jeudi 29 mai 2008

LE MORAL DES TROUPES


LE MORAL DES TROUPES

Présentation de l'éditeur :
"Troisième volume des non-aventures de Jimmy Beaulieu, son projet le plus ambitieux à date. C'est le journal dessiné d'un trentenaire montréalais déraciné qui partage ses questionnements vagabonds avec le lecteur.
On y suit un personnage qui apprend petit-à-petit à aimer sa ville, qui s'interroge sur sa relation avec les femmes (de sa mère à sa blonde, en passant par Bo Derek...) et qui s'accroche à ce qu'il peut pour continuer à avancer dans un monde cynique et froid dans lequel il se sent souvent mal-à l'aise. Un livre sur le temps qui passe et ce qu'on laisse derrière soi."

J'ai lu cette BD québécoise sur le conseil d'une amie et je dois dire que je ne regrette absolument pas car ce livre m'a permis de prolonger ainsi mon court séjour à Montréal et de goûter une fois de plus à la musicalité de la parlure et de la parlotte québécoise, de ses mots, ses expressions si typiques, un vrai régal! 
J'avais vraiment l'accent en tête en lisant cette BD. 

J'ai bien aimé aussi le regard de l'auteur sur Montréal, lui qui est natif de Québec (enfin, les environs), ses réflexions sur la vie en générale, sur les relations humaines, le temps qui passe et nous avec, sur les petites particularités québécoises, la réalité et le quotidien de ce pays et de cette ville en particulier, qu'on ne peut ressentir qu'en y ayant mis les pieds, ses réflexions sur le rapport entre la météo et les Québécois, c'est tellement ça!, mais surtout j'ai beaucoup aimé son topo sur l'identité québécoise qui reste à définir.

C'est vraiment intéressant d'avoir ce genre de témoignage d'un québécois, c'est très instructif. Le lire à ce sujet c'était comme avoir un invité québécois chez soi à l'heure de l'apéro et l'écouter exprimer sa vision des choses. J'ai bien aimé sa phrase : "Moi qui pensais qu'on était devenus assez intelligents pour ne plus associer des vies humaines à un drapeau..." C'est tellement pertinent comme réflexion...

Et puis, ce qui m'a fait plaisir, c'est de pouvoir revoir à travers ses dessins certains détails dans les rues, les maisons, les paysages, moi qui ne suis pas très photo car le souvenir d'un pays est bien plus vivant dans ma tête et s'exprime surtout à travers mes rencontres, je suis ravie d'avoir cette BD sur mon étagère car ses dessins retranscrivent encore mieux qu'une photo mes souvenirs personnels de mon séjour à Montréal.

L'auteur:
"Jimmy Beaulieu est né à l'Île d'Orléans (Québec) en 1974, et Il demeure à Montréal depuis 1998. Il a fait presque tous les métiers liés à la bande dessinée : éditeur, libraire, critique, commissaire d'expositions, conférencier, traducteur, animateur d'atelier, mercenaire du dessin et bien entendu : auteur (voir bibliographie). Il a aussi fait de la musique avec des machines de 1989 à 1999.
S'il ne se passe pas grand chose dans ses histoires, c’est parce que rien ne l'intéresse autant que la quotidienneté ; et l’œuvre de cet hyperactif peut se lire comme un éloge de la lenteur."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^