousiaste et surdoué, il adopte très vite nos codes, sans toutefois les saisir parfaitement, ce qui donne souvent lieu à des situations saugrenues et décalées dont je me suis souvent réjouie.

J'ai a-do-ré suivre son évolution, racontée avec une élégance délectable et une écriture non dénuée d'humour. De l'acquisition du langage, à travers, entre autres, l'écoute de méthodes de langues et la lecture des Tintin (excellent !), à l'exploration de nos us et coutumes, ses expériences et aventures dans lesquelles il nous entraîne sont l'occasion d'une mise en absurde de notre monde et de ses idéologies, en particulier religieuses.

J'ai a-do-ré parcourir Paris aux côtés d'Izo et redécouvrir tout ce qui fait le charme de cette ville.
J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur aussi, délicieux, plein de sensibilité et de finesse, mais aussi doté d'un humour qu'on n'attend pas, qui tend parfois vers des délires burlesques. Ah, et les tics de langage d'Izo, adorables (oui, oui) ! On sent que Pascal de Duve s'est beaucoup amusé avec ce personnage.

Izo, c'est un concentré de charme brut et de délicatesse pure. Son innocence et une certaine forme de poésie qu'il incarne rendent humain ce monde qui n'émerveille plus. Un personnage troublant mais attachant de façon irrésistible, et cocasse malgré lui. Tout comme le narrateur, je suis tombée sous le joug !

Bon, on l'aura compris, j'ai beaucoup, beaucoup aimé ce conte philosophique moderne empreint de poésie, et bien sûr, d'une bonne dose de surréalisme, Magritte (ou belge tout court) oblige ! J'ai trouvé la fin magnifique bien que tragique.
J"avais emprunté ce livre à la bib', j'ai fini par l'acheter !

L'auteur
Pascal de Duve est un écrivain belge, né en 1964 à Anvers et mort en 1993 à Paris. Il a publié son premier roman, Izo, chez JC Lattès en 1989. Son deuxième livre, Cargo Vie, journal de bord de son périple aux Antilles françaises en 1992, a connu lui aussi un grand succès. Atteint du sida, Pascal de Duve décède à l'âge de 29 ans, laissant derrière lui une oeuvre peu abondante.

Lu dans le cadre du  
Izo m'a beaucoup évoqué cette sculpture de Folon, d'où mon choix de ce logo pour cette lecture.

16 commentaires:

  1. ça, c'est de l'enthousiasme ! Je l'avais repéré aussi l'année dernière, mais il n'est dans aucune bibliothèque ici, et je reste prudente dans mes achats... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends.:-) J'ai joué la prudence aussi au début. Mais il vaut le coup de l'avoir dans sa bibliothèque personnelle, celui-là.^^

      Supprimer
  2. Aie, aie, rien à la bibli!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que j'ai dû le faire venir de la réserve centrale ! Non, c'est clair, il faut vouloir mettre la main dessus.:-)

      Supprimer
  3. Je perçois bien l'enthousiasme de la lectrice mais je ne crois pas que ce soit une lecture pour moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des fois, on sent bien un livre (ce fut mon cas), d'autres fois, on ne le sent pas pour soi. Je suis d'avis de suivre son instinct même si on peut, du coup, passer à côté de petites pépites.;-)

      Supprimer
  4. Quel chouette billet ! Tu me donnerais envie de relire ce livre, que j'ai découvert il y a trèèèès longtemps. La mort prématurée de Pascal De Duve nous a privés de pépites littéraires, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quel triste destin ! J'ai été tellement intriguée par cet auteur que j'ai regardé quelques vidéos d'émissions télévisées qu'on trouve en ligne. Je pense qu'on a perdu trop tôt une personnalité très intéressante, et même s'il ne se considérait pas écrivain, il avait un sacré talent dont on n'aura pas pu profiter longtemps...

      Supprimer
  5. Ah, De Duve.... Ça me replonge dans mon adolescence. Quel dommage qu'il soit disparu si tôt. Dommage également que son nom s'efface peu à peu des mémoires alors que d'autres auteurs tout aussi fugaces que lui sont connus des nouvelles générations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un auteur qui m'avait totalement échappé à l'époque mais je devais être trop jeune pour prêter attention aux actualités littéraires (d'ailleurs aujourd'hui encore, j'y prête à moitié attention...^^).
      Je suis ravie de l'avoir découvert en tout cas, comme quoi il n'est jamais trop tard, mais en effet, il manque de visibilité.
      Chouette pseudo en passant.:-)

      Supprimer
  6. En voila un qui pourrait me sortir de mon marasme actuel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible.:-) Je serais très curieuse de ton avis sur ce livre en tout cas.

      Supprimer
  7. ton engouement est communicatif! Allez, noté!

    RépondreSupprimer
  8. Ah, me voici fichtrement convaincue !Il me faut ce livre, je vais voir à la bib !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais ravie si ce livre rencontrait de nouveaux lecteurs. Il le mérite vraiment !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...